💕🔞 Nouveau test coquin ! Au tour de Nate de...

💕🔞 Nouveau test coquin ! Au tour de Nate de...

💕🔞 Nouveau test coquin ! D'un gode ÉNORME ! Vraiment...

💕🔞 Nouveau test coquin ! D'un gode ÉNORME ! Vraiment...

😍 Ohhhh ! Notre partenaire @motsutoys nous a gâté !!...

😍 Ohhhh ! Notre partenaire @motsutoys nous a gâté !!...

💕🔞 Bonjour / Bonsoir à tous. Merci de lire ces...

💕🔞 Bonjour / Bonsoir à tous. Merci de lire ces...

💕🔞 Hey ! Le chapitre 11 de "Crazy Sexy Stories"...

💕🔞 Hey ! Le chapitre 11 de "Crazy Sexy Stories"...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Hey ! Comment ça va ? Ça y est,...

💕🔞 Hey ! Comment ça va ? Ça y est,...

💕🔞 Un petit défi coquin de couple, ça te tente...

💕🔞 Un petit défi coquin de couple, ça te tente...

💕🔞 Le chapitre 09 de Crazy Sexy Stories est disponible...

💕🔞 Le chapitre 09 de Crazy Sexy Stories est disponible...

Chapitre 11

By 28min. de lecture

Crazy Sexy Stories, tome 01.

Chapitre 11 : ” Le jour qui a changé nos vies à jamais.

Le soleil inonda lentement la vieille façade crème et carmin du Château de Roncenoir. Le lac scintillait de mille feux et servait de décor aux chorégraphies majestueuses des oiseaux chantant pour réveiller les lieux. Les yeux embrumés, Samantha se redressa sur son lit, toute ébouriffée. Elle n’avait quasiment pas fermé l’œil de la nuit, et ce, malgré sa tentative coquine. Par chance, elle était habituée aux nuits courtes et au décalage horaire. Ce n’était pas aujourd’hui qu’elle allait essuyer les dégâts, mais demain ou après-demain. Les consultations au cabinet s’annonçaient compliquées. Elle s’étira de tout son long dans un petit couinement. Puis, elle se gratta la tête et se motiva à se lever. Elle ouvrit les rideaux et la fenêtre de la chambre afin de prendre le temps d’admirer la vue en respirant l’air frais. Au loin, le calme de la forêt apaisait son esprit. Elle s’étira de nouveau dans un grand bâillement et fit rapidement son lit. La magnifique blonde se glissa ensuite dans la douche et tout en profitant des caresses de l’eau tiède, se colla au mur. Elle resta de longues minutes les yeux fermés à réfléchir à la journée qui les attendait. Elle non plus n’allait pas être de tout repos… Il lui fallait redoubler de vigilance. La première chose à faire serait de mettre Maya et Mei en sécurité… Elles seraient sans nul doute les premières cibles de Margot. Sam se fit un shampoing, profita de la douce odeur des fleurs de lotus puis attrapa son savon dans un mouvement automatique, faisant couler le fluide entre ses seins. Elle eut un petit moment de gêne en imaginant qu’il y a quelques heures à peine, elle aurait pu avoir un autre fluide similaire entre les seins… Et en y pensant, cela ne lui aurait pas spécialement plu… Elle étala le savon sur sa poitrine, remonta jusqu’à son cou avant de parcourir les courbes de son corps. Elle ne put s’empêcher cependant de faire la comparaison à chaque fois, tout en se posant la question fatidique… Est-ce que la sensation est similaire ? Bien-sûr, elle savait à quoi cela ressemblait et pouvait sans mal deviner la viscosité de la bête, mais… Elle restait tout de même curieuse. Lorsqu’elle eut terminé, elle attrapa une serviette et regarda le miroir… Le Comte était-il actuellement en train de se rincer l’œil à travers celui-ci ? Elle serra les dents et continua de se préparer… Elle se devait de faire comme si de rien n’était, mais savoir qu’elle était espionnée la mettait réellement en rogne. Subtilement, elle essaya d’être au maximum dans les angles morts.

