💕🔞 Nouveau test coquin ! Au tour de Nate de...

💕🔞 Nouveau test coquin ! Au tour de Nate de...

💕🔞 Nouveau test coquin ! D'un gode ÉNORME ! Vraiment...

💕🔞 Nouveau test coquin ! D'un gode ÉNORME ! Vraiment...

😍 Ohhhh ! Notre partenaire @motsutoys nous a gâté !!...

😍 Ohhhh ! Notre partenaire @motsutoys nous a gâté !!...

💕🔞 Bonjour / Bonsoir à tous. Merci de lire ces...

💕🔞 Bonjour / Bonsoir à tous. Merci de lire ces...

💕🔞 Hey ! Le chapitre 11 de "Crazy Sexy Stories"...

💕🔞 Hey ! Le chapitre 11 de "Crazy Sexy Stories"...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Hey ! Comment ça va ? Ça y est,...

💕🔞 Hey ! Comment ça va ? Ça y est,...

💕🔞 Un petit défi coquin de couple, ça te tente...

💕🔞 Un petit défi coquin de couple, ça te tente...

💕🔞 Le chapitre 09 de Crazy Sexy Stories est disponible...

💕🔞 Le chapitre 09 de Crazy Sexy Stories est disponible...

Chapitre 10

By 36min read

Crazy Sexy Stories, tome 01.

Chapitre 10 : » Je ne pourrai jamais oublier… «

Sam et Mei arrivèrent miraculeusement à ramener Maya à sa chambre en un seul morceau. Mike, charmant comme à son habitude, fit semblant de ne pas entendre les avances osées de Maya, vautrée dans ses bras. Il savait très bien qu’elle ne le pensait pas et que l’alcool parlait pour elle. Elle avait besoin de décompresser elle aussi et sa façon personnelle était de faire la pitre. Sauf que le sexe était son registre favori même s’il était abordé sur le ton de la plaisanterie. Pourtant, Maya allait laisser s’échapper une bourde lourde de conséquences. Samantha ouvrit la porte de la chambre et Mike invita Maya à s’y rendre tranquillement. Celle-ci, toujours sous la forte emprise de ses mojitos, le remercia.

– Merciiii Miiiike. Charmant Mike, parfait Mike. Qu’il est gentil ! Hein qu’il est gentil ? On comprend pourquoi tant de femmes sont folles de toi. Hey, hey, elle tâtonna les biceps de l’homme, regardez ces bras les filles ! Fins et musclés, puissants… Houuuu… S’il avait été là Mei, tu n’aurais pas été capturée et emprisonnée ! Ah ! Faut que tu restes à côté de nous maintenant Mike ! Faut arrêter ce méchant Comte qui nous espionne avec toutes les caméras ! Et Margot aussi, qui a emprisonné cette pauvre Mei dans sa salle de torture en lui faisant des tas de trucs pervers. Boaaa ! On est des justiciers ! Elle leva les poings.

Mei vira au rouge et se figea sur place. Sam attrapa Maya et la fit avancer dans la chambre. Cette dernière était tellement fatiguée et saoule, qu’elle ne réalisait même pas l’impact de ce qu’elle venait de dire. La jeune mangaka regardait ses mains et tripotait ses doigts, terriblement gênée. Elle qui pensait avoir passé une soirée parfaite, voilà qui venait légèrement ternir le final… Difficilement, elle leva les yeux vers Mike, mais le regard de celui-ci n’était pas celui qu’elle attendait. Non, à l’inverse, il était rempli de compassion et de gentillesse. Mei ne se sentait pas jugée, pas critiquée. Cela lui fit redescendre la pression instantanément. Mais pas assez pour la mettre à l’aise. Elle regarda timidement Sam.

– Sam je euh… Je vais rester avec Maya si tu le veux bien, vérifier, tu sais… Qu’elle ne se fait pas mal où qu’elle ne fait pas de bêtises… Tu devrais peut-être… Enfin maintenant que… Tu vois… Expliquer à Mike tout ce… Tout ce qui s’est passé…
– Tu es sûre Mei ? Samantha s’inquiétait.
– Oui, oui. J’ai totalement confiance en lui, depuis le début je me dis qu’il faut lui en parler alors…
– Tu ne veux pas le faire toi ?
– J’aimerai mais… Je suis bien trop mal à l’aise… Elle baissa les yeux de nouveau.
– Il ne faut pas Mei, Mike s’avança, si tu veux m’en parler tu devrais le faire.
– Merci Mike mais Sam te dira tout mieux je… Je vais aider Maya.

Mei sourit aux deux amis, entra dans la chambre et referma la porte derrière elle, laissant Mike et Sam sur le palier. La jeune femme s’affala de dos contre la porte et soupira. Tout était si bien parti avec Mike, voilà que cette histoire venait de la rendre ridicule ! Elle prit quelques secondes pour digérer la chose, mais n’en voulut pas à Maya. Après tout, elle n’avait pas vendu la mèche volontairement et il fallait bien que Mike soit mis au courant un jour… Mais demain soir aurait était préférable… Elle ne put s’empêcher d’avoir un petit pincement au cœur en songeant qu’elle venait de laisser Mike en tête à tête avec la femme la plus magnifique qu’il soit… Elle pesta contre elle-même : elle aurait pu être seule avec lui si elle avait eu le courage de lui expliquer en personne. Une idée lui vint subitement : et si c’était là ce que Mike avait voulu ? Et si son objectif avait été d’être en tête à tête avec elle ? Elle fit la moue, soupira une nouvelle fois et tapa des pieds en levant les bras. Sans le faire exprès, elle actionna l’interrupteur et coupa la lumière. Le noir était total. Elle sursauta et fit quelques pas en avant, avant de chercher l’interrupteur pour rallumer. Elle tapota à l’aveugle et fut attaquée par un pantalon diabolique ! Elle s’emmêla les pieds dedans, vacilla et dû faire de grands mouvements pour garder l’équilibre. Dans sa maladresse, elle tapa de sa main ses lunettes et les envoya valser au sol. Bien joué ! Non seulement il régnait un noir total, mais en plus, elle voyait flou ! À quatre pattes, elle commença à tâtonner le sol pour retrouver ses lunettes.

– Saaaaaam ? T’es là ? Oh oui tu es là… Coquine… Dans le noir…
– Attends Maya, juste une minute.

Totalement concentrée dans sa recherche, Mei répondit instinctivement sans contredire son amie. Elle ne pensait pas qu’elle aurait à le regretter… Soudain, elle fut agrippée par deux mains qui la tirèrent sur l’immense lit. En moins de temps qu’il ne le fallait pour le dire, Mei se retrouva allongée, la dermatologue à califourchon sur elle.

