Crazy Sexy Stories – T.01 – Chapitre 01

CRAZY SEXY STORIES

TOME 01 - CHAPITRE 01

Dans ce premier chapitre des aventures de Maya et compagnie, découvrez comme elle va mettre tout en place pour un week-end qui s'annonce épique ! Bienvenue (enfin) dans le premier tome de notre saga "Crazy Sexy Stories" !

Nous y sommes ! Les choses sérieuses commencent avec la publication de ce premier chapitre de notre saga : “CRAZY SEXY STORIES – Tome 01” ! Les aventures de Maya et ses ami(e)s débutent vraiment ! Nous avons vraiment hâte de vous dévoiler tout ce que nous leur réservons, surtout dans ce premier tome qui est spécial, puisque c’est le premier 😉 ! Nous espérons de tout cœur que vous prendrez plaisir à suivre leurs aventures et que vous serez toujours aussi nombreuses et nombreux à nous suivre ! Aller, sans plus tarder, c’est parti pour le premier chapitre ! Le rythme de publication sera d’un chapitre toutes les deux semaines, et plus si nous y parvenons ! Le tout gratuitement, alors pensez à nous soutenir ! Bonne lecture à vous !

— CRAZY SEXY STORIES —

 TOME 01 : Maya et le Manoir des perversions —
– CHAPITRE 01 – JE VEUX ÊTRE ENTOURÉE D’AMIS SINCÈRES –

Si quelqu’un était passé devant la grande porte métallique du studio photo de la petite ville en ce mois d’avril, il aurait pu apercevoir une jeune femme en proie à un mélange d’emotions extrêmes entre l’excitation et l’envie de fuir. Il aurait vu cette même jeune femme aux charmants traits asiatiques faire les cents pas, regardant sans cesse sa petite montre ronde. 12H25. Encore cinq minutes… Elle ne tenait plus en place, tout comme ses grosses lunettes noires qui semblaient ne pas vouloir rester sur son nez, tout comme ses mèches de cheveux de la même couleur qui venaient constamment lui chatouiller le nez. Mei attendait, emmitouflée dans sa grosse doudoune rouge, cachant comme à son habitude ses généreuses formes qu’elle a tant de mal à assumer. Durant cinq minutes qui lui parurent une éternité, elle regardait encore et toujours sa montre, essayant de ne jamais lever les yeux sur la rue, comme si cela allait arrêter le temps. Ou était-ce simplement car elle avait peur de ce qui allait arriver ? Elle ne le savait pas elle même. Oui, si quelqu’un était passé, il aurait pu la voir, mais Mei était seule, seule comme elle en a toujours eu l’habitude.

Au bout de l’immense et silencieuse rue du studio, un moteur se mit à rugir de plus en plus distinctement, tel un prédateur fonçant sur son innocente proie. Timidement, Mei leva son petit nez rond et ses yeux s’écarquillèrent : cette fois-ci, elle y est, c’est la fin. La voiture arriva à toute vitesse sur elle et elle ferma les yeux, acceptant son destin. Puis, le véhicule vint se glisser délicatement devant la jeune femme et s’arrêta à son niveau. Paniquée, ne sachant comment se comporter, elle avança timidement vers la portière qui vint s’ouvrir avec fracas et la percuta de plein fouet ! Mei fit un pas en arrière en émettant un mignon petit son ressemblant à un « kof » et en tendant les bras devant elle, dans le vide, réagissant bien trop tard à la porte démoniaque qui venait de l’agresser. De l’habitacle, une voix féminine se fit entendre par dessus les rugissements du moteur.

– Oh zut ! Excuse-moi Mei je te voyais plus loin que ça ! Tout va bien ?
– Guarf… Oui, oui pardon. Ne t’inquiètes pas Maya c’est de ma faute, j’étais plantée devant comme un piquet…
– Un bien joli piquet ! Allez entres, j’ai le chauffage à fond tu vas voir c’est trop bien !

D’un pas décidé, prête à affronter ses plus grandes peurs, Mei entra dans la voiture de Maya. Celle-ci lui tendit le poing avec un grand sourire et Mei ne vit rien d’autre à faire que de lui taper dedans, comme le feraient deux vieux amis en guise de salutation. Maya rigola en plissant les yeux et enclencha la première, donnant le top départ du marathon qui attendait la jeune asiatique. Pendant quelques secondes, Mei se perdit sur les traits de la jeune dermatologue. Ses longs cheveux bruns lisses et soyeux virevoltaient subtilement sous la brise des radiateurs, bien trop puissants pour Mei qui à peine rentrée, sentait déjà que sa doudoune était de trop… Maya elle, portait un débardeur qui laissait subtilement deviner ses superbes petits seins rebondis. Mei parcourrait lentement le corps svelte de la jeune femme et remontait jusqu’à son visage, lorsque les yeux noisettes et pétillants de Maya croisèrent les siens et la tirèrent de son observation.

– Alors, comment ça va ? Tout se passe bien au studio ? Chris ne t’embête pas trop ?
– Oh euh… Oui oui, merci. Non Chris est vraiment très gentil avec moi, j’ai beaucoup de chance.
– Bon ça va alors ! Et dis-moi, tu t’es encore perdue dans des pensées cochonnes ou c’est Sam et moi qui t’avons fait cet effet la dernière fois ? demanda Maya avec un sourire taquin.
– Houuuuuu ! Je… Je m’excuse encore je… Je ne m’étais pas rendue compte que… Quelle honte ! Mei vira au rouge vif et se camoufla presque dans sa veste.
– Ah ah ah, mais non, ça m’a bien fait rire ! Comme je te le disais on a toutes connu ça hein ! Bon peut-être pas se faire prendre la main dans la culotte en plein travail mais hey… Ça aurait pu m’arriver aussi, vu le nombre de fois que j’ai fait ça au boulot…
– Houu ! Maya tu ne devrais pas dire ça, c’est très espiègle c’est… Mei s’enfonça d’avantage dans sa doudoune.
– Ah ah ah, pardonne-moi Mei, j’oublie que tu n’as pas l’habitude. C’est vrai que j’ai tendance à parler un peu trop, et de choses grivoises qui plus est alors il va falloir que… Mais il va avancer celui-là ! Allez c’est vert bouge-toi l’escargot ! Fustigea Maya en klaxonnant.

Mei fut amusée par le comportement de Maya qui, contrairement à elle, était une jeune femme pleine de vie, libérée du regard des autres et très directe dans ses paroles, sans aucun filtre. Elle l’enviait un petit peu, de par sa façon d’être, de par son corps, mais aussi de par sa forte amitié avec Samantha, que Mei considérait comme la femme parfaite. Après quelques minutes de route en papotant de leur travail, de quelques bonnes adresses gourmandes et autres joyeuseries, les filles arrivèrent au niveau d’un petit restaurant japonais familial entouré de végétation, à la devanture rouge et dorée. Elles poussèrent la porte de celui-ci et furent accueillies par un chaleureux « Irasshaimase » depuis la cuisine, d’où de délicieux parfums provenaient afin enivrer leurs narines. Elles s’installèrent au fond de la salle et se mirent à l’aise l’une en face de l’autre, dans un petit coin tranquille que Maya avait l’habitude d’occuper. Il s’agissait d’un espace renfoncé avec une petite table carrée entourée sur trois côtés par de confortables banquettes rouges, un vrai petit coin isolé, cocooning et confort. Mei regardait Maya avec de grands yeux, à la fois inquiète et surexcitée. Il y a bien longtemps que la jeune assistante de photographie n’avait pas eu le courage d’aller dans un restaurant avec quelqu’un. Ni même de sortir avec quelqu’un tout court, préférant le confort et la chaleur de son appartement, réfugiée dans sa passion de mangaka. Car oui, elle était plutôt du genre solitaire et casanière. Et pourtant, elle était assise ici, avec celle qu’elle osait à peine considérer comme son amie, tellement cela lui paraissait surréaliste. Comment une personne si passionnante avec des amis si impressionnants pouvait avoir envie d’avoir une amie comme elle ?

– Ne me regarde pas comme ça Mei, ce n’est pas parce que tu as les yeux bridés que je t’ai amenée dans un restaurant Japonais je te rassure ! C’est juste qu’ils font de ces makis… Hummmmmm ! Tiens, tiens là regarde, la photo sur la carte !
– Non non au contraire pardon, j’adore manger du japonais. Japonais ! Manger japonais !
– Héééééé…
– Ma langue a fourché pardon je…
– Ah ah ah regarde-toi ! Tu es toute tendue ! Tu as tellement peur de manger avec moi ?
– Non pardon je… Pour être honnête je n’ai vraiment pas l’habitude de…
– Sortir avec des amis ? Lui lança instinctivement Maya en bavant devant la carte.
– Ou… Oui… Pardon.

Mei plongea le nez dans sa carte, ne sachant absolument pas comment réagir ni comment continuer la conversation. Elle fit semblant de chercher son repas, bien qu’elle savait déjà qu’elle craquerait pour les makis conseillés par Maya. Soudain, une paire d’yeux surgit du haut de sa carte, comme ceux d’un chat se dévoilant à la petite souris. Mei releva la tête toujours avec ses grands yeux timides et Maya explosa de rire.