Elle coiffa rapidement sa chevelure dorée, attrapa une robe rouge et blanche, l’enfila et ne prit même pas la peine de se regarder dans le miroir. Non pas qu’elle avait une confiance aveugle en elle, non, c’est juste qu’elle se fichait bien de son apparence. Et de toute façon, tout allait toujours à Sam, au grand damne de Claire et Maya qui elles, devaient passer des heures à essayer avant de trouver quelque chose qui leur plaisait. Sam se hâta : moins elle restait devant les miroirs de la chambre, mieux c’était. Elle ferma sa porte et parcourut le couloir de son étage.

Plus loin, elle frappa à la porte de la chambre de Maya. Une fois… Puis deux… Aucune réponse… Elle regarda sa montre… Il était désormais neuf heures, Maya devrait être levée. Sam commença à passer de nombreux scénarios dans sa tête… Et si Margot était déjà passée à l’action ? Après tout, Maya était incontrôlable lorsqu’elle était saoule… Elle aurait pu faire n’importe quoi, y compris aller frapper à la porte de Margot dans la nuit… La kiné tapa une nouvelle fois. Personne ne répondit. L’inquiétude montait lentement en elle. Elle s’éloigna et scruta les environs. Elle vit le chariot d’une femme de ménage plus loin… Elle n’aimait pas faire ce genre de choses, mais les minutes étaient comptées. De plus, ce n’est pas comme si elle allait causer du tort à qui que ce soit…

Sam s’avança vers le chariot et le parcourut du regard, il n’y avait rien d’utile pour elle. Deux femmes de ménage pestaient contre le propriétaire de la chambre qu’elles nettoyaient, le numéro 308. Visiblement, ce n’était pas quelqu’un de très respectueux… Deux femmes de ménage… L’une d’elles n’avait pas jugé bon de garder le badge passe-partout de l’étage sur elle et l’avait posé sur un petit meuble à l’entrée, à côté de divers produits d’entretien… Sam se faufila dans la chambre telle une ombre et piqua le badge, avec une once de honte et de culpabilité. Elle fonça à la chambre de Maya, l’ouvrit grâce au badge, enleva l’une de ses chaussures qu’elle glissa dans l’ouverture pour empêcher sa fermeture et comme si de rien n’était, remit le badge à sa place… Elle essayait de s’en convaincre : elle n’avait rien fait de mal… Elle n’avait causé de tort à personne et elle allait peut-être aider Maya…

Toute sa culpabilité s’effaça lorsqu’elle ouvrit les grands rideaux de la chambre. Effectivement, il y avait bien une victime à sauver, en urgence… Mais il ne s’agissait pas de Maya…

Éblouies par la démoniaque et agressive lumière du jour, Mei et Maya se recroquevillèrent. Mei était toute défroquée, sa robe remontant au-dessus de sa poitrine. Il était peu probable qu’elle soit remontée si loin toute seule, surtout dans cette position… Maya était totalement nue et servait de traversin à son amie, qui avait également la tête calée sur ses seins. Visiblement, Mei avait réussi à trouver une position confortable malgré les menottes… Lentement, Maya ouvrit les yeux la première en couinant et en râlant. En bougeant, elle réveilla Mei qui grogna à son tour. Les deux amies se blottirent l’une contre l’autre, aspirant d’un son très majestueux la bave qui coulait de leurs bouches respectives. Sam s’appuya contre le mur juste à côté de la fenêtre. Elle voulait être aux premières loges pour voir la tête de ses amies dès qu’elles auraient enfin compris la situation. Elle n’eut pas à attendre longtemps. Maya se décida finalement à bouger, tandis que Mei, toujours sans ses lunettes, ne voyait pas grand-chose. Maya s’étira et Mei resta caler un petit peu sur elle pour le confort et la chaleur. La dermato lui caressa la tête.

– Hum… Bonjour toi…
– Hummmm… Mei s’étira à son tour et bougea légèrement. Bonjour…
– T’as bien dormi ma Sam ?
– Très bien merci… La blonde ne put s’empêcher de lâcher un petit rire depuis son le mur.
Maya bailla la bouche grande ouverte. Tu m’étonnes, je suis un bon oreiller hein ? Tu es là depuis combien de…

Les yeux larmoyants de fatigue, Maya regarda Sam adossée au mur. Ses petits yeux essayèrent de faire le focus et de chasser la lumière en trop. Elle marqua une pause. Samantha était là… Devant elle… Mais alors, qui était celle dans ses bras ?! Elle tourna les yeux vers Mei et hurla de surprise. Dans son élan, elle roula sur le côté du lit, le quitta et se vautra lourdement au sol. Mei elle aussi sursauta, surtout lorsqu’elle vit deux jambes surgir brusquement du sol.