– Houuuu ! Houuuu ! Maya, mais qu’est-ce que tu fais ??!!
– Saaaam ! Viens-là, on va faire un gros câlin… Dans le noir total… Pour les caméras…
– Maya ! Maya, c’est Mei ! Samantha est dehors, je vais aller la chercher d’accord ?
– Très drôle Sam ! Laisse cette innocente et pauvre Mei en dehors de ça ! Et puis… Hi hi… Elle a déjà eu son lot d’orgasmes pour la journée tu ne crois pas ? Laisse-moi t’en donner un. Oh non ! Trois ! Quatre !
– Houuuuuuuu ! Non, non, non tu te trompes ! C’est moi, c’est vraiment moi, Mei, je suis Mei ! Pas Samantha !
– Hummmm ? Maya tata le visage de son amie. Ah ah ! Piégée ! Tu m’as presque eu ! Mais tu as fait une erreur canaille ! Ses lunettes ! Mei ne quitte jamais ses lunettes ! Hé hé ! Je suis trop forte ! Détective Lomes ! Ah ah ! Et toi, tu n’as pas de lunettes ! Tu es donc coupable, j’en ai la preuve ! Ta sentence sera la mort par orgasmes ! Hé hé ! Viens donc par ici…
– Non, non je t’assure que… Houuuu… Houuuuuuuu !

Maya bascula légèrement sur le côté et Mei vit son bras partir brusquement vers l’arrière. Elle sentit ensuite une légère pression sur son poignet, accompagnée d’une sensation de froid et un petit bruit sourd… “Clic”. Elle toucha son poignet droit et fut horrifiée ! Maya venait de la menotter au lit !

– Hé hé ! Sam, Sam ! Maya rigolait bêtement. Je suis sûre que tu aimes être attachée ! Ça tombe bien, tu sais dans la salle BDSM ? J’ai piqué des menottes… Et elles sont pas en toc ! C’est des vraies ! Et ça, c’est la clef ! Oh ! Pffff tu peux pas la voir je suis bête, il fait tout noir… Peu importe, c’est ça la clef et… Oh ! Mince ! Je l’ai faite tomber ! Pas grave ! Maintenant je vais t’offrir un spectacle… J’ai un jouet lumineux ! Tu verras pas grand chose mais ça te fera un peu de teasing… Un show mystiiiique… Oh oh…
– Maya, Maya ! Arrête ! C’est moi Mei !
– Tu veux faire du rôle-play ? C’est bizarre non… ? Mais bon, comme tu veux !
– Non, non ! Houuuu ! C’est quoi cette lumière bleue ?
– C’est mon dernier toy… Regarde il vibre et il brille de mille feux… Elle lui cala sur le ventre.
– Ah ! Ah ah ah ah ! Arrête ça chatouille ! Maya, c’est vraiment Mei je ne rigole pas !
– Comme il brille tu vois, tu vas pouvoir me voir faire des choses cochonnes… Et tu vas me supplier de te faire des choses à toi aussi… Tant que tu ne me supplies pas moi je te fais rien…
– Maya ! Je te supplie d’arrêter ! Et puis j’ai pas mes lunettes ! Tu es toute floue alors ne…
– Chuuuut… Regarde… Je le glisse doucement dans ma culotte et… Hey ! Mais je suis trempe… Intéressant…
– Houuuu ! Tu es surtout saoule ! Tu vas terriblement le regretter demain quand tu vas savoir ce que tu as fait, tu peux encore arrêter !
– Et maintenant, place au spectacle…

Maya s’éloigna de Mei et se mit au bout du lit, loin d’elle. Mei ne voyait presque rien. Entre le noir et la perte de ses lunettes, elle ne voyait qu’une petite tache floue bleutée se balader. En un sens, cela la rassurait un petit peu, la situation serait bien moins gênante. Cependant, elle avait le son…

Lentement, Maya se caressa la poitrine et joua avec le sextoy lumineux sur son clitoris. Il s’agissait d’un vibromasseur avec un long gode et un petit appendice vibrant. La jeune femme émettait de petits gémissements de plaisir devant les premières vibrations sur son clitoris. Quelques instants plus tard, elle se releva et attrapa sa culotte. Elle était pressée de se faire du bien.

– Elle me gêne… Je vais l’enlever et… Hum… Me faire du bien comme ça.

De nouveau, elle se mit à genoux sur le bord du lit et caressa son clitoris avec sa main droite. Puis, de la gauche, elle enfonça le godemichet brillant en elle. Dans des soupirs de plaisir qui accompagnaient les va-et-vient de l’objet du crime, elle articula quelques mots.

– Oh oui, il me fait du bien là… T’en veux aussi ? Avoue… Supplie-moi vas-y… Oh oui… Oh c’est bon là… Regarde… Plus j’enfonce et… Ouf… Moins tu me vois… Je retire… Tu me vois…. J’enfonce… Hi hi… Oh… J’enfonce… Bien… Profond… Oh c’est bon… J’ai déjà envie de jouir tu sais….
– Houuuu ! Maya arrête, arrête, tu vas pas du tout aimer ça demain matin…
– Je m’en fous, c’est maintenant que je veux aimer et là… Hum… Là j’aime ça…

De plus en plus vite, Maya agitait le godemichet en elle, tout en se masturbant. Elle mouillait tellement qu’elle avait l’impression de ne pas ressentir les frictions du jouet, seulement les vibrations… Mais elle était bien trop excitée par la situation, elle voulait jouir le plus vite possible… Ses gémissements étaient de plus en plus intenses et elle s’adressa à Mei avec une voix tremblante.

– Supplie-moi de te faire du bien vas-y… Sinon je… Oh oui… Mei entendait les claquements humides du jouet. Sinon je vais me faire jouir et… Je vais jouir tellement fort que tu vas… Oh… Jouir… Je viens… Oh oui je viens, je jouis, je jouis !

Dans un long cri qu’elle essaya d’étouffer, Maya eut un puissant orgasme. Ses jambes menaçaient de lâcher et tout son corps fut pris de spasmes. Elle continua un petit moment de se masturber en rigolant, même après avoir jeté le jouet avec sa délicatesse habituelle. Puis, elle se pencha sur son amie qui sentit ses cheveux lui caresser le cou.

– Hummmm… T’as aimé ? Parce que maintenant, c’est ton tour… Je vais…
– Non, non ! Arrête ! Maya ? Maya ? Houuuu !