– Tu es tellement mignonne ! Pardonne-moi Mei j’arrête ! Je sais que tu es mal à l’aise et je m’en amuse c’est pas cool ! J’arrête, promis ! Détends-toi vraiment, je veux que tu passes un bon moment.
– Oh je passe un très bon moment, pardon si je…
– Et arrête avec tes « pardon » à toutes les phrases ! Tu sais quoi, soit naturelle ! Soit toi-même comme au studio quand tu étais dans tes pensées !
– D’accord, oui ! Je vais essayer pard… Mei ne finit pas sa phrase en voyant le regard de Maya.
– En même temps je te comprends hein… Sam… Sam quoi !
– Il n’y a pas que Sam, toi aussi tu es quelqu’un de très… Comment dire. Intimidant. Mais dans le bon sens du terme hein !
– Tu trouves ? Je me sens tellement insignifiante devant elle c’est… Ah… Attends, voilà Niji ! Kon-nichiwa Niji, comment vas-tu ?
– Je vais bien Maya, merci de vous en inquiéter. Alors, qu’est-ce que ça sera ? Comme d’habitude ? Ou puis-je vous proposer le plat du chef ?
– Non comme d’habitude s’il te plaît. Et toi Mei ?
– Je prendrai la même chose s’il vous plaît.
– Très bon choix mesdemoiselles, je reviens avec vos Makis, merci pour votre confiance.
– Hun… Je déprime… J’arrive même plus à draguer… Soupira Maya.
– Quelque chose ne va pas Maya ? Tu veux en parler ? Je ne suis pas très douée pour faire la discussion mais pour ce qui est d’écouter les autres en revanche… !
– J’en doute pas. Mais il te faudrait bien du courage vu mon débit de paroles et de bêtises ! Rigola Maya. Mais parle-moi plutôt un peu plus de toi. Chris nous a dit que tu dessinais non ?
– Oui effectivement je euh… Je dessine des mangas, j’aime beaucoup raconter des histoires.
– Et c’est quelles genres d’histoires ? Demanda Maya avec un petit air coquin.
– Oh des… Histoires de… D’amour principalement…
– Ah ? C’est chouette ça ! Et il y a un peu de… Tu sais… De piquant…
– Je… Oui parfois… Enfin assez souvent oui… Confessa Mei en virant au rouge.
– C’est des mangas cochons ????
– Quoi euh non je… Shhhhh ! Moins fort !
– C’est ça ?! Mais c’est trop dément ! Dis tu me les montreras ! S’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît ! Maya joignit ses mains pour supplier la dessinatrice.
– Je ne sais pas c’est… Un peu gênant… Et puis je ne suis pas très douée je…
– Dis-moi que t’en as un sur toi là ! Allez ! T’en as un ?
– J’ai bien… Oui… J’ai quelques planches sur mon téléphone mais…

Mei vit le regard excité et amusé de Maya et eu la subite envie de lui montrer son travail. Après tout elle se devait d’être sincère envers elle-même : elle avait toujours eu envie de partager ça avec une amie. Elle prit son courage à deux mains et décida de faire confiance à Maya, en lui dévoilant ses dernières planches. Mais alors que la jeune brune s’empara du téléphone pour dévorer le manga coquin, Mei fut prise de panique ! Ce sont ses dernières planches ! Celles qu’elle avait dessiné lors de cette fameuse soirée… Cette soirée où elle avait eu envie de coucher sur papier tous les fantasmes qui avaient traversé son esprit lors du shooting photo de Samantha et Maya ! Catastrophe ! Qu’allait penser Maya d’elle après cela ? Impossible de faire marche arrière ! Elle épiait avec appréhension chaque réaction de Maya, priant pour qu’elle ne fasse pas le rapprochement. Les secondes passaient, Maya était intensément plongée dans sa lecture. Niji arriva et déposa les appétissantes assiettes dressées devant elles, mais Maya n’y fit même pas attention, remerciant le serveur sans quitter le téléphone du regard. Mei regarda son assiette et fut frustrée d’avoir une si grosse boule au ventre devant un tel repas. Puis au bout de quelques minutes, Maya releva la tête !

– Mais c’est absolument… Génial ! Mei t’as un talent incroyable ! J’ai chaud ! C’est tellement prenant ! Hey ! Ça c’est moi hein, dis ?
– Je… Quoi ? De quoi tu parles je… Non je…
– Rho allez ! Ça c’est moi, ça c’est Sam, Chris, toi… Laisse-moi deviner, c’est à ça que tu pensais quand je t’ai surprise la dernière fois ? Si j’avais su ! T’es tellement douée ! Tu m’étonnes que t’étais toute chose en pensant à ça ! Rho puis il y a un passage qui est tellement grrrr… Attends où il est… Ah ! Là celui-là ! Tu peux le tirer en poster ? Je l’offrirai à Sam hi hi !

Maya montra la planche qui l’intéressait le plus à Mei, qui paniqua à l’idée que d’autres clients puissent voir ses dessins. Maya le remarqua, s’excusa et alla se coller à elle sur la banquette afin d’avoir plus d’intimité. Elle lui montra une planche où deux superbes femmes, Sam et elle selon Maya, étaient prises d’un puissant orgasme mutuel pendant qu’une autre femme, Mei toujours selon Maya, faisait jouir dans sa bouche un homme devant le spectacle lesbien. Mei vira au rouge encore une fois et continua de regarder les planches que Maya lui montrait. Mais à sa grande surprise, Maya ne se moquait pas de son travail comme elle en avait si peur, non, au contraire, elle montrait un réel intérêt et même un grand respect pour celui-ci, s’intéressant à son travail et sa technique. Lentement, Mei perdit sa gêne et parla de longues minutes de son travail, de ce qui l’animait, la passionnait. En quelques minutes, elle put ressentir cette joie si rare pour elle de partager un moment avec une amie sur la même longueur d’onde, partageant les mêmes passions, sans jugement. Puis les deux jeunes femmes se remirent l’une en face de l’autre afin de savourer leur repas.

– Oui bien-sûr… J’espère que tu ne me trouves pas trop bizarre après ça…
– Bizarre, pourquoi ? Parce que tu dessines des trucs coquins ?
– Oui… C’est assez bizarre non ?
– Pas du tout ! Moi je trouve ça trop chouette ! Si quelqu’un trouve que c’est « bizarre » tu sais quoi ? Tant pis pour lui, il rate de sacrés trucs ! Hi hi… Je vais te commander des posters…

Mei ressentit une énorme affection et beaucoup de gratitude envers Maya. Elle avait aimé son travail, écouté sans critiquer, et par dessus-tout, l’avait félicitée et demandé d’en voir plus. Mei était aux anges ! Mais la trêve fut de courte durée lorsque Maya creusa de nouveau le sujet…

– Mais hey, avoue… C’est une scène érotique qui t’est venue lors du shooting hein ? C’est nous là ? Sam, toi, Chris, moi et Takumi… Bon lui il était pas là, où alors je l’ai loupé mais… C’est nous, dis ?
– Ça… M’a peut-être… Inspirée oui je… Je ne veux pas que tu me prennes pour… Enfin tu sais…
– Arrête ! Qui ne fantasmerait pas sur Samantha ? Et Chris !
– Et toi aussi tu sais…
– Mouais… Enfin en tout cas j’ai remarqué que tu as le sens du détail ! Mes grains de beauté sont parfaitement positionnés ! Rigola Maya. Sincèrement je te félicite, tu as vraiment des doigts en or !
– Je… Merci beaucoup…
– Ahhhh… Si seulement je pouvais dessiner tous les trucs cochons qui sont dans mon esprit. Oh ! Tu cherches pas une scénariste ? J’ai des tonnes d’idées !
– Oh… Pourquoi pas si tu as envie on peut oui… On peut faire un truc ensemble.
– Hum… Un truc ensemble… Intéressant… Maya la fixa droit dans les yeux en levant un de ses sourcils.
– Hi ! Non non pardon je voulais dire un manga ou une histoire ou…
– Je te taquine Mei. Alors comme ça Sam est une « déesse blonde » hein ?
– Oh…
– Ah ah ah ! Comme je te comprends. Bon allez, j’arrête de t’embêter sur ça, mais je suis sérieuse, je veux découvrir tout ton travail !
– D’accord !

Mei retrouva l’appétit et se lança sur ses Makis. Après quelques minutes de silence à déguster leurs succulentes assiettes, Maya arriva enfin au vif du sujet.

– Bon, passons aux choses sérieuses. En réalité, outre le fait bien-entendu que ça me fait extrêmement plaisir de déjeuner avec toi, d’autant plus depuis que je sais que tu es une petite perverse… Hé hé… J’aimerai te demander si tu es libre le week-end du 11/12 juillet prochain Mei ?
– Juillet ? C’est un peu loin mais pour être honnête avec toi… Sauf si Chris décide que nous devons partir pour le travail, je n’ai jamais rien de prévu alors…
– Ne t’en fais pas Chris est invité aussi, enfin, embauché plutôt. Mais sans toi, je lui en ai déjà parlé.
– Sans moi ?
– Oui, toi tu es mon invitée, cent pour cent détente, pas de travail !
– Pardon mais… Invitée où ?
– Tu sais quelle âge j’ai ?
– Je… Oui sur les papiers pour le contrat du shooting j’ai vu ta date de naissance, tu es jeune !
– T’es mignonne ! Ouais bon j’vais sur mes trente piges quoi… Et du coup je veux marquer le coup et faire une grande fête ! Et grâce à l’argent du shooting et l’aide de mon amie d’enfance Claire, on va louer le Château de Roncenoir pour le week-end ! Tu connais ?
– Roncenoir ? Le Château à l’extérieur de la ville ? Oh oui je connais il est magnifique ! Il m’a servi d’inspiration à plusieurs reprises.
– Oui !! Voilà, donc j’aimerais beaucoup que tu sois là ! Ne t’en fais pas, tout est pris en charge, tu n’as qu’à venir et t’amuser ! Mon anniversaire c’est le samedi et le dimanche c’est nos amis Claire et Tim qui font une grande fête pour leur anniversaire de Mariage. Mais tu vas les adorer, ils sont tellement cool !
– Oh… Et bien merci beaucoup mais je ne sais pas si… Enfin il y aura beaucoup de monde et tu seras très occupée, je ne connaîtrais personne et…
– Pas tant que ça non, puis il y aura Sam aussi, et Chris…
– Oui mais…
– Et des tas de bonnes choses à manger…
– D’accord mais…
– Et je te promets que tu ne seras jamais toute seule Mei, je ne vais pas te laisser t’ennuyer promis ! Je veux vraiment que tout le monde vienne passer un bon moment, c’est important, je veux être entourée d’amis sincères ! Je t’aime beaucoup et j’aimerais que tu sois là. Je sais qu’on ne se connaît que depuis peu de temps mais je sens vraiment dans mes tripes que tu es une personne importante pour moi tu sais, une amie comme on en trouve rarement. Et je ferai attention à pas être trop lourde avec mes blagues coquines ! Alors, tu veux bien venir ? S’il te plaît ?
– Je… Bien-sûr, je serais ravie de venir Maya.
– Super !

Mei eu les larmes aux yeux devant un tel discours et son visage s’illumina. Comment aurait-elle pu dire non ? Elle voulait s’empêcher de penser cela, mais au fond d’elle, elle avait vraiment l’impression d’avoir enfin trouvé une véritable amie. Les deux jeunes femmes terminèrent leur repas tranquillement, en parlant de tout et de rien, mais surtout de grivoiseries… Mei pouvant enfin parler de toutes ses histoires avec une personne intéressée qui ne la juge pas et au contraire, lui donne des tas d’idées. Leur repas terminé, Mei regarda sa montre.