– Houuuuuu ! Houuuuu ! Maya, Maya ? Tu vas bien ! Maya ?!
– Ahhhh…. Ahhhh…
– Elle survivra… Sam ne put s’empêcher de rigoler.
– Hou ! Mei sursauta encore plus haut. Sam ? Sam tu es là ?

Difficilement, Maya tenta de remonter sur le lit. Mei ne vit que deux mains s’accrocher à la couette, tentant désespérément de traîner le corps à leur bout de nouveau sur le lit. Puis, elle sentit un poids de l’autre côté du lit, Sam s’approcha d’elle.

– Tiens Mei, tes lunettes.
– Me… Merci Sam je… Houuuu ! Non ! Non, non, non ! C’est pas ce que tu crois ! Tu vas rigoler hein ! Ah ah c’est… C’est une drôle d’histoire ! Tu vois hier Maya a…
– Ahhhhhh… Mei ! Mei ! Chuuuuuut ! Maya se releva difficilement. Quand tu parles il y a dix autres toi qui répètent… Attends qu’elles aient fini avant de continuer… Pitié… Oula… Pourquoi ça tourne autant…
– Houuuu… Mei remit sa robe en place.
– Bon en tout cas j’espère que… Maya regarda enfin Mei et les menottes et brancha son cerveau. Oh oh… Oh ! Non…. Noooon… Non… Non, non, non… Mei est-ce que… Non ? Non ! Non ?
– Non, non Maya ne t’en fais pas on a pas… Enfin pas ensemble…
– Pas… Ensemble ? Maya se faisait de plus en plus petite. Comment ça pas… Ensemble ?
– Eh bien tu… Houuuu que je suis gênée… Je m’y attendais, je te l’ai dit hier…
– Noooon… Maya regarda son sextoy toujours posé sur le lit. Non… Pas ça… Non… Elle ferma les yeux et leva la tête au ciel. Ohhhh… Quelle idiote…

De son côté, Sam trouva la clef des menottes sous la petite culotte de Maya et libéra Mei. Elle ne sentait plus son bras, qui tomba lourdement sur le lit. Chance pour elle, elle avait réussi à se frayer un chemin dans les décorations du lit afin de ramener son bras le plus bas possible. Sans cela, elle aurait pu avoir de sacrées surprises… Tandis que Maya s’écroula de honte sur le lit, Mei se mit à rigoler. Le sang qui envahit de nouveau son bras la chatouillait terriblement. Sam ne put s’empêcher de rire de nouveau devant la situation, tout comme elle ne put s’empêcher de regarder les fesses de Maya… Sa cambrure… Son dos… Sa poitrine lorsqu’elle se retourna et s’effondra lamentablement au sol de nouveau. Oui… Ça, c’était une vue qui lui faisait de l’effet… Aucun doute, le corps féminin était bien plus le sujet de ses fantasmes… Elle avala sa salive et attrapa une serviette qu’elle vint poser sur les épaules de la brune. Maya enfila sa petite culotte et se mit sur le lit.

– Oh Mei… Mais qu’est-ce que j’ai branlé cette fois encore… ?
– Houuuu euh… Hi hi c’est euh… Pardon… Mei rigola nerveusement. Disons que ça, je pense que tu peux le deviner toute seule hein… Hi hi hi…
– Oh non… Non… Sam ! Qu’ai-je fait ? T’as vu comment elle a répondu ? Je suis un monstre ! J’ai perverti cette pauvre Mei ! Oh non, non… J’ai tellement honte !

Sam rigola, tout comme Mei. La timide jeune femme expliqua en détails tout ce qui c’était déroulé cette nuit… Le quiproquo de l’identité, les menottes, le petit show de Maya, la nuit agitée… Plus elle avançait dans son explication, plus Maya virait au rouge foncé. Et plus Sam avait chaud… La belle blonde imaginait la scène et regretta un instant de ne pas avoir échangé les rôles avec Mei… Elle aurait pu passer une meilleure nuit, et Mei aussi… Elle se demanda d’ailleurs si Mike aurait eu les mêmes plans avec elle… Lorsque la jeune mangaka eut fini son histoire, les filles se relevèrent. Soudain, en un éclair, Maya se jeta au sol et se pencha aux pieds de Mei, qui sursauta de nouveau.