Des ronflements s’élevèrent dans la chambre. Maya tomba comme une buche, à moitié sur Mei et totalement nue. La timide mangaka tenta de la réveiller en la secouant, en l’appelant, mais rien n’y fit. Elle tâtonna autour de son bras menotté afin de chercher comment faire coulisser les menottes, mais elles étaient fermement accrochées à une décoration en fer forgé de la tête de lit, impossible de les faire glisser. Elle força de toutes ses forces, mais les menottes ne bougèrent pas… Pas de doute, il s’agissait de vraies, certainement pas d’un petit jouet trouvable dans les sexshops… De sa main gauche, elle tenta d’attraper son petit sac au sol, mais n’y parvint pas, il était trop loin. Mei chercha une solution mais lentement, sombra dans le sommeil à son tour…

Alors que tous les convives gagnaient les bras de Morphée petit à petit, dans la salle principale, l’équipe de Val s’afférait au travail. Les tables étaient débarrassées, la vaisselle faite, les petits-déjeuners préparés. Seul au milieu de ce travail de fourmis, Matt parcourut les tables à la recherche de Val. Il le trouva en cuisine, battant une sublime crème chantilly. Il s’approcha de lui afin de lui proposer son aide, en baillant lourdement.

– Ahhhh…. Hum… Je peux t’aider à quelque chose ?
– Oui. En allant dormir Matt.
– Pourquoi ?
– Tu as failli te décrocher la mâchoire.
– C’est pas grave. Je vais t’aider et peut-être qu’après… Il lui caressa le torse.
– Sérieusement Matt, va te coucher. Demain est un jour important pour toi. Tu ne dois pas louper ton concert, et il n’y a rien de pire pour la concentration que le manque de sommeil.
– Ah vraiment ? Tu devrais appliquer tes conseils tu sais…
– Et je le ferai. Je finis la préparation et j’ai mon commis qui prend la suite. Il arrive dans une demi-heure, ensuite j’irai me coucher.
– Vous avez des équipes tournantes ?
– C’est ça, deux.
– Ne t’en fais pas Matt, si besoin je peux aider. Je ne peux pas me coucher de toute façon.

Derrière le jeune musicien s’avança une imposante silhouette. Tek était toujours sur son 31, toujours aussi musclé et toujours aussi intimidant.

– Ah bon ? Et pourquoi ça ? La voix de Matt trahissait une légère colère.
– Parce que ma patronne m’a demandé de veiller sur le Château cette nuit… La sieste, c’est pour plus tard…
– Ok, mais tu as les compétences pour aider Val en cuisine ? Parce que…
– En réalité j’ai aidé mon père de nombreuses années dans notre restaurant… Alors oui, je pense.
– Ta patronne ne va rien dire ?
– Vu comme elle dort, je ne pense pas. J’ai déjà fait trois rondes dans le château, c’est désert. Dis-moi Matt ça te pose un problème que je sois là ou quoi ?
– Non, non… Matt se fit tout petit. C’est juste que je veux causer de problèmes à personne…
– C’est gentil, mais tout ira bien. J’en suis le seul responsable. Alors Val, comment je peux t’aider ?
– Oh eh bien merci… Hummmm…. Oui… Tu as les croissants à ce niveau-là et peut-être aussi les crèmes anglaises… Il faudra sûrement relever les…

Matt regarda Val s’éloigner en donnant ses instructions à Tek. Pourquoi refusait-il son aide et acceptait-il celle de Tek si facilement ? Peut-être avait-il travaillé dans un restaurant avant, mais le musicien était persuadé que même si cela n’avait pas été le cas, il aurait tout autant accepté son aide… Péniblement, il se dirigea vers leur chambre, ouvrit la porte, et s’étala sur le lit. Il n’avait ni la foi ni l’envie de se doucher ou de se brosser les dents. Il était affalé dans les draps et ne put s’empêcher d’avoir des visions de Tek et Val en cuisine… Leurs corps noirs enlacés… Leurs membres l’un contre l’autre, se frottant, mélangeant leur sperme dans de torrides contractions de plaisir… Le sexe de Val dans l’immense bouche de Tek et… Il frappa le matelas et insulta son imagination ! Il n’arriverait pas à dormir dans cet état !

Il se déshabilla rapidement, glissa sous les draps et commença à caresser son sexe… Peut-être que d’imaginer la scène avec lui plutôt qu’avec Tek lui permettrait de chasser toutes ces images de son esprit et d’enfin pouvoir dormir… Il caressa son membre et le sentit se réveiller… Il ferma les yeux et imagina le corps de Val, musclé, huilé… À sa merci totale… Il repensa à leurs ébats dans le vestiaire et dans les cuisines… Au sperme chaud de Val dans sa bouche et sur sa verge…

Son membre était désormais raide, aussi, commença t’il à le branler délicatement. Petit à petit, il accéléra le rythme et bougea le bassin. De sa main vacante, il parcourait son corps de bas en haut, glissant de sa nuque à ses cuisses, en s’arrêtant régulièrement sur ses bourses et les pressant, comme pour se donner encore plus de plaisir. Il sentait son orgasme monter, c’était rapide… Plus il accélérait, plus son bassin bougeait, comme s’il donnait des coups brutaux à son amant… Soudain, l’image de celui-ci en train de sucer un autre membre lui vint à l’esprit… Mais pour une étrange raison, Matt n’arrêta pas sa branlette… Il continuait… Tout se mélangea… Il repensa à cette orgie, ce défi qu’ils s’étaient lancés au début de leur relation… Il repensa à Alice qui se délectait de la vue de leurs semences, de tous ces hommes en train de jouir, puis il imagina Val le sucer… Il ne pouvait plus s’arrêter, il se branlait de plus en plus fort. Il glissa rapidement un doigt dans son anus et alla stimuler sa zone favorite. Puis, il pensa à Tek prenant sauvagement Val devant lui et cette vision lui donna envie de cracher immédiatement. Il se branla aussi vite que possible et au moment de jouir, il ralentit au maximum. Il sentit le plaisir envahir son membre, ouvrit la bouche et marqua une pause dans ses mouvements tout en fixant sa verge. Dans un cri sourd de plaisir, il expulsa le sperme qui vint inonder son buste. Il reprit lentement sa masturbation et continua à éjaculer sur lui-même… Il regardait son membre et le désirait étrangement… Sans savoir pourquoi, il glissa sa main le long de son buste, récupéra sa semence au passage et lécha ses doigts… Il ne lui fallut pas longtemps avant de s’endormir, sans réellement savoir quel tour son esprit lui avait joué… Mais il était trop fatigué pour y réfléchir davantage…

Le miroir d’eau immaculé reflétait parfaitement l’infinité des astres du ciel. À nouveau, Samantha avait le regard plongé dans l’immensité de l’espace. Le cliquetis de la petite fontaine à proximité se mélangeait aux grillons et aux canards fêtards du lac. Assise sur un confortable banc de pierre blanc, elle profitait de l’air frais et du calme. Un peu de calme… De tranquillité… Cela faisait tellement de bien après toutes ces épreuves. Mike la tira de ses songes en apportant deux grands verres d’eau.