– Oh… Il nous reste encore un peu de temps. Tu veux passer chez moi ?
– Huuuuuu… Déjà des avances ?
– Non non ! Je veux dire pour voir mes autres mangas je… Oh… Tu m’as encore eu… Je vais devoir m’y habituer. Rigola Mei un peu gênée d’avoir encore prit Maya au sérieux.
– Je t’avouerais que c’est bien tentant mais non, je préfère qu’on se fasse une longue soirée pour regarder ça tranquillement si tu es d’accord.
– Avec plaisir oui !
– En revanche j’ai promis à Claire de passer la voir pour régler les derniers détails du week-end avant de tout organiser. Pourquoi tu viendrais pas ? Tu ferais sa connaissance !
– Oh je… Oui pourquoi pas, où travaille-t-elle ?

Mei laissa tomber son sac à main à ses pieds lorsqu’elles arrivèrent devant le lieu de travail de Claire. Celui-ci se trouvait dans un immense building haut de gamme, rempli de personnes en costard, toutes plus pressées les unes que les autres et portant des montres qui valaient plus qu’un mois de loyer de son appartement… Maya rigola devant l’air intimidé de la jeune mangaka et la rassura.

– Ne t’en fais pas Mei ! C’est du bling bling mais au milieu de ces coincés des fesses il y a de chouettes personnes ! Et Claire fait partie du bon côté de la force ! Ne laisse pas le côté obscur te faire peur !
– Ah ah… Au moins ça me rassure de voir que nous avons les mêmes références je… Que fait-elle Claire dans la vie ?
– Elle est avocate.
– Oh…
– Pourquoi cette tête ?
– Euh… Rien, j’espère seulement qu’on ne dérangera pas son patron ou ses collègues.
– Oh ne t’en fait donc pas, c’est elle la grande boss ici !
– Oh… Ah ah alors ça va… Mei se décomposa encore un peu plus. Après Sam et Maya, une grande avocate ? C’était un peu trop pour son petit cœur…

Les deux jeunes femmes entrèrent dans l’immense hall d’accueil du bâtiment, qui ressemblait à une fourmilière géante. S’étalant sur une hauteur de deux étages, tout était très sobre et très classe, dans un mélange de bois et de noir, avec des inscriptions en or un peu partout. Un vrai building de riches. Sur leur chemin, Mei regardait toutes les personnes qui passaient à côtés d’elles, et regardait sa propre tenue, ainsi que celle de Maya. Elle prit ses gros yeux de chien battu et tira la manche de Maya.

– Maya nous… Nous faisons un peu… Comment dire…
– Tâche ?
– C’est l’idée oui…
– On s’en tamponne Mei. C’est pas parce qu’ils portent un costard à trois milles boules qu’ils sont meilleurs que nous. Maya s’arrêta et lui posa le poing au centre de la poitrine. Ce qui compte c’est ce que tu as là. Hou dis-donc… C’est que t’as une sacrée paire… Pouet pouet !
– Maya !
– Ah ah ah ! Allez viens suis-moi, j’espère que t’as pas peur des ascenseurs… Sinon t’as plus de trente étages à te farcir…

Elles montèrent dans un grand ascenseur luxueux et plus les numéros d’étage grimpaient, plus Mei avait l’impression de rétrécir. Elles arrivèrent enfin à l’étage désiré et la petite voix de l’ascenseur clama haut et fort : « Trente et unième étage, cabinet de Claire Rière, avocate à la Cour ». Mei sursauta et regarda dans tous les sens, se demandant d’où pouvait venir la petite voix. Comme si elle était chez elle, Maya parcourait les longs couloirs en saluant les gens par ci et là, esquivant judicieusement certains d’entre eux. Derrière elle, Mei tentait de se faire la plus discrète possible, la suivant comme son ombre et blottissant son sac contre sa poitrine. Puis, derrière de grandes portes vitrées opaques qu’elle poussa, Maya dévoila un immense bureau en bois de chêne, dans une pièce remplie de bibliothèques, ornées jusqu’au plafond de livres et de classeurs scrupuleusement rangés. Un fauteuil tout aussi immense leur faisait face, ou du moins le dossier de celui-ci. Maya referma la porte derrière Mei, comme pour la prendre au piège et parla dans le vide.

– Madame Rière ? Inspectrice en Chef Maya Lomes, je vous amène Mei Song ! Je pense que c’est elle qui est à l’origine de toutes ces perversités !
– Ma… Maya, que fais-tu je ? Je ne comprends pas ? C’est encore une blague c’est ça ? Mei commença à paniquer.
– Bien ! Je dirais que je peux la faire coffrer pour au moins vingt ans, au bas mot… S’exprima une voix venant du fauteuil.
– Parfait ! Sur son téléphone se trouvent des preuves accablantes !
– Voyons cela…

Le fauteuil tourna et dévoila une trentenaire en tailleur, brune, les cheveux ondulés, elle aussi d’une grande beauté et d’un charisme incroyable. Sa chemise légèrement entre-ouverte laissait deviner une imposante poitrine. Ses yeux marrons fixaient Mei avec une grande attention et la femme tentait d’être la plus sérieuse possible, avant d’exploser de rire lorsque Maya fit de même.

– Pardon Mei, pardon ! Mais on aime tellement faire ça ! Tu n’imagines pas comme c’est drôle de voir la tête des gens à chaque fois je ! Ah ah ah ah ah ! Promis, promis un jour tu t’amuseras avec nous ! Confia Maya.
– Oh… Ah ah c’était, c’était une blague oui… Je le savais… Très drôle… Enfin pas sur le moment mais je…

Claire se leva de sa chaise et s’avança vers Mei pour lui tendre la main. Mei se sentit écrasé par le charisme de l’avocate. Elle se demanda si toutes les femmes de l’entourage de Maya étaient comme ça.

– Excuse-nous Mei, c’est un petit jeu qu’on a depuis que je suis ici et je ne sais pas pourquoi ça nous amuse toujours autant. Je suis vraiment ravie de faire ta connaissance, Maya et Sam m’ont beaucoup parlé de toi.
– Ce n’est rien, j’aurai du m’en douter, je ne suis pas encore bien habituée. Mei regarda alternativement Maya et Claire avant de se lancer timidement. Et sinon euh… Est-ce que tu as des amis comme moi Maya ? Tu sais, qui ne sont pas intimidants et charismatiques ?
– Ah ah ah ! Non, je ne m’entoure que de gens uniques ! Répondit Maya en lui adressant un clin d’œil.
– Maya… soupira Claire. Ne fais pas attention Mei, tu t’habitueras vite à son caractère si… Spécial.
– Et c’est elle qui dit ça, Madame la Lionne qui devient un Chaton entre les mains de son petit mari ?
– Si tu ne veux pas que je te fasse coffrer pour outrage à la Justice…
– Oh vraiment ! Maya donna une fessée à Claire en rigolant avant de s’asseoir sur le fauteuil de celle-ci. Essais-donc un peu ! J’ai des preuves accablantes sur toi je te signale et… Houuuu ! Hey dis ! C’est que c’est un fauteuil haut de gamme ça ! Comment tu fais pour pas t’endormir là-dedans !
– Et bien je travaille Maya, tu sais ce que ça fait ? Répliqua Claire en la tirant hors du fauteuil.

Les deux femmes rigolèrent et se prirent dans les bras l’une de l’autre en sautillant comme deux gamines. Mei s’approcha d’elles en rigolant, comme pour s’imprégner de la bonne humeur ambiante.

– Bon allez, je ne veux pas trop te déranger non plus Claire. J’ai un rendez-vous qui s’est annulé alors j’en ai profité.
– Pas de soucis, tu es toujours la bienvenue. Et toi aussi Mei.
– Merci Madame Claire.
– Madame Claire ?? Je fais si vieille ??
– Oh non non non ! Mei vira de nouveau au rouge vif.
– Oh oui ! Mei est très timide, alors il faut la mettre un peu à l’aise. Pour faire rapidement les présentations, Mei voici Claire, mon amie d’enfance avec Samantha, mariée à un bel homme, quoique vieillissant… Me regarde pas comme ça vieux débris, toi aussi tu es vieille ! Deux ans de plus que moi qu’elle a ! Bref, avocate de génie qui plie tout le monde à son bon vouloir tout ça, tout ça. Claire, voici Mei, qui bosse comme assistante photographe au studio de Chris où on a shooté avec Samantha et qui est une mangaka de génie de trucs cochons !
– Hou euh ! Mei devint encore plus rouge.
– Ah vraiment ? s’intéressa Claire avec curiosité.
– Oh oui ! Elle est vraiment douée, elle a fait tout un truc avec Sam et moi et tout c’est brouu, j’en ai des frissons ! C’est top !
– Maya je… Si tu pouvais éviter de dire à tout le monde que je euh… C’est très gênant…
– Ah ? Mais tu ne devrais pas ! Sam voudra voir ça aussi, j’en suis sûre !
– Sam ? Parce que tu l’as déjà dit à Samantha ! Olala…
– Ah ah ah, non mais je vais le faire. Ne t’en fais pas, à part Claire et Sam je le dirais à personne promis ! C’est juste que j’ai l’habitude de tout partager avec elles tu vois. Et je sais qu’elles vont adorer aussi…
– Oui je vois je… Désolée pour ça Madame Claire.
– Appelle-moi Claire s’il te plaît. Et n’aie pas honte, tu as un talent, tu devrais l’exploiter. Mais Maya marque un point, j’ai bien envie de voir ton travail aussi, ça a piqué ma curiosité… Mais avant toute chose, maintenant que vous êtes là, Maya. J’ai eu le Comte Perdix pour le Château. Il nous fait le week-end avec accès quasi complet au domaine, c’est-à-dire le Château, 90 % des chambres, la salle de réception, de projection, le lac… Bref la complète, à – 50 %.
– Mais c’est génial ! Cria Maya.
– Bien-sûr que non ! Répliqua sèchement Claire. C’est hors de question, c’est le prix qu’il fait à ses clients habituels ! Alors je lui ai rappelé le procès que je lui ai fait gagner et à quel point je lui ai sauvé les fesses, ainsi que tous les services rendus « oubliés » de mes honoraires… Du coup j’ai eu en prime le vendredi pour l’installation, et le tout à -80 % ma grande !
– La vache ma copine ! T’es tellement géniale ! Je te pelotte maintenant ou après ?
– Alors il ne… T’es vraiment atteinte sérieux, rigola Claire. Alors il ne reste plus qu’à trouver quelqu’un pour le repas, la musique, les photos si tu en veux et on aura le principal.
– Les photos c’est déjà fait justement, et je m’occupe du reste.
– Euh… J’ai peut-être une idée pour le repas si vous le souhaitez. Suggéra timidement Mei.
– Vraiment ? Super ! Maya sautilla sur place.
– Nickel. Et bien-sûr les invitations… Ne quiche pas trop, il n’y a que 30 chambres.
– 30 cham… Hou… Mei se décomposa un petit peu plus.
– Je ne vais pas inviter grand monde Claire, vraiment… Je ne veux que des gens qui comptent vraiment.
– Quelle sagesse… Si seulement tu en avais pour le reste !
– Je suis contente ! Ça va être tellement chouette ! On va se créer des souvenirs inoubliables, j’ai hâte !