– Je suis vraiment, vraiment, vraiment désolée Mei ! J’ai tellement honte je… J’ai pas de mot… Je m’en veux terriblement, je suis tellement désolée…
– Oh ! Non, non Maya je… Relève-toi je… Je suis plus gênée maintenant que cette nuit, là… Hou… Non, non, je sais que tu étais saoule, ne t’en fais pas.
– Saoule ou pas, ce que j’ai fait est inexcusable.
– Bien-sûr que non ! Ne t’en fais pas tu ne m’as même pas touchée ou forcée ou rien du tout ! Tu étais persuadée que j’étais Sam, alors tu pensais vraiment ne rien faire de mal ! Tu t’amusais juste…
– Parce que tu crois que Sam aurait accepté ce que j’ai fait ?
– Houuuu je… Je ne sais pas je… Je pense oui… Sam ?
– Ah non, non les filles. Vous me laissez en dehors de ça… Sam rangeait un petit peu les lieux, elle ne pouvait rester sans rien faire, elle devait se changer les idées…
– Quoi qu’il en soit je suis vraiment désolée Mei, je te présente mes excuses, vraiment.
– Et je les accepte, ne t’en fais pas. Sans mes lunettes, je n’ai rien vu de toute façon, vraiment.
– Mais tu as eu le son.
– Oh euh… Oui, j’ai eu le son…
– Ohhhhhh !

Maya se jeta une nouvelle fois sur le lit, défaisant tout le travail de Sam sur celui-ci. La blonde la regarda et rigola. Maya tapa des pieds et des poings sur le matelas. Elle avait réellement honte et surtout, s’en voulait d’avoir été aussi stupide. Ce qu’elle avait fait à Mei était impardonnable pour elle, même si son amie lui disait le contraire. Cependant, les mots de cette dernière l’avaient légèrement soulagée. Cela aurait été pire si elle lui en voulait. Après quelques secondes de défouloir, Maya regarda Mei qui avait un petit sourire aux lèvres. De ses grandes lunettes rondes, elle alternait entre Sam et Maya.

– Les filles je… Je dois dire que tout ce qui m’est arrivé hier est assez… Difficile à croire… Je n’avais vu ça que dans des mangas et encore… C’est assez… Étrange et… Dérangeant ? Enfin je ne sais pas mais… Mais pourtant, je suis vraiment, vraiment heureuse. Mei serra les mains devant son cœur et ferma les yeux.
– Heureuse ? Maya ne comprenait pas vraiment. Je suis si canon que ça ?
– Hi hi, mais non. Enfin si ! Mais non… Je suis heureuse parce que j’ai vraiment trouvé deux amies merveilleuses et… Elle rougit légèrement. Et même si ces dernières 24 heures ont été… Particulières… Je n’ai jamais eu la chance de passer de tels moments avec des amies alors je… Je suis vraiment contente.
– Ohhhh… Maya sentit monter les larmes. Faut pas dire ça ! Je vais m’en vouloir encore plus moi !
– Houuuuu ! Non, non, non ! Je voulais dire que… Malgré cette nuit Maya je… Je t’apprécie vraiment beaucoup et j’espère que c’est… Que c’est réciproque…
– Mais bien-sûr que c’est réciproque ma Mei ! Maya se jeta dans ses bras. Et tu sais quoi ?! On est des meilleures amies ! On doit tout partager ! Et on doit garder nos secrets.
– Tu veux surtout qu’elle garde ton secret de la nuit… Sam rigola en faisant une nouvelle fois le lit.
– Toi ! Non hein ! Maya s’approcha de Sam ! Et je compte bien sur toi pour garder cette petite histoire secrète aussi… Sinon…
– Sinon ? Sam se redressa, ce qui impressionna Maya.
– Sinon je… Elle chuchota. Sinon et ba… Pas de… Cobaye de massage…
– Ah vraiment… ? Sam chuchota à son tour. Pourtant, il me semble que le cobaye prend bien plus de plaisir que celle qui masse…
– Oui ben… Alors je resterai un cobaye ! Voilà ! Alors attention…
– Oh j’ai l’habitude… Sam était d’humeur taquine… Regarde, hier je me suis massée seule…
– Tu… Hum… Maya avala sa salive. Quoi ?
– Oui, tu étais occupée… Et saoule… Alors je me suis débrouillée…
– Tu veux dire que… Si tu avais… Si j’avais… Tu as du…

Sam fit un magnifique sourire à Maya et la laissa sur place, la bouche légèrement entrouverte. Mei vérifia que tout allait bien, ce que valida la blonde. Dans un cri, Maya se retourna violemment et passa à toute vitesse devant les filles pour se rendre à la salle de bain.