– Tu as la tête dans les étoiles ?
– Oh… Merci… Elle prit le verre. Oui, un peu… C’est tellement magnifique… En ville on n’a pas l’occasion de voir un ciel comme ça… Même si ici on n’est pas encore totalement isolé, le ciel est tellement plus beau…
Mike leva les yeux au ciel en s’asseyant. Oui, tu as raison. C’est splendide…
– Regarder les étoiles ça m’aide à relativiser… Je pense au grain de sable que nous sommes dans l’univers et tu sais… Je me dis que tout n’est pas si grave…
– C’est très sage.
– Oh… Sage je ne sais pas, mais en tout cas ça marche.

Les deux amis rirent ensemble, avant de retrouver un ton sérieux. Mike voulait réellement savoir ce qu’il se passait dans le Château et Sam ne voulait rien lui cacher. Il faisait partie des rares personnes en qui elle avait totalement confiance, même s’ils ne se connaissaient pas depuis des années. Elle le sentait au fond d’elle, tout simplement. Elle lui expliqua tout ce qu’elle savait : le passage secret, les caméras, les trous d’observation, la salle de contrôle, les dédales, la salle BDSM, l’enlèvement de Mei, l’implication du Comte, de Margot, les menaces, les provocations, leur plan… Plus elle avançait dans l’explication, plus Mike se décomposait. Lorsqu’elle eut terminé, elle replongea dans les étoiles. Mike digéra l’intégralité des informations avant de prendre la parole, calmement.

– Il faut dire que la réaction de Maya n’est pas si exagérée… Elle a raison.
– Oui, c’est vrai.
– Mais d’un autre côté, Claire aussi…
– C’est ici que réside toute la difficulté…
– Effectivement… Honnêtement, c’est incroyable… On pense voir ce genre de choses uniquement dans les films ou dans les livres… Pas dans… La réalité, c’est dingue…
– Et pourtant, nous y voilà…
– Oui… Désolé que tu aies dû supporter tout ça toute seule… Surtout ce soir, je comprends mieux. Je pense que tu as fait les bons choix Sam.
– Je l’espère… Vraiment… Elle marqua une nouvelle pause. Mais c’est étrange. Malgré tout ce qui c’est passé, malgré ce qui va se passer ce dimanche… Là, juste maintenant… Je me sens vraiment bien… C’est bizarre non ?
– Hum non… Pas vraiment… Tu as le droit de prendre du recul, du repos. Tu es celle qui aide tout le monde à tenir, et sans le vouloir, tout le monde se repose sur toi, attend que tu sois celle qui les soutienne. C’est dans ta nature, tu ne te plains jamais, tu serres les dents et tu avances pour tout le monde. Mais tu as le droit parfois de penser à toi, rien qu’à toi… Et puis il faut dire que le cadre est parfait pour se détendre…
– C’est vrai. À l’écart, la fontaine, les étoiles, le lac, le calme, l’air frais et parfumé… Comment tu as trouvé cet endroit au fait ?
– Lorsque je cherchais Mei dans tous les coins et recoins des jardins…
– Belle découverte !
– Oh merci. Je suis le Christophe Colomb des temps modernes en quelque sorte.
Sam explosa de rire. C’est ça, exactement… Ah ah…
– Je ne plaisante pas ! Mike rigola à son tour. Regarde, je navigue même avec les constellations… Tiens… Là c’est… La Grande Ourse ! Pas vrai ?
– Hum hum, c’est ça.
– Et là… Ce truc-là qui fait l’arrosoir.
– L’arrosoir ? Sam rigola.
– Oui là ! Regarde !
– Je ne vois pas…

Pour essayer de se mettre du point de vue de Mike, Samantha se rapprocha de lui. Elle colla son corps au sien et rapprocha sa tête pour essayer d’avoir la même vision que lui. Elle regarda le doigt de son ami et devina l’arrosoir.

– Là ? Ah ah ah. Juste là ?
– Oui.
– C’est La Lyre.
– Eh bien, Mademoiselle Lyson. Vous vous y connaissez.
– Hum hum. Et là, tu as Le Capricorne. Comme toi.
– Je viens de là-bas ?
Sam rigola une nouvelle fois. Peut-être.
– Et celle-là ? Celle qui brille fort ?

Pendant de longues minutes, Mike et Sam se perdirent dans les étoiles. Elle lui présenta de nombreuses constellations et cela lui permit un instant d’oublier toute la pression, tous les soucis. Elle se sentait bien, tout simplement. Après leurs études, ils se regardèrent et explosèrent d’un rire sincère. Samantha essaya d’aligner deux mots.

– Tu trouves pas que c’est… Terriblement cliché !
– De quoi ? Nous deux en train de regarder les étoiles, sur un banc, seuls au milieu de la Nature avec un lac et une fontaine ? Si, carrément… Parfait pour un roman d’amour à l’eau de rose.
– Ah ah ah… C’est même à ce moment du roman que le beau, gentil et héroïque prince charmant embrasse la courageuse, charmante et héroïque princesse.

Les deux amis rigolèrent de nouveau un long moment, avant que leurs regards ne se croisent. Pendant de longues, très longues secondes, ils ne purent détourner le regard, comme si les étoiles étaient désormais dans leurs yeux.

Puis, lentement, Mike approcha sa bouche de celle de Sam, qu’elle-même avait rapproché lors de leur contemplation. Elle ne quitta pas son regard et ferma les yeux juste avant que leurs bouches ne s’unissent. Dans de légers soupirs, Mike et Samantha commencèrent à s’embrasser… Lentement… Avant que le rythme ne commence à s’enflammer. Leurs lèvres laissèrent place à leurs langues, mais Samantha arrêta. Elle mit la main sur le torse de Mike et le repoussa doucement, ne rencontrant aucune résistance.

– Quelque chose ne va pas Sam ? Tu ne te sens pas bien ?
– Si… Si… Enfin non je… Écoute je… Mike je suis… On ne peut pas je…
– Tu es sûre que tout va bien ?

Sam replongea son regard dans celui de Mike. Son estomac se serra… Elle ne savait pas pourquoi, elle était complètement perdue mais… Elle se jeta sur lui à nouveau et l’embrassa comme jamais elle n’avait embrassé quelqu’un. Son cœur semblait à la fois se tordre de douleur et de joie. Les deux amis se prirent dans les bras et s’ensuivit une torride séance de baisers, dont les bruits embarrassaient cygnes et canards qui passaient.