Le téléphone de Claire sonna, coupant Maya dans son élan d’excitation. L’avocat répondit et fit la moue. Elle passa quelques minutes au téléphone à parler de choses compliquées pendant que Maya farfouillait dans ses affaires et ses livres, tandis que Mei regardait impressionnée les lieux, assise dans un fauteuil toujours son sac contre elle. Enfin, Claire raccrocha et s’écroula sur son fauteuil.

– Et je veux ça maintenant, et ça peut pas attendre, et je perds de l’argent à chaque seconde et nania et nani…
– Ahhhh, la joie d’être une avocate de talent hein ?
– Je sais pas Maya… Je sais plus. Avant je me battais pour des causes tu vois, mais maintenant regarde…
– Oh oui je vois c’est difficile, un immense bureau, un étage pour toi toute seule, un fauteuil ultra confort, des tas de personnes à tes ordres, des clients pleins au as… Hi hi.
– Cela doit être très stressant et compliqué ! Dit Mei en validant d’un mouvement de tête.
– Merci Mei, toi au moins tu as de la compassion ! Claire tira la langue à Maya. Vraiment des fois je me demande pourquoi je ne lâche pas tout…
– Vous n’avez jamais de problèmes avec les clients que vous attaquez ? Demanda Mei.
– Tutoies-moi s’il te plaît Mei. Si bien-sûr, des contre-attaques des… Maya si tu parles de Star Wars je t’en colle une ! J’ai aussi eu des menaces de mort, ce genre de joyeuses choses. Certains adversaires perdent des millions, d’autres des biens, des employés… Ils réagissent tous différemment mais bon…
– Mais heureusement notre Claire est restée du bon coté ! Elle lutte contre les méchants ! Les voyous ! Ceux qui profitent des gens et du système !
– Oui, de notre point de vue c’est vrai, mais du leur… Enfin bon… Je vais devoir vous laisser, le travail m’appelle. Enfin m’a appelé. Le travail, toujours le travail…
– Allez va, ton petit Tim te fera des câlins ce soir pour te détendre !

Maya lança un regard coquin à Claire et Mei se demanda si Maya était toujours aussi grivoise ou pas. Cela la fit rire. Claire prit ses affaires, donna des dossiers à ses collaborateurs et raccompagna les filles à l’ascenseur.

– Bien Maya, je peux te laisser t’occuper des repas et de la musique alors ?
– Je m’en occupe copine ! Concentre-toi sur votre anniversaire, je m’occupe du reste, tu as déjà fait beaucoup !
– Super merci. Je vous laisse ici je dois récupérer un truc avant de partir. Mei je suis vraiment contente d’avoir fait ta connaissance, j’espère qu’on aura l’occasion de se revoir bientôt !
– Moi aussi Claire et félicitations à toi pour, et bien tout ça. C’est très impressionnant.
– C’est gentil, lui répondit Claire avec un large sourire.
– Ma Claiiiiiire ! Faut qu’on se refasse une soirée entre filles vite, et on ira chez Mei pour voir ses mangas cochons !

Maya se jeta dans les bras de Claire et de nouveau, les deux amies s’étreignirent. Mei regarda avec amusement la scène, tendant timidement la main comme pour inconsciemment leur indiquer qu’elle partageait leur joie. Maya voyant la jeune femme s’approcher, l’attrapa aussi et la colla contre elles, faisant un gros câlin en trio. Les lunettes de travers, Mei rigola et recula en synchronisation avec les deux femmes, avant de regarder Claire disparaître entre les portes de l’ascenseur qui se refermaient. Elle fit un large sourire à Maya, qui lui demanda si elle avait le temps pour passer rapidement voir la personne dont elle lui parlait pour le repas. Mei approuva et les voilà de nouveau en voiture, direction la prochaine étape.

Elles s’arrêtèrent devant une petite enseigne, une boulangerie proche de leur lieu de travail. Sur la devanture, un dessin tendancieux d’une baguette de pain et de deux pâtisseries rondes accompagnaient le nom de l’enseigne : « Les Boules du Boulanger ».

– Voilà, c’est le lieu dont je te parlais ! Ils font des choses fantastiques ! Confessa Mei, l’eau à la bouche.
– Ah mais je connais ! Je connais Val, le patron. Par contre je n’ai pas précisé mais en fait je cherche quelqu’un pour faire tous les repas, pas que les desserts.
– Oui je sais, mais j’ai entendu dire qu’il voulait se lancer comme traiteur récemment, et je me suis dit qu’on pourrait peut-être en parler avec lui, il est très doué.
– Ah ouais ? Alors ça vaut le coup de demander ! Allons-y partenaire !

Mei prit un air fier et sortit de la voiture, en loupant de peu la chute, attaquée par le terrible trottoir de la rue, ce qui lui fit perdre instantanément son petit air fier pour lui redonner son air de chien battu. Elles poussèrent la porte d’entrée, qui fit danser le carillon si caractéristique de la boulangerie. Les vitrines étaient vides, comme tous les jours à cette heure-ci, dévalisées par les habitués. Les yeux de Mei s’ouvrirent en grand : devant l’hécatombe de pâtisseries se dressait encore, seul sur le champ de bataille, un muffin au chocolat, le muffin survivant ! Elle du se retenir d’ouvrir la bouche et de se jeter dessus, elle ne voulait pas paraître trop gourmande aux yeux de Maya, déjà qu’elle venait de montrer son côté pervers. Les jeunes femmes approchèrent du comptoir où un beau jeune homme, très costaud, à la peau noire et au regard de braise les accueillit.

– Bonjour Mesdemoiselles ! Ça fait plaisir de vous voir ici !
– Bonjour, sourit Mei timidement.
– Hey, salut Val, comment vas-tu ? Demanda Maya comme à son habitude, pleine d’entrain.
– Je vais bien merci. Il vous faut quelque chose ? Je suis désolé à cette heure-ci c’est un peu vide…
– Ohhh je vois… Tes boules ont été… Vidées…
– Mais ne t’en fais pas, tout sera rempli pour le goûter ! Rigola Val avec un clin d’œil.
– Oh le coquin !
– Euh Maya…
– Oh oui, oui ! Mei ici présente me dit que tu veux te lancer comme traiteur ?
– Vraiment ? Je suis surpris que tu sois au courant de ça Mei. Effectivement oui, je songe à tenter l’aventure maintenant que la boulangerie est bien implantée, histoire de varier tu sais, de me challenger encore plus.
– Et tu as déjà fait des trucs ?
– Malheureusement non… J’ai pas de « références » tu vois, et malgré mes dégustations toujours très appréciées, je n’ai jamais signé… C’est pas facile aujourd’hui avec tout ce qu’il se passe. Encore plus quand tu es… Tu sais… Comme moi.
– Hun… Ils savent pas ce qu’ils ratent ces abrutis. Soit, si tu es d’accord j’aimerai t’embaucher pour un week-end de juillet, avec 5 services complets : repas, buffets et desserts, ainsi que pour les apéros. Ça te tente ?
– Je… Et comment ! Mais tu ne veux pas… Enfin tu veux pas goûter avant ?
– Non, j’ai ici quelqu’un qui se porte garant de ton travail et vu la qualité de ton boulot, je ne doute pas une seconde que tu nous fera un véritable festin ! Je repasserai juste te voir pour parler budget, à la limite tu me feras déguster là !
– Avec plaisir. C’est à quelle occasion ?
– Alors pour ma fête d’anniversaire le samedi et pour l’anniversaire de Mariage d’une amie le dimanche. Oh et le vendredi juste pour nous. Je ne sais pas encore exactement combien on sera mais je te dirais ça vite.
– Et bien écoute j’apprécie vraiment Maya, toi aussi Mei merci pour votre confiance, ça fait chaud au cœur ! On peut se voir quand tu veux en dehors de l’ouverture et je te promets que tu ne seras pas déçue ! Et du coup c’est dans le coin ?
– Au Château Roncenoir.
– T’es sérieuse ? Demanda Val d’un air ébahi.
– Hum ! Mei le regarda avec des grands yeux en hochant la tête, approuvant sa surprise.
– Donc je vais m’occuper du buffet et des repas dans la salle de Roncenoir ?
– C’est l’idée oui. Tu penses que ça te fera une bonne référence ?
– Et comment ! Y a pas mieux !
– Vendu. Je repasserai te voir avec les détails dans ce cas !
– Au top, merci.
– Oh et avant qu’on parte, le muffin au chocolat là… Vu comme il fait baver Mei, je vais te le prendre pour lui faire plaisir.
– Je… Non Maya ne te sens pas… Mei arbora de nouveau son teint rouge..
– C’est grâce à toi que j’ai pu trouver le traiteur alors hop, pour te remercier.
– Et de mon côté, dit Val, pour te remercier Mei je vais même te l’offrir.
– Oh je… Je n’ai vraiment rien fait j’ai juste émis l’idée de…
– Mais grâce à toi j’ai enfin pu avoir l’occasion d’avancer ! Tiens. Val lui tendit le muffin, qu’elle prit avec un regard rempli d’étoiles.
– Cool, la gentillesse est toujours récompensée hein ? Bon allez Val, merci pour tout ! Il ne nous reste plus qu’à trouver la personne pour la Musique est on est bonnes. On y va Mei ?
– Attendez les filles. Tu cherches quelqu’un pour la musique ? Pour faire quoi exactement ?
– Ça risque de te faire beaucoup la cuisine et la musique non ? Plaisanta Maya.
– Arrête, je connais peut-être quelqu’un en fonction de ce que tu cherches.
– Hum… Pour s’occuper de la sono générale et du matériel, la musique d’ambiance, pour ma soirée jouer les DJ et pour la soirée de mon amie un concert en acoustique tu vois le truc, genre le lover et sa guitare ? Décontracté, classe, petites lumières tout ça, tout ça…
– Et si je te disais que j’ai exactement la personne dont tu as besoin ? Et que je te la recommande chaudement ?
– Et bien je te demanderais si je peux t’embrasser beau gosse.
– Tu te rappelles de Matt mon… Mon petit ami ? Il était là l’autre soir quand… On vous a croisé.
– Ohhhh petit ami ! Je vois que la soirée c’est bien terminée la dernière fois ! Au moins pour vous… Grinça des dents Maya.
– Euh oui c’était sympa. Bon figure-toi qu’il correspond parfaitement à ton cahier des charges. Il a une superbe voix et il est très doué. Et il cherche aussi à faire des dates, ça serait une super occasion pour lui aussi.
– Ah généreuse que je suis ! Allez, l’Ange Maya accepte avec plaisir ! Si tu me le recommandes je te fais confiance ! On se fera une soirée pour parler de tout ça, ça te va ?
– Pourquoi pas oui ! Tu le regretteras pas tu verras.
– Que feriez-vous sans moi ? Plaisanta Maya en lançant ses cheveux en arrière. Bon du coup je te dois un baiser non ?