– C’est fini ! Fini ! Je ne touche plus jamais une goutte d’alcool de ma vie ! Ras le bol ! C’est toujours pareil ! Marre ! Fini ! Engeance du démon ! Fini !

Maya claqua la porte. Mei ne savait pas si elle devait rigoler ou avoir peur, mais le rire de Samantha vint la réconforter. Une tête se glissa doucement dans l’ouverture de la porte qui rouvrit délicatement…

– Je vais… Prendre une douche… Maya regarda Sam avec insistance.
– Bonne douche alors… On se retrouve à la salle principale d’accord ? Et sans détour… Ne traîne pas… Sam s’amusa à la faire languir.
– Tu… T’es déjà douchée… ?
– Oui. Mei, tu veux te doucher ?
– Oh oui… Oui ! Mais dans ma chambre… Hi hi !

Sam fit un clin d’œil à Maya, qui lui fit un petit regard de mécontentement… Mais elle finit par rigoler et referma la porte de la salle de bain. Elle jeta des serviettes sur les miroirs et se glissa sous la douche. Sam accompagna Mei à sa chambre.

– Sam tu… Tu penses que ça va aller pour elle ? Je veux dire… Je comprends qu’elle soit mal à l’aise… C’est… C’est pas commun ce qu’elle a fait si… ?
– Tout dépend de la situation… Si tu veux parler de faire ce genre de choses avec quelqu’un qui n’est pas… Comment dire… Son amant ou son amante, alors oui, c’est sûrement la première fois… En revanche…
– Oh… Hi hi… Mei rigola en mettant la main devant la bouche. J’aimerais bien être aussi sûre de moi pour faire ce genre de choses… Hum… Oui…
– Quelque chose ne va pas Mei ? Tu penses à Maya mais toi ? Tout va bien ?
– Oui ça va, ça va c’est… C’est juste que… Houuuu… Mei baissa la tête.
– Mei…
– C’est que je me demande… Sam… Comment tu as su que tu aimais les femmes ?
– Comme j’ai su ? Euh… En fait je… Comment dire… Je ne l’ai pas vraiment “su” tu sais, c’était plus… Comme ça… J’ai jamais vraiment hésité… Oula je ne sais pas comment dire ça en vrai. C’est juste que j’ai été attirée par les femmes tout aussi naturellement que toi par un homme, ou qu’un homme pour une femme, ou un homme, ou une femme pour un homme euh… C’est juste… Naturel. Sam s’emmêlait un peu les pinceaux, son point faible était bien là, parler de ses relations… Mais pourquoi est-ce que tu me demandes ça Mei ?
– Houuuu je sais pas si je… Si… Oui je peux. Mei savait que Sam ne la jugerait pas, et elle en était heureuse. Eh bien pour être tout à fait honnête avec toi… Quand Maya a… Elle rougit légèrement. Pris du plaisir devant moi eh bien… Cela m’a… M’a… Houuuu… Cela m’a beaucoup excité…
– Oh… Et ce matin quand tu l’as vue nue tu as… Ressenti quelque chose ?
– Houuuu ! Non, non ! Je n’y ai même pas fait attention à vrai dire.
– Et quand tu as vu disons… Mike… Torse nu avant-hier ?
– Houuuu ! Hi hi hi. Mei avait pris son petit air pervers. Oui, oui, là par contre… Je l’aurai bien croqué ! Hi hi !
Sam rigola. Alors ne t’en fais pas, c’est rien. C’est juste que tu t’es identifiée au plaisir de Maya… Tu sais ce que ça fait alors tu en as eu envie aussi. Être sensible au plaisir d’une autre femme ne fait pas de toi une lesbienne ne t’en fais pas.
– Oh non après… C’est pas que je m’en faisais, mais tu sais… C’est juste que si j’avais tendance à aimer les autres femmes j’aurais aimé le savoir… Hi hi.
– Ne t’en fais pas. Allez, file te doucher, rejoignons les autres.
– Oui ! Merci Sam. Mei s’avança. Sam je… Tu ne m’en veux pas trop… ?
– T’en vouloir ? Pourquoi ça ?
– Eh bien cette nuit je… Même si ce n’était pas voulu avec Maya j’ai passé un… Moment assez intime…
– Ah ah, tu n’y es pour rien Mei. Maya est assez… Libérée de ce côté-là. Surtout soûle… J’espère surtout que toi tu ne lui en veux pas.
– Bien-sûr que non ! Je veux dire, c’était juste un malentendu, elle ne pensait pas à mal. D’accord, c’est quand même une situation unique et étrange mais… Non, non, je ne lui en veux pas du tout !
– Alors tout va bien. Sam lui fit un de ses magnifiques sourires.