Prise dans l’instant, Sam laissa échapper des petits soupirs de plaisir. Il fallait dire que Mike était vraiment doué… Elle s’avança encore un peu et se colla contre lui, avant de lui passer une main sous le T-Shirt pour lui offrir quelques caresses sensuelles. Elle sentait la musculature du jeune homme et pour une raison inconnue, cela l’attirait irrésistiblement. Le duo fût tellement perdu dans l’instant, qu’il chuta du banc et se retrouva au sol. Mais ils n’y firent même pas attention. Samantha chevaucha Mike tout en continuant de l’embrasser. Leurs corps se frottaient, leurs mains se baladaient. Elle ne comprenait rien, absolument rien, mais elle ne voulait pas réfléchir, elle avait envie de se laisser aller. Mike cependant, se tortillait au sol, sans un mot. Sam rigola.

– L’herbe te pique ?
– Pas mal oui…
– Mike je… Elle le regarda longuement… On… On va dans… Ma chambre… ?
– Si t’en as envie oui… Avec plaisir…
– Tu as envie de faire ça comme un preux chevalier ?

Ni une ni deux, Mike se releva et souleva Samantha dans le mouvement. Elle rigola, mais ne put s’empêcher de l’embrasser à nouveau. D’une façon spectaculaire, il parcourut le chemin jusqu’à l’ascenseur sans presque jamais regarder devant lui. Il colla Sam à la paroi de celui-ci et appuya sur le bouton tout en l’embrassant dans le cou. Sam caressait ses cheveux et retrouvait sa bouche dès qu’elle le pouvait. Le chemin jusqu’à la chambre de la jeune femme fut effectué de la même manière, et ils déverrouillèrent la porte grâce au badge présent dans la poche arrière de son pantalon, sans le toucher… Ils maîtrisaient leur sujet. Samantha aimait cette force, elle aimait voir Mike prendre les devants. Jamais aucune femme ne l’avait fait, elles attendaient toujours que Sam le fasse. Cette nuit, elle pouvait juste se laisser aller et profiter…

Dans la pénombre de la chambre, Mike posa délicatement Sam sur les draps, sans jamais lâcher sa bouche. Ils firent voler leurs chaussures et reculèrent dans le lit. La blonde attrapa le buste musclé de ses jambes pour l’amener vers elle et le bloquer. L’homme ne semblait pas pressé de se défaire de cette prise martiale, s’allongeant sur elle avec plaisir. Sans jamais penser à autre chose, leurs langues ne cessaient de danser dans de petits soupirs. Puis, Sam reprit le dessus en chevauchant Mike. Elle se leva rapidement et ouvrit les rideaux afin de laisser entrer la lueur de la lune, presque pleine. Ils y voyaient à peine, mais c’était largement suffisant. Elle se mit à genoux sur lui et lui enleva son T-Shirt. Elle l’embrassa de nouveau puis se redressa, en lui caressant les cheveux, le visage, le cou, les pectoraux et ses abdos. Il n’avait pas de gros muscles, mais des muscles fins et dessinés… Elle ne comprenait plus, pourquoi était-elle autant attirée par Mike ? C’était un homme ! Elle n’avait jamais été attirée par un homme. Il avait beau être extrêmement séduisant, ce n’était pas son corps qui l’attirait… Mais alors pourquoi ? Elle glissa ses mains le long de son propre corps et enleva son chemisier à son tour. Le regard de Mike se perdit sur les formes de Samantha, tout aussi parfaites que les siennes, avant que la jeune kiné ne lui reprenne la bouche sauvagement. Plus les baisers étaient intenses, plus leurs bassins bougeaient en synchronisation. Le frottement de leurs corps commençaient à leur faire perdre la tête. Sans compter que pour les deux amis, le dernier orgasme remontait à plusieurs jours…

Samantha releva légèrement le bassin et parcourut le corps de Mike de sa main, allant jusqu’à son entre-jambe… Elle massa ce qu’elle y trouva, dur comme la pierre, avant de se relever une nouvelle fois. Sauvagement, mais avec une grâce féérique, elle déboutonna le pantalon de Mike et y glissa la main… Pour la première fois de sa vie, elle toucha le sexe d’un homme. Il était chaud et… Humide… Elle rigola, tout comme Mike, qui s’excusa… Bien que lesbienne, elle était bien informée sur les pratiques hétérosexuelles, pas si différentes, ce qui lui permit d’être détendue et… Habile… Dans de petits rires, elle se positionna à ses côtés. Elle enlaça ses jambes avec la sienne et dévoila le membre de l’homme. Avec appréhension, elle embrassa Mike dans le cou et jeta un coup d’œil au sexe qu’elle avait entre les mains. Elle pensait que cela l’aiderait à y voir plus clair, mais ce n’était pas le cas. Elle tira la peau, dévoila le gland et se mit à le branler, de plus en plus vite. Elle commençait presque à avoir envie de le prendre en bouche. La vue de ce sexe ne provoquait rien en elle, elle y était totalement indifférente, en revanche, l’idée d’apporter du plaisir à Mike… Là, c’était différent… L’homme attaqua à son tour et lui sortit les seins afin de commencer à les lui caresser. Elle se laissa tenter et lui offrit à portée de bouche… Elle poussa un petit gémissement de plaisir lorsque celui-ci joua de sa langue sur ses tétons, eux aussi devenus aussi durs qu’ils le pouvaient. Elle ne s’étonna pas de ce talent oral, il l’avait déjà démontré… Elle sentait son abdomen se contracter, son ventre avoir des spasmes… Elle avait envie de lui… C’était impossible… Mais elle n’arrivait plus à raisonner. Elle lâcha le membre, enleva sous soutien-gorge, puis son pantalon et afin sa culotte… Mike lui enleva la cuisse de ses jambes, la fit s’installer confortablement et lentement, glissa ses doigts jusqu’à son clitoris… Et la pénétra sensuellement avec deux d’entre eux… Le buste de Sam se releva, il lui offrait un plaisir immense… Il savait y faire… Variant vitesse, pression, style… Jamais personne ne l’avait aussi bien masturbée… Elle n’en pouvait plus ! Elle ne comprenait toujours rien, mais elle voulait essayer, elle désirait ce plaisir ! Elle lui enleva la main, termina de le déshabiller et le chevaucha. Elle branla son membre contre son clitoris, la bouche ouverte, perdant son regard sur celui-ci. Il ne la dégoutait pas… Il ne l’attirait pas non plus… En réalité, elle y était toujours indifférente… Elle le voyait plus comme un sextoy… Un gros, chaud et lubrifié sextoy… En revanche, le plaisir qu’elle allait pouvoir avoir avec Mike, lui, elle n’y était absolument pas indifférente. Son cœur battait la chamade, plus elle branlait ce membre, plus elle avait envie de le rentrer en elle, d’essayer… Sans réfléchir davantage, elle passa à l’acte ! Elle attrapa un préservatif qu’il avait sorti pendant qu’elle ouvrait les rideaux et lui enfila. Elle cala le sexe entre ses fesses afin de lui offrir quelques caresses. Elle bougeait lentement et petit à petit, le faisait approcher de son vagin. Elle embrassa de nouveau Mike, et se releva. Le membre était à l’entrée de son vagin, elle n’avait plus qu’à appuyer ! Elle prit ses appuis sur le buste de l’homme, souffla un bon coup et initia la pénétration… Soudain, elle eut un flash ! Puis un autre. Elle vit le visage de Maya, le plaisir de celle-ci, puis plus rien.