Val rigola et se pencha sur le comptoir. Maya l’embrassa sur la joue puis fit un petit cri de groupie amusée avant de lui faire un clin d’œil. Val et elle échangèrent leurs numéros de téléphone et les jeunes femmes s’éclipsèrent pour retourner dans la voiture. Maya raccompagna Mei à son studio, mais celle-ci ne sortit pas de la voiture, occupée à contempler son muffin, toujours avec les yeux pétillants. Les muffins de Val étaient un trésor à ses yeux, elle voyait en eux le plus succulent des mets. Enfin, elle regarda Maya qui détachait sa ceinture et il lui fallut beaucoup de courage et de volonté pour faire ce qu’elle décida de faire.

– Ti… Tiens… C’est pour toi. Mei tendit la moitié de son muffin à Maya.
– Ah ah merci Mei, mais garde-le, régale-toi avec, c’est pour toi !
– J’ai toujours voulu… Partager ce super muffin avec une amie et… Tiens…

Maya perdit son air de fofolle pour prendre un air plus sérieux, elle était profondément touchée par le geste de Mei, qui malgré son côté anodin, cachait selon elle une grande preuve d’amitié et de courage. Elle attrapa le muffin, regarda Mei qui lui sourit et elles croquèrent en même temps dans la pâtisserie, en émettant simultanément un soupir de plaisir lorsqu’elles avalèrent la première bouchée.

– Hummmm ! Mais c’est une tuerie ce muffin !
– T’as vu ! C’est le meilleur truc au monde ! Alors je voulais le partager avec toi !
– Meiii ! Tu vas me faire pleurer ! Dans mes bras !

Maya attrapa Mei pour la tirer contre elle, mais cette dernière fut bloquée par sa ceinture, lâchant par la même occasion le précieux son muffin. Dans un mouvement digne d’une ninja, Mei se contorsionna et sauva son trésor sucré de justesse. Elles éclatèrent de rire avant que Mei ne sorte de la voiture en disant au revoir à Maya, les yeux humides derrière ses grosses lunettes. Alors que la belle brune s’apprêtait à partir, Mei revint en courant de la grande porte métallique du studio. Maya ouvrit la fenêtre et vit Mei prendre tout le courage qui lui restait pour lui adresser les dernières paroles de leur sortie.

– J’ai passé un très bon moment même si… Je l’ai pas vraiment montré je… Merci beaucoup pour… Le repas et le reste et à bientôt co… Copine…
– Moi aussi j’ai passé un très bon moment copine ! Va te mettre au chaud, on se revoit très vite !

Mei partit avec un grand sourire, et resta dans l’ouverture de la porte jusqu’à ce que Maya disparaisse de son champ de vision. La jeune femme remit ses lunettes en place, ferma les yeux dans une grimace de joie en sautillant sur place et entra dans le studio pour reprendre son poste. Elle l’avait fait ! Elle avait réussi ! Et en plus elle avait eu un muffin au chocolat… La grande porte métallique claqua, refermant ce premier chapitre de leur longue histoire d’amitié.

De son côté, Maya retourna elle aussi sur son lieu de travail. Il s’agissait d’un charmant petit bâtiment au cœur de leur petite ville, regroupant trois cabinets : son cabinet de dermatologie, le cabinet de l’infirmière Virginie Bellie, la plupart du temps absente car en consultation à l’extérieur et enfin, le cabinet de la kinésithérapeute Samantha Lyson. Toutes les trois avaient acheté ce petit bâtiment ensemble afin de regrouper leurs activités respectives. La salle d’attente était commune, tout comme la secrétaire, Alice Hertia, une jeune femme au corps athlétique et ce mois-ci, aux cheveux bordeaux, puisqu’elle aimait changer régulièrement. Maya la salua à son retour et lui demanda si elle avait quelque chose pour elle, mais il n’y avait rien. Son premier rendez-vous de l’après-midi n’était pas encore arrivé, ce qui laissait un peu de temps à Maya pour aller papoter avec Samantha.

Elle alla à la porte du cabinet de la jeune kiné et toqua. Une voix sensuelle et posée lui indiqua d’entrer mais Maya n’attendit pas d’avoir l’autorisation pour le faire.

– Maya, pourquoi est-ce que tu frappes si c’est pour rentrer immédiatement après ?
– Pour prévenir que je rentre pardi !
– Effectivement vu comme ça… Tout va bien ?

Maya s’avança vers Samantha. Même elle avait du mal à mettre des mots sur la beauté et la prestance de la jeune femme, tellement cette dernière rayonnait. Sam détestait ce mot, mais aux yeux de Maya c’était une femme parfaite. Ses magnifiques cheveux blonds, la plupart du temps tressés sur son côté droit, tombaient le long de ses seins comme pour sublimer des formes déjà parfaites. Elle avait un corps de rêve aux proportions parfaites, qui possédait tout ce qu’une femme pouvait désirer et des yeux vert de jade dans « lesquels on pourrait se noyer » comme aime le dire Maya. Sans oublier un splendide sourire qui faisait fondre Maya à chaque fois. Sam a toujours tendance à dire qu’il ne faut jamais se baser sur le physique des gens, elle hait cette idée, qu’il faut prendre le temps de les connaître et de déterminer ce qu’ils ont dans le cœur. Mais même sur ce plan là, la jeune femme possède tous les atouts dont vous pouviez rêver : intelligence, gentillesse, sagesse, altruisme, humour, modestie et une forte envie d’aider les autres à s’élever. La femme parfaite vous diraient Maya, Mei et bien d’autres, une femme qui vous donne envie de disparaître sous-terre, mais que vous ne pouvez vous empêcher d’apprécier et d’aimer.

Pour Maya, tout pourrait aller à merveille avec son amie d’enfance si seulement elle n’en était pas tombée follement amoureuse depuis une nuit torride, à sa grande surprise et son grand désespoir.

Pour Maya, le sexe avec les femmes était un moyen de s’amuser, de prendre du plaisir, et elle ne voyait sa relation à long terme qu’au bras d’un homme. Mais dernièrement, elle ne pensait qu’à Samantha, ne voyait que Samantha, mais n’avait jamais réussi à le lui dire. Elle a bien essayé à plusieurs reprises, mais c’est comme si le destin refusait de la laisser faire. Et en ce moment, le destin avait un nom : Mike. Récemment, les deux jeunes femmes avaient fait sa connaissance et contre toute attente, il semblait avoir conquis le cœur de la jeune kinésithérapeute. D’un œil extérieur, cela ne choquait absolument pas, surtout lorsque vous les compariez : ils étaient identiques en tout point, il était sa version masculine et elle était sa version féminine. Ils avaient tout en commun il était normal qu’ils soient attirés l’un vers l’autre. Mais quand vous connaissiez Sam, cela vous paraissait bien plus étrange… Maya la connaissait depuis ses premiers jours et jamais son amie n’avait manifesté d’intérêt pour les hommes, puisqu’elle aimait les femmes depuis toujours…

Quoi qu’il en soit, Maya bouillonnait de l’intérieur, elle voulait avouer ses sentiments, mais elle sentait que ce n’était pas le bon moment, elle voulait attendre pour le faire, pour mettre toutes les chances de son côté et se forger un souvenir inoubliable. C’était déjà suffisamment difficile pour elle, elle ne voulait pas en plus risquer d’essuyer un refus. Elle avait décidé de faire sa déclaration lors de son anniversaire afin de profiter de l’ambiance. Elle serait préparée, l’évènement s’y prêterait à merveille et le problème nommé Mike aurait diminué. Alors pour l’instant, elle se forçait à agir normalement, comme elle l’avait toujours fait. C’est pourquoi sa réponse et son comportement étaient habituels.

– Impeccable merci. J’ai mangé avec Mei ! Tu sais qu’elle a rejoint ton fan-club avec moi ?
– Mon fan club ? Qu’est-ce que c’est que ça ?
– C’est moi qui l’ai inventé ! Ça regroupera tous tes fans !
– Maya…
– Je plaisante, je sais que tu n’aimes pas que je dise ça. Plus sérieusement, tu savais que Mei dessinait ?
– Oui, Chris l’a mentionné la dernière fois il me semble.
– Elle est vraiment ultra douée, c’est magnifique ce qu’elle fait ! Et tu sais ce qu’elle fait ?
– Des dessins je suppose…
– Très drôle… Oui mais elle fait des dessins cochons ! Terriblement excitants…
– Vraiment ? La pauvre… Je suppose que tu as découvert ça avec toute ta délicatesse habituelle pas vrai ? Taquina Sam.
– Hi hi oui. Et dis-toi, chuchota Maya en s’approchant sensuellement de Sam, qu’elle a mit en image le fantasme qu’elle a eu lors de notre shooting photo de la dernière fois…
– Pardon ? Quel fantasme ?
– Oh tu aimerais le savoir hein… Pour ça faudra lire ses planches… On faisait des tas de trucs cochons dedans tu sais, comme par exemple… Se donner des orgasmes dans des positions… Très bien dessinées… Ou encore… Faire ce genre de choses…

Maya dégrafa la blouse de Samantha et glissa délicatement sa main dans son pantalon. Puis elle glissa sous sa culotte et commença à la masturber lentement… Les deux jeunes femmes se regardaient dans les yeux, les visages presque collés, prêtes à s’embrasser sauvagement. La tension sexuelle entre elles était palpable, elles se retenaient…

– On peut savoir ce que tu fais là ? Demanda Samantha avec un petit sourire.
– Comme si tu le savais pas… Voir tout ça moi ça ma donné des idées… J’ai envie de toi là… Viens on s’amuse juste… Comme avant…
– Pas maintenant Maya ! On a les patients juste derrière ! Et je te rappelle que tu cries fort…
– Y a personne encore… Et je ferai pas de bruit promis !
– Oui mais ils ne vont pas tarder.
– Hum… Allez… Si tu veux pas t’as qu’à m’arrêter… Tu veux pas une petite gâterie là ? Maya lécha les lèvres entre-ouvertes de Samantha.
– Hum… Maya il faut pas on a du… C’est du chocolat que je sens ?
– Tu veux goûter ?