Mei fit un sourire et un petit signe à Sam avant d’entrer dans sa chambre. Sam s’avança vers l’ascenseur, lentement, en regardant ses pieds… Cependant, elle ne put descendre seule… Elle faisait des allers-retours dans le couloir, en attendant ses deux amies. Elle ne voulait plus prendre aucun risque. Elle était décidée à les protéger. Elle attendait, patiemment…

Le bruit des bulles pétillantes dans son grand verre d’eau avait beau être subtile, Claire avait l’impression qu’il l’agressait et se moquait d’elle : “Bien fait pour toi, vieille alcoolique !” “Ah ah ! Tu l’as mérité !” “Pffff ! Quelle cruche !”. Claire fixait son verre, les coudes sur la table et la tête dans ses mains. Elle avait l’impression d’avoir pris un coup de marteau en plein sur le front. Elle se demandait même comment elle avait réussi à venir ici sans se tuer au passage… Puis, sans qu’elle ne puisse réagir, de toute façon elle n’aurait rien pu faire vu son état, deux bras vinrent s’enrouler autour d’elle comme pour l’étrangler. Une tête se posa sur son épaule. Des cheveux bruns lui chatouillèrent le cou.

– Ma Claire… Plus jamais… Jamais je ne toucherai une goutte d’alcool. C’est maléfique ! J’en fais le serment ! Devant la grande avocate que tu es…
– Tu dis ça à chaque fois Maya… Et à chaque fois tu recommences…
– Oh oui mais non pas là. Je suis vieille maintenant… Comme toi ! Et quand je vois ta tronche là, ça passe l’envie de boire !
– J’t’emmerde ma grande…
– Et je t’aime aussi… Ohhhh… Ma tête… Maya s’affala dans une chaise à côté d’elle. Il est où Tim ?
– J’en sais rien où il est ! Il était pas là ce matin, pas un mot rien…
– Non ?! Tu l’as tué cette nuit ?
– Très drôle…
– Tim partit sans te laisser un mot ? Samantha prit place à la table, avec Mei. C’est pas son genre…
– Hum… Son genre ou pas il est pas là… Et pourtant j’aurai bien besoin de lui.
– Tu l’as appelé ? Maya se pencha sur elle.
– Je sais même pas où est mon téléphone…
– Hum… Maya était pensive.
– Ne vous en faites pas, on connait Tim, il ne doit pas être bien loin. Essayez de retrouver vos esprits les filles, c’est une journée importante. Sam tenta de calmer le jeu.
– Youpi… Claire semblait ravie…

Samantha se redressa sur sa chaise. Elle pensa au planning de Tim pour la journée… Il ne lui avait jamais parlé de quelque chose si tôt le dimanche matin… Et même si cela avait été le cas, jamais il n’aurait laissé Claire seule dans cet état… Elle fit mine de se lever pour se rendre au buffet et vérifia que personne ne la regardait. Elle se cacha légèrement dans le renforcement d’une porte et attrapa son téléphone. Le temps de parcourir son répertoire et le téléphone de Tim sonna… Encore, et encore… Elle tomba sur la messagerie et laissa un message lui demandant de la rappeler au plus vite. Ce n’était pas normal… Elle le sentait au fond d’elle, quelque chose n’allait pas…

Elle appela ensuite Solène, l’amie d’enfance de Claire. Par chance, celle-ci elle, contrairement à Tim, répondit immédiatement.