Subitement, Sam perdit toute envie et retira le sexe de l’entrée de son vagin. Elle se mit à trembler… Puis elle craqua.

– Je suis désolée Mike… Désolée… Je ne peux pas…
– Ça ne va pas ? Tu ne te sens pas bien ? Je t’ai fait mal ?
– Non je… Je ne peux pas je…
– Pourtant tu avais l’air de… Enfin je veux dire… Pardon je n’aurai pas du…
– C’est pas ta faute Mike je… Mike… Sa voix tremblait. Je suis lesbienne… J’aime… J’aime les femmes… J’aime… J’aime Maya… Je ne peux pas faire ça je suis désolée… Vraiment désolée…

Ces émotions furent la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Samantha s’écroula sur le côté, se recroquevilla et fondit en larmes. C’en était trop, il fallait que ça sorte. Les pompes avaient été un bon défouloir, mais cela n’enlevait rien à ses sentiments. Mike se leva, attrapa sa veste et couvrit les épaules de Sam. Il saisit ensuite le drap et couvrit leurs jambes. Il s’assit à côté d’elle et la prit dans ses bras. Il ne savait que trop bien ce qu’elle traversait en cet instant, ayant la même philosophie. Sam était la femme la plus forte qu’il n’ait jamais rencontré. Elle était courageuse, altruiste, aimante, bienveillante, tout ce que vous vouliez. Mais aussi gentille et courageuse une personne soit-elle, parfois, elle craque. Et ce soir, Sam avait besoin de craquer. Il était heureux d’être là pour elle. Il oublia le sexe instantanément et ne voulait qu’une seule chose, la réconforter et être là pour elle.

– Je suis tellement désolée Mike… Je ne sais pas ce qui m’a pris je… Excuse-moi, pardon.
– Ce n’est rien, ne t’en fais pas. Si tu as besoin de parler, je suis là, tu le sais.
– Je suis désolée… Désolée… Je suis lesbienne mais je pensais… C’est comme si… Je sais pas, je suis perdue…
– Tu n’as pas à être désolée Sam, tu es qui tu es et tu es formidable comme ça. Ce n’est pas ta faute, c’est la mienne… Tout le monde me disait que tu aimais les femmes mais… J’ai pensé que c’était une excuse tu sais… Genre les femmes un peu par méchanceté et les hommes pour justifier leur lâcheté…
– Quoi ? Sam rigola péniblement en s’essuyant les larmes. Non, non je suis désolée, je suis une pure lesbienne…
– Pourquoi tu t’excuses de ça ? Tu n’as pas à le faire.
– J’ai l’impression d’avoir joué avec tes sentiments… J’ai bien vu que je te plaisais Mike et… Je ne t’ai rien dit, j’ai laissé cette tension entre nous… Je n’aurais jamais dû…
– Boa… Je me disais bien que tout était un peu trop parfait à vrai dire. Attends mais… Maya rigole toujours en disant que tu ne vois jamais quand quelqu’un te drague… Comment tu l’as vu pour moi ?
– Quand les femmes me draguent… Les hommes vous êtes un peu trop… Lisibles…
– Oh je vois…
– Désolée…
– Oh c’est rien… Je ne te cache pas que je trouve ça dommage… On aurait été un couple du tonnerre. Enfin non ! Je ne dis pas que c’est dommage que tu sois lesbienne hein ! Non, non, ça, c’est normal, non je veux dire. Enfin tu vois euh… Pour la première fois, Mike semblait gêné et Sam trouva ça adorable.
– J’ai compris Mike, ne t’en fais pas. Tu es vraiment gentil… Je ne comprends pas pourquoi j’ai… Pourquoi j’ai fait ça… Je n’ai jamais été attirée par les hommes… Pourtant, je ressens comme… Une sorte d’attirance envers toi… Et je ne dis pas ça parce que tu es… Enfin tu vois…
– Je suis ? Non je ne vois pas…
– Mike…
– Non, je ne vois vraiment pas… Mike avait un petit sourire en coin.
– Ok, ok… Je ne dis pas ça parce que tu es super bien gaulé… Elle renifla en s’essuyant de nouvelles larmes. La vache si tous les hommes étaient comme toi, y auraient des heureuses…
– Arrête, tu vas me faire rougir…
– T’es bête… Ah ah… Samantha retrouva un léger sourire.
– Pardon mais… Est-ce que t’as déjà songé que tu pourrais être bisexuelle ?
– Non jamais… Comme je te l’ai dit, jamais aucun homme ne m’a attiré, tu es le premier… Je ne comprends pas pourquoi… Et puis… Pardon mais… Tu as beau être franchement bien foutu, je ne ressens aucune… Attirance corporelle… Aucune envie devant ton sexe… Tu vois ce que je veux dire… ? Je crois que je suis seulement attirée par ton plaisir le… Elle marqua une pause. Je ne sais vraiment pas comment l’expliquer c’est… C’est pas ton corps qui m’attire… C’est… Ce que tu représente ce que… C’est flou, mais est-ce que tu comprends ce que je veux dire ?
– Je pense oui, je t’avoue que c’est pareil pour moi, voir le sexe d’un homme, aussi bien gaulé soit-il, ne provoque rien chez moi… Il ricana légèrement.
– Exactement, c’est… C’est pareil… ? Pareil ?

Samantha se redressa, faisant tomber la veste et dévoilant sa plastique de rêve. Mike se releva immédiatement et lui remit la veste sur le dos.