Maya plongea sa langue dans la bouche de Samantha, qui lui rendit son baiser.

– Il est drôlement bon ce chocolat…
– Hun hun… Tout comme ce que je vais te faire jolie blonde…
– On ne devrait pas faire ça maintenant Ma… Ah… Tu veux pas… Attendre… Ce soir on… Oh…

Samantha recula lentement et butta sur son bureau, sur lequel elle prit appui, comme pour essayer de mieux résister au plaisir que lui offrait Maya et son envie de la suivre. Elle ne voulait pas faire ça ici, mais les caresses de Maya commençaient à avoir raison d’elle. Il faut dire que son amante était plutôt douée, surtout qu’elle commençait à connaître ses « points faibles » en la matière.

– Alors… Tu aimes non ? Maya lui parlait en gémissant tellement son envie était forte.
– Bien-sûr mais… Je ne suis pas sur que… Ah… Ça soit le moment tu veux pas… Hum…
– Mais je veux maintenant… Allez, glisse ta main entre mes cuisses… T’en as envie vas-y….
– Maya il faut que…
– Sam allez… Fais-moi jouir je t’en supplie, j’ai vraiment envie… Tu vas pas me laisser comme ça… Comment je vais faire moi pour travailler cet après-midi dans cet état… Je sais que tu fais toujours tout pour que je sois… Heureuse…
– Ça c’est moche Maya… Tu t’es mise seule dans cet état je n’y suis pour… Oh !
– Oui juste là hein ? Allez Sam… Masturbe-moi toi aussi, viens on se fait jouir ensemble…

Les baisers de Maya dans son cou et sa main qui lui offrait de plus en plus de plaisir eurent raison des derniers remparts de Samantha. Lentement, elle glissa une main dans la culotte de Maya et elle se mit à la caresser à son tour. Maya bougeait le bassin de plus en plus vite pour en recevoir d’avantage, puis baissa son pantalon d’un mouvement rapide.

– Mais qu’est-ce que tu fais ! Et si quelqu’un entre !
– Chut tais-toi Sam… Elle lui posa un doigt sur les lèvres avant de lui faire sucer. Regarde comme je mouille, tu fais ça tellement bien, je vais jouir en deux minutes tu le sais… Vas-y fais-moi du bien, regarde… Maya releva son débardeur et caressa un de ses seins. Tu aimes pas ce que tu vois ?
– Bien-sûr que si j’aime ce que…

Maya ne la laissa pas finir et l’embrassa sauvagement. Plus que ses pulsions sexuelles, c’est surtout ses pulsions amoureuses qui parlaient. Elle profitait de l’excuse du sexe pour pouvoir embrasser Sam, la toucher, être dans ses bras. Blotties l’une contre l’autre, les deux jeunes femmes se lancèrent dans une torride masturbation mutuelle, tout en s’embrassant et se léchant toutes les parties de leurs corps qui étaient accessibles. Maya à moitié défroquée, doigtait maintenant Samantha avec force, à tel point que le bruit qu’elle faisait en claquant contre son sexe était de plus en plus fort, offrant de puissantes décharges sur le clitoris de celle-ci. Les respirations des deux jeunes femmes étaient de plus en plus fortes et elles avaient du mal à retenir leurs gémissements de plaisir. Maya était terriblement excitée, non seulement par les dessins de Mei qui lui revenaient en tête, mais aussi par cette situation, où elle pouvait faire plier Samantha à sa volonté, non sans jouer un peu avec sa gentillesse. Lorsqu’elle regardait sa propre poitrine et la main de Samantha entrer et sortir de son être, elle n’avait qu’une envie, la faire crier de plaisir et crier à l’unisson. Alors que les bassins des deux jeunes femmes faisaient des mouvements de plus en plus amples, le bureau de Samantha commença à vaciller, ce qui excita encore plus Maya. Cependant, elles furent interrompues par l’interphone de Samantha, où Alice envoya le signal que son patient était arrivé. Mais Maya, même ayant remarqué le voyant, continuait à la masturber en augmentant le rythme et saisit la main de Sam pour qu’elle fasse de même.

– Maya on doit arrêter, mon patient est arrivé… On reprendra plus tard…
– Il peut pas attendre deux minutes ? Maya regardait son sexe avec envie.
– Deux minutes ? Petite joueuse…
– Je te parie qu’on peut se faire jouir, t’es pas excitée là ?

Sam se perdit une nouvelle fois dans son plaisir. Il était rare de voir Maya si entreprenante et surtout si autoritaire, ce qui n’était pas sans effet sur la kiné… Même si elle détestait faire attendre ses patients. Elle savait également au fond d’elle que la seule façon de la ramener la belle brune à la raison était de la faire jouir. Sans attendre, elle l’attrapa et la retourna pour coller son dos contre elle. De sa main droite, elle caressa ses seins puis glissa sur son sexe pour lui offrir une masturbation parfaitement maîtrisée. De son autre main, elle lui caressa les fesses et profita de sa position pour lui insérer deux doigts… Elle se lança à la recherche du point G de la jeune femme, qu’elle commençait à connaître et joua de pressions et de vitesse pour aller le titiller, ce qui marchait à merveille. Maya ne pouvait plus d’occuper de Sam dans cette position, mais de toute façon elle n’aurait pas pu tellement le plaisir lui faisait tourner la tête. Elle agrippa le bureau derrière elle et plongea son regard entre ses cuisses, captivée par la main de Sam qui lui donnait tant de plaisir. Elle fit glisser son pantalon aux chevilles pour écarter les cuisses le plus possible. Elle sentait le plaisir monter, de plus en plus, l’excitation qui émanait de la situation allait lui procurer un orgasme de folie. Elle attrapa l’un de ses seins et décida de se laisser aller au plaisir.

– Je vais jouir Sam… Continue, tu vas me faire jouir ah… Ah… Oui vas-y, plus fort, plus… Oh oui comme ça, encore, encore ! Encore plus vite… Je viens, je viens… Oh… Ohhhhhhh je viens !

Étouffant son cri dans sa propre main. Maya gardait le regard fixé entre ses jambes, admirant la main de son amante jouer de son talent et lui donner un long et puissant orgasme. Samantha continua à lui caresser doucement le clitoris, mais prit soin de ses seins avec son autre main, avant de lui glisser à son tour les doigts dans la bouche, que Maya suç goulûment en rigolant. Maya se retourna et embrassa tendrement Sam qui continuait à la caressait dans le dos, donnant des frissons de plaisir à Maya. Prenant le temps de redescendre, elle se rhabilla ensuite en regardant l’horloge de la pièce et se mit à son tour à user de son talent sur Samantha. Le plaisir montait en la superbe blonde, lorsque quelqu’un toqua à la porte. Maya surprise, sortit la main du pantalon de Sam et cette dernière remit sa blouse correctement.

– Oui ? Dit Sam.
– Samantha ? Pardon mais je ne sais pas s’il y a pas un soucis avec l’interphone, tu as reçu mon signal pour M. Duradet ? Comme d’habitude c’est immédiat je me demandais si y avait pas un bug… Demanda Alice en rentrant dans le bureau.
– Oh pardon Alice oui, on parlait d’une chose importante et du coup je n’ai pas répondu de suite…
– Ah bon ? Y a un problème ? C’est la première fois que ça arrive. Insista Alice.
– Euh non, non c’est euh… Samantha hésita. Elle détestait mentir, mais il était délicat de dire la vérité à ce moment…
– On parlait de mon anniversaire ! On finissait de planifier les derniers détails, du coup on a pas vu le temps passer, excuse-nous! Répondit Maya.
– Ton anniversaire ? Tu fais une grande fête pour tes 30 ans ? C’est génial. S’enthousiasma Alice en regardant avec insistance la dermatologue.
– Grande grande… Non c’est… Enfin c’est une fête d’anniversaire quoi. Tenta de calmer Maya.
– C’est tellement bien les fêtes d’anniversaire, surtout pour tes 30 ans, tu dois faire un super truc avec les gens qui comptent!

Sam et Maya se regardèrent et tentèrent de communiquer par télépathie. Maya n’avait pas envie d’inviter Alice, d’une part car ces derniers temps le courant avait du mal à passer et d’autre part, car elle ne voulait pas qu’elle invite son coup du moment, Nathan, avec qui Maya avait un petit passif gênant… Mais le silence pesant qui s’installait devenait malsain et Maya jugea que maintenant qu’elle avait trop parlé, il serait encore plus difficile de maintenir de bonnes relations avec Alice si elle ne l’invitait pas plutôt que le contraire.

– D’ailleurs je pensais Alice euh… Si tu en as envie tu pourrais venir non ? Après comme on ferme le cabinet le vendredi et que ça te fait un long week-end je comprendrais que tu aies autre chose à faire hein, ne t’inquiète pas et ne sois surtout pas gênée de me…
– Vraiment ?! Oh non ça serait super ! J’aime trop les fêtes ! On peut venir accompagnée ?
– Euh… Oui normalement les invités viennent avec leurs conjoints oui… Mais si tu…
– Super, j’ai hâte ! C’est le week-end de la fermeture du vendredi alors ? Nickel !
– Après mon anniversaire c’est le samedi, le dimanche est consacré à nos amis Claire et Tim alors ne te sens pas obligée de…
– L’avocate ? Va y avoir des tas de trucs cool alors ! Je viendrai aussi ! Oh attendez, avant que j’oublie, tiens Sam il me faut ta signature là sur le dossier c’est pour le traitement de Mme Barnet.
– Mme Barnet ? Fais voir…

Alice tendit le dossier à Sam qui l’attrapa en regardant Maya, qui arborait un air mélangeant inquiétude, rage et culpabilité. Samantha ne connaissait que trop bien ce regard et elle avait compris l’essentiel. Maya avait fait une gaffe en parlant trop, ne voulait pas vexer Alice et a préféré l’inviter pour ne pas empirer les choses, même si elle n’en avait pas envie. Typique de Maya.