– Hop là… En revanche des seins… C’est une autre histoire Sam… Et pardonne-moi, mais tu es franchement bien gaulée aussi…
– Oh pardon ! Non ! Je crois que j’ai… Compris. J’ai pleuré ! J’ai pleuré devant toi Mike. C’est… Rare… Je ne pleure jamais devant…
– Oui d’accord… Et alors ?
– Tes passions… Ta façon de vivre… Je crois que… Je crois que ce qui m’attire autant chez toi c’est… C’est toi, ta personne. C’est comme si tu étais… Un miroir… Comment dire… Pour être honnête tu ne m’attires pas… Ni sexuellement ni pour… Une relation de couple. Mais j’ai l’impression que tu peux comprendre tout ce que je ressens… Comme si tu… Tu étais exactement comme moi. Et c’est la première fois que je ressens ça… Peut-être que j’ai cru que c’était de l’attirance et… Ça expliquerait… Tu sais, tous les efforts qu’on fait… Personne ne les comprend vraiment… Ce n’est rien mais… Quand tu rencontres quelqu’un qui fait les mêmes… Enfin non… Si… Qui connaît les souffrances, les efforts, les sacrifices…
– Oula, oula… Il la coupa. C’est un peu flou tout ça, ah ah. Mais je crois que je comprends oui… Je pense la même chose depuis le soir où on s’est rencontrés. Tu es la seule personne que je connaisse qui a… Disons les mêmes… Hum… Difficile de mettre un mot là-dessus effectivement…
– Un peu comme si on était… Des reflets ? De personnalités, je ne parle pas de… Elle regarda ses seins et ajusta la veste.
– Sûrement. On se sent souvent à part des autres tu sais… Je ne dis pas ça pour être prétentieux. Peut-être qu’entre nous on peut se laisser aller… Être naturels… Je ne sais pas. Quelque chose comme ça.
– C’est ça ! En ta présence je ne ressens que de l’apaisement… Je peux être moi-même…
– Oui donc un peu comme… Un meilleur ami quoi… Un confident.
Sam le regarda avec compassion. Je… Je pense oui… Je suis désolée Mike, vraiment…
– Oh non, c’est rien Sam ne t’en fait pas.
– Dis-le à ton sexe alors… Elle regarda le drap levé.
– Oh ça oui… Euh… Il appuya sur la bosse. Ça va prendre un petit moment je crois… Il serait plus sage de se rhabiller hein…
– Bonne idée…

Mike se rhabilla et Sam enfila son pyjama, composé d’un petit short et un débardeur tout simple. Un peu gênés par la situation, ils marquèrent un petit blanc. Samantha n’avait pas envie de le renvoyer, et lui ne voulait pas partir. La jeune femme brisa le silence après quelques secondes.

– Je suis quand même heureuse d’avoir pu… Tu sais, tirer ça au clair. Même si ça reste très flou et que je n’arrive pas vraiment à l’expliquer avec des mots. Savoir que je peux tout te confier et savoir que tu le comprendras sans me juger c’est… C’est très important pour moi.
– Je suis heureux aussi Sam. Et je pense sincèrement que je ressentais la même chose que toi… Disons que j’avais juste… Des envies plus… Hormonales… Qui devaient légèrement obscurcir mon raisonnement. Tu es une femme merveilleuse et je suis comblé de t’avoir comme amie. Tu me comprends comme personne ne le peut et je serais ravi d’être ton confident. Sache que je serai toujours là pour toi. Et sache que je suis honoré d’être la seule personne t’avoir vu pleurer. Ah ah.
– Je pense que mes parents sont les premiers mais… Sam rigola.
– Quoi qu’il en soit je suis là pour toi Sam. Et j’admire ton courage, si ça peut te rassurer, là, à cet instant, je te vois plus comme ma sœur qu’autre chose… C’est assez étrange mais… Cette discussion m’a fait beaucoup de bien.
– Merci Mike. À moi aussi.
– Merci à toi… Ils firent une petite pause. Maya alors, hum ?
– Ohhhhhh… Sam s’écroula sur son coussin. Tu vas me trouver folle maintenant…
– Absolument pas. Maya est une femme extraordinaire. Je vois plutôt clair dans son jeu tu sais ? Derrière sa façade de petite folle se cache la vraie Maya, et elle est au top. Elle manque juste cruellement de confiance en elle. J’espère qu’elle pourra me pardonner… Je comprends maintenant pourquoi elle ne pouvait pas m’encadrer…
– Comment ça ?
– Eh bien, elle est amoureuse de toi, alors c’est normal… Comme tu l’as dit, il y avait cette tension entre nous deux, elle a dû la remarquer immédiatement. Et comme elle est amoureuse, elle me voyait comme un danger.
– Amoureuse ? Sam devint rouge. C’était très étrange de la voir dans cet état, aussi Mike ricana t’il. Tu crois qu’elle est… Amoureuse de moi ?
– Bien-sûr ! Sa crève les yeux ! Mais comme je sais qu’elle est bisexuelle je pensais qu’elle… Il ne put finir.
– Comment ça bien-sûr ? Mais non. Elle me voit comme sa grande sœur ou… Je ne sais pas mais… Enfin non parce qu’on a… Enfin tu vois on a plusieurs fois… Enfin je ne vais pas te faire de dessin mais elle est… Non… ? Si ? Tu crois ?
– Sam, Sam, Sam ! Ralentis. Qu’est-ce qui t’arrive ? C’est bien la première fois que je te vois comme ça.
– Je… Pardon… Mais Maya est… Elle a toujours dit qu’elle voulait faire sa vie avec un homme. Et je la comprends, c’est plus simple. Crois-moi, je n’ai pas envie de lui infliger les regards que portent les gens sur les femmes comme moi…
– Et si tu lui laissais le choix ?
– Je le lui laisse… Enfin je crois.
– Ne le prends pas mal Sam, mais les gens comme nous… Encore une fois, je ne dis absolument pas ça par vanité, j’expose un fait. Les gens comme nous ont tendance à intimider les autres. On a beau être gentils, c’est comme ça…
– C’est vrai… La vache ça fait tellement prétentieux ce qu’on dit !
– Oui hein ? Il rigola. Mais c’est pourtant la vérité. On a travaillé sur nous pour en arriver là Sam, nous n’avons pas à nous sentir coupable de vouloir être les meilleures versions de nous-même. On en a bavé… Travailler sur soi ne veut pas dire être égocentrique. Tu en es la preuve vivante.
– D’accord mais… Tu crois que Maya n’ose pas m’en parler parce que… Je l’intimide ? Elle a bien essayé de dire des choses mais… Je ne pensais pas que c’était si sérieux…
– J’en suis persuadé. Elle a peur de te perdre si jamais tu lui dis non ou plutôt, elle a peur de ne pas te mériter…
– Mais je ne dirai pas non.
– Et elle le sait ?
– Je… Ne sais pas… Je pense… Enfin non… J’ai jamais… Ohhhhh… Sam se blottit contre son coussin, il était rare qu’elle soit perdue, mais là, elle était complètement paumée dans ses sentiments.
– Va la voir et demande-lui, tout simplement. Ça lui fera un superbe cadeau d’anniversaire.
– Je ne sais pas je…Oh non… Son vœu d’anniversaire ? Tu crois que… Ohhhh… Je suis un complètement perdue… Pourquoi je suis si nulle avec ce genre de choses ?
– Samantha Lyson perdue ? Nulle ? Alors là je confirme ! Je suis un être venu d’une autre planète pour voir ça.
– Très drôle.
– Il se fait tard. Je vais y aller. Après une bonne nuit de sommeil ça ira mieux… Enfin bonne je ne sais pas, mais courte, c’est sûr…
– Tu as raison oui…

Mike se leva et enfila ses derniers vêtements. Samantha le regarda et confirma avec soulagement qu’elle ne ressentait plus aucune attirance désormais. En un sens, cela la rassurait. Malgré sa bourde du jour, elle était heureuse. Heureuse, car elle avait la réelle sensation qu’elle venait de gagner un grand ami, sans aucune ambiguïté. Sincère et fiable, et cela, elle allait le chérir. Il se baissa pour attraper ses chaussures et lui présenta une superbe vue de ses fesses fermes et dessinées. Il prit la pause et regarda derrière lui.

– Lesbienne ou pas, tu as maté hein…
– J’avoue… Mais je sais apprécier les belles choses, même si elles ne m’attirent pas sexuellement tu sais.
– Je comprends oui.
– Et je la comprends parfaitement… Tu serais une femme… Je te croquerais !
– Tu comprends qui ?
– Eh bien… Oh, attends, attends… Quand on dit qu’on est le reflet l’un de l’autre… Toi non plus tu n’as pas remarqué qu’elle était raide dingue de toi…
– Qui ça ?
– Intéressant.
– Sam ? Allez !
– Oh non… C’est son secret à elle, tu devras le découvrir…
– En même temps… “Elles” ne sont pas nombreuses…
– Oh… Sam rougit légèrement… Tu devrais y aller, avec toi je parle beaucoup trop !
– Ah ah ah.

Mike s’approcha du lit, embrassa Sam sur le front et s’avança dans le couloir.

– Mike…
– Oui ?
Sam le prit dans ses bras. Merci…
– Merci ?
– De m’accepter comme je suis… Ça représente beaucoup…

L’homme ne répondit pas. Il se contenta de sourire et de lui rendre son étreinte. Au fond de lui, il était soulagé. Malgré les innombrables qualités de Sam, il sentait bien au fond de lui que ce n’était pas celle qui lui était destinée. Il avait été aveuglé par son reflet, comme elle avait essayé de l’expliquer… Mais maintenant qu’il n’avait plus ce doute, plus ce poids sur ses épaules, il y voyait plus clair… Comme s’il… Avait des lunettes ? De grosses lunettes ? Il rigola. Pendant quelques instants, ils profitèrent de ce moment. À la fin de celui-ci, Mike décida de faire une petite plaisanterie, histoire de finir sur une touche d’humour…

– Après tu sais, j’ai beau te voir désormais comme ma sœur Sam… Avec ce que tu m’as fait… Ce que je t’ai fait… Sentir tes seins collés contre moi et ta tenue c’est… Difficile quand même… Il me faut un peu de temps…
– Arrrrh ! Tous les mêmes. Sam s’écarta, sachant très bien qu’il plaisantait. Elle le poussa dehors.
– Passe une bonne nuit.
– Merci, toi aussi… Elle regarda son entre-jambe. Enfin si tu y arrives…
– Très drôle…
– Désolée… Elle joignit les mains et s’inclina pour s’excuser.

Elle referma la porte dans un charmant sourire et souffla un bon coup. Elle eut une sueur froide. Elle avait l’impression d’avoir été quelqu’un de complètement différent depuis que sa main avait touché celle de Mike lorsqu’il lui avait apporté l’eau. Elle fut parcourue de frissons. Elle alla à la salle de bain, fit une rapide toilette et plongea sous ses draps. Impossible pour elle de dormir… Son esprit cogitait dans tous les sens… Maya était-elle réellement amoureuse d’elle ? Elle savait qu’elle n’avait jamais été douée pour repérer ce genre de choses mais tout de même… Cependant, il y avait plus urgent ! Dans quelques heures, Margot allait revenir et elle allait frapper fort… Comment la combattre ? Comment protéger tout le monde ? Et le Comte ? La surprise de Tim allait-elle fonctionner ? Comment contenir Alice ? Comment mettre en place le plan de Claire ? Et Mei ? Comment allait réagir Mike maintenant qu’il savait… Elle n’arrivait pas à arrêter son esprit. Elle se retourna et attrapa son téléphone… 5h du matin…

– Ohhhh… C’est pas vrai… Arrête-toi, arrête…

Elle se tapota la tête. Elle pensa à Mike et l’imagina dans sa chambre. Le pauvre devait dormir sur la béquille ce soir… Ou pas… Allait-il… ? Se soulager… ? Elle songea qu’un orgasme était la meilleure des solutions pour se détendre et… Après tout, c’était chimique… Et le corps était une réaction… Les hormones tout ça… Elle soupira et rigola légèrement, avant de glisser la main sous son short… Après tout, elle aussi était tout de même un peu frustrée de ce soir… Il était temps de se détendre et de reprendre des forces… Il était temps de faire un peu de chimie…

Et voilà pour ce nouveau chapitre de « Crazy Sexy Stories ». Quand on te disait qu’il y avait un peu de tout : sexe, amour… Et situations gênantes, c’est vrai ! ^^. Mais dès le prochain chapitre gratuit, le dimanche commence et avec lui, la grande bataille ! Alors on espère te voir au rendez-vous ! N’oublie pas de t’abonner à ma newsletter pour recevoir des tonnes de choses intéressantes, et à nous suivre sur Instagram pour voir tout en avant-première et ne rien rater ! Merci, et à très bientôt sur La Plume d’Eros !

WITH LOVE
signature

What do you think?

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

1 Comment
  • Amibooks
    20 April 2021

    Un chapitre un peu plus calme, mais très touchant ! Par contre, j’ai hâte de voir enfin la guerre commencer ! Je doute que Margot ait de grandes chances ! Et tant mieux !