La journée des trois jeunes femmes fut ensuite relativement habituelle, même si Maya s’en voulait toujours de son invitation forcée, qu’elle ruminait de temps en temps avec ses patients, qui se demandaient parfois ce qu’elle disait. Lorsque sa journée fut terminée, un peu avant Samantha, Maya sortit de son cabinet et signala à Alice qu’elle pouvait y aller, Sam et elle s’occuperaient du dossier du dernier patient de la kiné. Alice ne se fit pas prier indiquant qu’elle avait un rendez-vous et une fois celle-ci congédiée, la jolie brune fut irruption dans le cabinet de Sam, alors en pleine consultation avec une petite mamie âgée de 89 ans. Il s’agissait de Mme Argensky, une habituée du cabinet qui ne jugeait que par ses trois occupantes. Maya entra, s’installa dans la chaise de Samantha derrière son bureau et commença à parler le plus naturellement du monde.

– Bonsoir Mme Argensky, vous allez bien ?
– Ah bonsoir Mlle Lomes. Oh vous savez, comme une vieille, mieux que demain et moins qu’hier…
– A votre âge j’aimerais bien pouvoir me contorsionner dans tous les sens comme vous ! Tu lui fais quoi Sam là à cette pauvre Mme Argensky ? Tu veux la plier en deux ?
– A vrai dire je travaille Maya… Tu pourrais attendre dehors s’il te plaît ?
– Ne vous inquiétez pas Samantha, cela ne me dérange pas. Le Docteur Lomes me connaît bien vous savez.
– Mme Argensky c’est une question de secret médical et de respect. Répondit Samantha.
– Ba ba ba ba Samantha, vous êtes charmante et prévenante, mais à mon âge vous savez… Que Mlle Lomes reste avec nous si cela lui fait plaisir, alors ça me fait également plaisir. Surtout qu’elle connaît mon dossier médical par cœur j’en suis certaine ! La petite mamie rigola.
– Vous êtes gentille ! Appelez-moi par mon prénom aussi s’il vous plaît ! Et comment va cette tâche ?
– Oh comme vous l’aviez dit, elle disparaît tranquillement.
– Parfait ! Surveillez-la hein.
– Bien-sûr. Que vous arrive-t-il Maya ? Vous semblez troublée ma petite, ça ne va pas ?

Maya regarda silencieusement Sam et la mamie puis se leva et alla s’installer sur le tapis à côté des deux femmes, pour parler plus intimement avec la vieille dame, presque comme si Sam n’était pas là.

– Euh Maya tu… Sam soupira et continua ses manipulations.
– Ah Mme Argensky ! Je me dis que je suis trop gentille vous voyez ! Je vais fêter mes 30 ans et j’ai du inviter une personne que je ne souhaitais pas y voir, non pas parce que je ne l’apprécie pas, mais parce que… Ahhhh je ne sais pas, je ne la voulais pas c’est tout ! Mais je ne voulais pas non plus la vexer parce que… Ahhhh… Elle s’écroula sur le sol.
– Il s’agit de votre secrétaire n’est-ce pas ?
– Vous êtes devineresse ? S’étonna Maya en se relevant.
– Hi hi hi, non juste observatrice. Vous savez à mon âge on a pas grand-chose d’autre à faire et votre secrétaire parlait au téléphone avec une amie tout à l’heure.
– Des appels privés alors qu’il y a des patients dans la salle… Hun… Maya prit un regard sérieux. Je vais lui en toucher deux mots, ça commence à faire beaucoup…
– Si je puis me permettre mesdemoiselles, votre jeune secrétaire Alice. Elle était très gentille autrefois mais ces derniers temps elle est assez distante et prend les gens de haut. Vous devriez lui parler et comprendre ce qui ne vas pas dans son quotidien vous savez. Ce n’est pas une mauvaise fille, mais elle part dans une mauvaise direction, vous devriez la remettre dans le droit chemin, vous êtes tellement charmantes toutes les deux.
– Ah Mme Argensky, vous êtes bien trop gentille vous aussi, soupira Maya.
– Et je ne l’ai jamais regretté vous savez !
– Tournez-vous s’il vous plaît Mme Argensky, juste là. Ça ne vous fait pas mal ici ? Samantha continua son travail avec grand professionnalisme.
– Pas du tout, vous avez des mains d’ange. Qu’est-ce que je disais ? Ah oui, je ne l’ai jamais regretté voyez-vous, il faut toujours être gentil car la gentillesse appelle la gentillesse. C’est ce que ma Mère m’a appris dans le temps.
– Ohhhh… J’aimerais tellement avoir une mamie comme vous ! Saaaam ! On va boire un coup après ? On ira prendre Mei au passage ! Ça lui fera plaisir de te voir.
– Oh euh… J’ai rendez-vous avec Mike après Maya… Sam esquiva le regard de Maya.
– Ba on se fera un truc à quatre ! C’est cochon hein ? Houuuuuu ! Pardon Mme Argensky !
– Ah ah ah la jeunesse ! Ahhhh si j’avais 30 ans à nouveau…
– Vous avez un corps de jeunette Mme Argensky ! Allez hop debout, nous avons terminé. Alors ce genou dites-nous ?
– Et bien et bien ! La mamie se releva avec aisance. Je ne ressens plus aucune douleur Samantha, c’est merveilleux ! Vous êtes vraiment un amour. Rigola la mamie en sautillant sur place.
– Il tiendra le coup jusqu’à la prochaine fois, mais pas d’excès d’accord ? Et surtout pensez à boire Mme Argensky, c’est important. La petite mamie rigola de nouveau et s’approcha de Sam qui lui tendait son manteau. Tenez, laissez-moi vous aider à remettre votre manteau, la semaine prochaine on s’occupera de votre épaule d’accord ?
– D’accord, merci merci. Ahhhh si j’avais votre âge. Vous avez de la chance vous savez de pouvoir profiter de la vie comme ça. Allez, je m’en vais merci encore et faites la bise à Mike pour moi !
– Vous le connaissez Mme Argensky ? S’étonna Maya.
– Oh non mais ce n’est pas grave. Ça doit être un séduisant jeune homme alors j’en profite !

La mamie partit dans un grand rire ce qui conclut la journée de travail des filles. Samantha termina le dossier et se mit à ranger son cabinet. Maya fut surprise de voir à quel point tout était impeccable dans son bureau, contrairement au sien. Alors que Samantha enlevait sa blouse, Maya se colla à elle par derrière et lui demanda si elle voulait terminer ce qu’elles avaient commencé tout à l’heure. Samantha se retourna, lui fit un sublime sourire et lui indiqua qu’elles avaient déjà beaucoup à faire pour la soirée. Maya fit la moue mais était d’accord. Pendant que la kiné fermait les lieux, Maya attrapa son téléphone et appela Mei pour lui demander si elle était libre, ce qui fut confirmé par la timide jeune femme. Maya passa la chercher tandis que Samantha alla directement au lieu de rendez-vous et les quatre personnes se retrouvèrent sur la petite place arborée du vieux centre, décorée d’une fontaine représentant 4 chevaux et éclairée par de charmants lampadaires d’époque aux éclats dorés. Les saules pleureurs et autres plantes de la place lui donnaient un charme certain, un endroit très romantique.

Mei ne savait pas réellement quoi penser d’elle-même. Deux sorties le même jour, dont une avec un parfait inconnu ? Mais que lui arrivait-elle ? Elle était à la fois fière et apeurée. D’un côté, son pyjama chaud et ses dessins lui manquaient déjà, mais de l’autre… Elle allait sortir avec Sam et Maya et même dans ses rêves les plus fous, elle ne l’imaginait pas ! Ça allait être grandiose et elle serait décontractée ! Du moins c’est ce qu’elle pensait, jusqu’au moment où elle aperçut Mike… A cet instant, son cœur s’arrêta et elle eut l’impression que sa mâchoire tombait au sol. A côté de Samantha, presque tout le monde paraît fade. Mais pas Mike, non, au contraire il paraît aussi charismatique que la déesse blonde. Il était grand, musclé harmonieusement et naturellement, les cheveux bruns coiffés simplement et des yeux d’un bleu perçant. Si les yeux de Samantha étaient deux magnifiques pierre de jade, ceux de Mike étaient deux saphirs bleus. Il portait des habits simples, aucun bling bling et son sourire lorsqu’elles arrivèrent aurait pu tuer Mei sur place. Elle poussa un petit cri de surprise en serrant son sac aussi fort que possible contre elle, comme si il allait protéger son cœur des flèches de Cupidon. A ses yeux, Mike et Samantha semblaient être les mêmes, la perfection incarnée. Comment pourrait-il s’intéresser à elle ? Elle s’aperçut très vite que tout comme Samantha, Mike était également une extraordinaire personne à l’intérieur, ce qui n’arrangea pas son cas. Maya s’avança d’un pas moins joyeux que d’habitude et fit les présentations.

– Mei, je ne te présente pas Sam que tu connais, mais à côté voici Mike son… Tu es quoi au juste ?
– Son ami, précisa Mike dans un superbe sourire. Ravi de faire ta connaissance Mei.
– Hou hou je je m… Moi… M… Mei n’arrivait pas à aligner deux mots.
– Ça va aller Mei, t’en fait pas. Maya rigola. Elle est très timide ne t’en fais pas, elle est ravie aussi.
– Comment vas-tu Mei ? Demanda chaleureusement Sam.
– Très bien merci beaucoup, je suis très contente que vous m’ayez invitée merci je… Je sais pas comment le montrer mais…
– T’as qu’à nous offrir la tournée tiens ! Plaisanta Maya. Allez, allons-y.

Maya ne savait que penser de Mike. Elle en était jalouse, elle avait l’impression qu’il lui avait volé de précieux moments avec Sam, voir Samantha elle même, ce qui la mettait dans une rage noire. Mais d’un autre côté pourquoi être jalouse d’un homme alors que son amie est lesbienne ? Et comment être méchante avec quelqu’un d’aussi gentil que lui ? Elle savait que Mike n’avait rien fait de méchant et qu’il avait juste eu un excellent feeling avec Samantha, feeling qui était réciproque, un peu trop même… Est-ce qu’elle s’en voulait à elle même de ne pas être à leur niveau ? Ou alors s’en voulait-elle d’être égoïste et de vouloir priver Samantha d’un ami ? Elle n’en savait rien et cela l’agaçait. D’autant plus qu’elle le savait, le charmant jeune homme serait le « plus un » de Samantha le week-end d’anniversaire, le week-end où elle veut faire sa demande. Cela lui compliquera la tâche, mais ne l’empêchera pas de la faire ! Elle veut son cadeau.

Les quatre amis se rendirent dans un petit bar qu’ils connaissaient plus ou moins, ne sortant que très rarement, « Les Amants de la Bière », un lieu calme et détendu, qui propose suffisamment de choix pour plaire à tout le monde. Ils s’installèrent près de la grande vitre donnant sur la fontaine et ses arbres, dans de confortables fauteuils et commandèrent à boire. Sam et Mike, assis côte à côte, ainsi que Mei demandèrent des jus de fruits, ce qui sema grandement le doute dans le cœur de Maya… Allait-elle suivre la majorité ?

– Apportez-lui la Bière maison s’il vous plaît, indiqua Sam à la serveuse en rigolant.
– Quoi ! Non mais attends j’ai pas encore choisi je… Rougit Maya.
– T’en as pas envie ?
– Si… Rhaaaaaaaa vous me culpabilisez tous là ! Oui la bière s’il vous plaît ! J’ai eu une longue journée après tout… Puis faut bien qu’un de nous ne soit pas raisonnable non ?
– Si tu veux je peux prendre une Bière moi aussi pour t’accompagner Maya, indiqua avec détermination Mei.
– Tu aimes ça ?
– Euh… Non pas vraiment mais…
– Ohhhh. Maya serra Mei dans ses bras. Non garde ton jus, mais t’es gentille merci.
– Hou… Mei se mit à rougir comme une tomate.
– Oh ! Petite coquine… Ricana doucement Maya en donnant un coup de coude discret à Mei.
– Alors dis-nous, comment avancent les préparatifs ? Demanda Mike.
– Oh oui ! Réunion stratégique ! Oui alors on a tout c’est bon ! On peut même s’installer le vendredi au lieu du samedi grâce à Claire, et on à la salle à -80 % !! Faut juste que je trouve des volontaires pour être mes esclaves le jour J… Y aura déjà Claire, Tim, Moi et Sam.
– Ah ? Première nouvelle ! rigola Sam qui apprenait la chose.
– Tu peux compter sur moi aussi, affirma fièrement Mei.
– Pareil pour moi si je peux aider, continua Mike.
– Vous êtes trop cool merci. Si on est tous les 6 ça devrait être parfait. Pour le repas on a Val, tu sais le boulanger des « Boules du Boulanger ».
– Il fait aussi traiteur ? Demanda Sam surprise tandis que la serveuse leur amenait leurs verres.
– Merci. Ouais il veut se lancer ! Et pour la musique y aura Matt !
– Effectivement il est très doué, c’est un très bon choix. Confirma Mike qui connaissait les deux hommes.
– En parlant de ça Mike, toi qui a autant d’amis gays, tu… ? Demanda avec espoir Maya.
– Ah… Non non, j’ai effectivement beaucoup d’amis homosexuels mais non je ne le suis pas.
– Ah ? Parce que bon comme Sam est…
– Bon alors sinon ! Sam coupa net la conversation, ce qui étonna beaucoup Maya. Je propose que l’on lève nos verres à cette soirée et au futur anniversaire de Maya. C’est très agréable d’être réunis tous les quatre et je propose que l’on donne notre maximum pour faire de la fête de Maya, Claire et Tim l’un de nos meilleurs souvenirs !
– Je te prends au mot… Sourit timidement Maya avant d’ingurgiter sa Bière.

Ils poursuivirent leur soirée en rigolant, montrant chacun de l’intérêt pour les activités et les passions des autres et plus Mei faisait la connaissance de Mike, plus elle se sentait amoureuse. Peut-être était-ce parce qu’il était le reflet masculin de Samantha qu’elle admirait tant, ou alors parce qu’il possédait tout ce qu’elle recherchait chez un homme. Elle ne le savait pas encore mais elle était plongée dans ses yeux lorsqu’il parlait et en oubliait presque sa timidité. Cependant, elle se garda bien de parler de son passe-temps favori… Non pas qu’elle avait peur qu’il en rigole, il ne le ferait pas, mais car elle ne voulait pas encore montrer cette facette d’elle… Elle voulait qu’il la connaisse mieux avant, du moins elle le fantasmait. Maya de son côté, était de plus en plus désabusée en voyant à quel point il ressemblait à Samantha et elle avait l’impression d’être dans un ring de boxe, prise dans les cordes, tentant de se protéger devant la pluie de coups qui doucement mais sûrement, la mettait au sol. Elle l’admirait et le détestait en même temps… Mais elle se devait d’être honnête avec elle-même, elle appréciait tout de même sa compagnie et passait un bon moment entourée de ses amis. Si elle n’était pas folle amoureuse de Sam, elle l’aurait été de Mike, elle le savait…

De l’extérieur, si vous ne le connaissiez pas, vous auriez vu simplement un groupe d’ami passer du bon temps à la table d’un petit bar. Mais Alice les connaissait, et quand elle passa devant le bar en compagnie de Margot, elle ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire de mépris.

– Elles ont qu’à sortir ensemble directement ces deux là, ça devient lourd de les voir jouer aux timides comme ça…
– Y a un problème Alice ?

Marchant à ses côtés, une superbe rousse la regardait avec intérêt. Margot Lionna, héritière de la plus puissante et influente famille de la ville, voir du pays, se pavanait à côté d’elle et la scrutait de ses petits yeux verts. La belle rousse était une personne influente, qui aimait user de son pouvoir sur les autres. Elle sortait toujours accompagnée d’au moins deux gardes du corps, qui la suivaient de loin, les bras débordants de sacs de marque remplis d’affaires qui valaient chacun au moins le salaire mensuel d’Alice.

– Non non pardon j’ai vu mes patronnes et j’ai pas envie de les voir le soir aussi…
– Tu parles de ce bar miteux là-bas ? Ne t’en fais pas ce n’est pas pour nous, non on va aller dans la meilleure boite de la ville. Les garçons, apportez les sacs à la voiture et ammenez-la ici, vite. Qu’est-ce qu’il y a Alice ?
– Non c’est juste que je suis dégoûtée de voir qu’il me faut un salaire pour acheter ne serait-ce qu’une de tes fringues. Je t’envie tellement !
– Alors change de vie ma belle.
– Plus facile à dire qu’à faire…
– Qui as-tu devant toi ? Réponds-moi !
– Qu’est-ce que tu me racontes ?
– Darling je peux faire de toi ce que tu veux ! Mais n’oublie pas que tout service rendu implique des retours.
– Ah ah, très drôle. Je te vendrai mon âme si je pouvais quitter ce job et mon appartement minable pour vivre comme toi ! Tes fêtes sont tellement géniales !
– Mes fêtes ou mes partouzes ?
– Les deux.
– Oui, je sais. En même temps tout ce que je fais est génialissime non ?
– Alors que leur fête à elles va être ennuyante… Ça va être rempli de connards ennuyants et d’avocats je suis sûre !
– D’avocats ?
– Ouais alors tu peux oublier les partouzes ! Ils savent pas rigoler !
– Pourquoi est-ce que tu y vas alors ? Elles t’y ont forcé ?
– Même pas, c’est moi qui me suis invité en faisant style que je voulais y aller ! Le pire c’est que je sais même pas pourquoi, je sais pas… C’est juste que j’ai pas envie qu’elles fassent quelque chose comme ça sans moi, après tout je bosse pour elles depuis un moment alors c’est la moindre des choses ! Elles me nourriront et logeront à l’œil en plus ! Puis attention c’est l’anniversaire de Mariage de « La Lionne » alors surtout pas d’écart hein !
– La Lionne ? C’est moi La Lionne chérie.
– Ouais désolé, c’est le surnom que donnent les amis et les proches de cette avocate pincée du cul. A chaque fois qu’elle vient j’ai envie de la baffer avec son tailleur trois pièces. Puis quel nom stupide sérieux ! Claire Rière ! Tu te rends compte ! Tu te maries pas avec un mec qui a ce nom quand tu t’appelles comme ça !

Margot s’arrêta net et tourna la tête vers Alice qui continuait d’avancer, avant de se rendre compte qu’elle était seule. Elle se retourna et Margot articula très clairement la question qu’elle lui posa.

– Répètes-moi le nom de l’avocate… ?
– Claire. Claire Rière ! Ouais moi aussi ça m’a fait marrer le nom de la nana la première fois !
– Hun… Intéressant… Très intéressant…

Margot se retourna et fixa attentivement nos quatre amis qui passaient un moment tranquille dans leur petit bar, ignorant tout de ce que leur réservait l’avenir, mais en étant conscient qu’il arriverait bien trop vite à leurs yeux… La Lionne eu un sourire et entra dans sa voiture de luxe, laissant le groupe à sa soirée d’amitié…

Et voilà pour ce premier chapitre de notre saga “Crazy Sexy Stories” ! Nous commençons en douceur aux côtés de Maya, qui compte bien faire de cette fête un moment inoubliable. Alors, allez-vous accepter votre invitation pour ce week-end de folie ? 😀 ! Si vous en avez envie, direction le chapitre 02 pour la suite ! Merci et à bientôt !

Le Harem de Lexas - Histoire érotique gratuite.
Histoire précédente Le Harem de Lexas
Histoire suivante Crazy Sexy Stories – T.01 – Chapitre 02
Crazy Sexy Stories Chapitre 02 - Nos amis veulent jouir !

6 Comments

  1. J’ai vraiment adoré ce premier chapitre ! Je me suis vraiment attachée au personnage de Maya et de Mei et j’ai hâte de découvrir leur histoires complète !

    • Bonjour Crazylegs, merci beaucoup pour le message !

      Effectivement, nous avons eu un peu de retard niveau correction, Kate n’a pas encore eu le temps de repasser dessus (c’est elle qui s’en occupe). Ce sera bientôt corrigé et cela ira mieux par la suite, c’est l’un de nos axes d’amélioration ! Nous avons hâte de vous montrer la suite en tout cas ! Merci et à bientôt !

  2. Moi aussi je me suis régalée ! c’est vraiment prenant, j’aime beaucoup votre style d’écriture et je vais suivre la suite avec intérêt ! je me suis inscrite à la newsletter VIP pour rien louper aussi ! la suite, la suite !

    • Merci beaucoup Titinure55 ! Ça nous fait plaisir quand les gens prennent le temps de commenter, merci. La suite arrive bientôt, nous avons hâte de vous raconter toutes les aventures de Maya !

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Petit.e coquin.e ... Le clic droit est désactivé, n'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez quelque chose.