– Sam ? Salut ! Comment vas-tu ? Ça c’est bien passé hier ?
– Ça a été oui merci Solène. Dis-moi, est-ce qu’à tout hasard, tu aurais vu Tim ce matin.
– Tim ? Euh non… Il devait passer rapidement ce matin pour finir un truc, mais il n’est pas venu, je me suis dit qu’il devait encore dormir vu la fête que vous avez faite hier. Du coup j’ai commencé sans lui. Il y a un souci ?
– Non, non, tout va bien. Écoute si ça t’embête pas continue comme c’est prévu, si j’ai un peu de temps je viens t’aider d’accord ?
– Oh non ça va, j’ai le temps de tout finir correctement t’en fais pas.
– Super. Si tu vois Tim tu peux lui dire de m’appeler s’il te plaît ?
– Ça marche, je le ferai. À tout à l’heure.
– A tout à l’heure, merci.

Sam raccrocha le téléphone et prit quelques instants pour réfléchir… Ses craintes semblaient se confirmer. Elle le savait… Ils le savaient tous. Jamais Tim n’aurait laissé Claire comme ça… Surtout en ce jour si spécial. Quelque chose n’allait pas. Elle se posa devant le buffet et perdit son regard sur les croissants, en réfléchissant à la situation.

De son côté, Mei luttait contre elle-même. Elle voulait absolument se lever et aller prendre des muffins… Ces merveilleux muffins… Mais elle voulait aussi se reprendre en main ! Elle devait lutter ! Soudain, une délicate odeur de chocolat vint chatouiller ses narines… Cette odeur… Ces muffins… Ils l’appelaient… Ils la suppliaient de venir à eux… La lutte devenait de plus en plus insoutenable. Puis, une voix suave résonna en elle.

– Bonjour. Il me semble que c’est ton petit péché mignon non ?
– Hou !

Mei se retourna en sursautant. Son cœur s’arrêta ! Mike lui mit devant les yeux une assiette complète, composée de fruits, de viennoiseries et de ses muffins favoris. Il lui souriait en la regardant droit dans les yeux. Dans un de ses mangas, elle serait désormais morte, raide au sol, un petit fantôme s’élevant dans les airs. Mike lui apportant un petit déjeuner ! Et se rappelant son péché mignon ? C’était bien trop pour son petit cœur. Elle attrapa l’assiette dans un petit rire stupide et déposa l’assiette devant elle, sans quitter Mike des yeux.

– Tu… Tu t’en es souvenu ! C’est très gentil, merci beaucoup. Oh pardon ! Bonjour !
– Alors, ça a été hier soir ? Tu n’as pas eu trop de difficultés avec Maya ?
– Eh bien… Mei tourna la tête vers Maya qui semblait paniquer après avoir entendu ça. Non, non… On a dormi comme des bébés… Hé hé… Elle goba un muffin.
– Tant mieux. Écoute je… Il baissa d’un ton. Sam m’a expliqué toute l’histoire et je tiens à te dire que je suis vraiment désolé. Je n’ai pas fait assez attention. Si tu as besoin de quoi que ce soit surtout, tu me fais signe d’accord ? Tu n’hésites pas.
– Tu… Tu me trouve pas… Bizarre et… Folle… ?
– Quoi ? Non ! Non pas du tout Mei ! Au contraire, la façon dont tu as réagi montre à quel point tu es forte et courageuse ! Tu n’as pas à avoir honte de quoi que ce soit. Et sois sûre qu’on va faire tout ce qu’il faut pour réparer les torts qu’ils t’ont causé !
– Hou. Mei devint rouge vif, mais pourtant, elle eut l’impression que les paroles de Mike venaient de lui donner une force surhumaine. Merci Mike.
– C’est normal.

Mike regarda instinctivement vers le buffet. Il posa les yeux sur Samantha, qui plongea son regard dans le sien. Elle n’avait pas besoin de parler, ni de faire de signes. Ils étaient comme connectés. Il comprit immédiatement qu’elle lui demandait de venir. Il feinta le fait d’avoir oublié son propre petit déjeuner afin de se rendre au buffet. En réalité, il ne prenait jamais de petit déjeuner. Mais pour la forme, il attrapa une assiette et demanda à Sam ce qu’elle voulait manger.

– Des fruits ?
– Oh… Je sens que la journée va être tellement éprouvante que je n’ai pas envie de me priver. Des muffins s’il te plait…
– Tout va bien ?
– Je ne sais pas Mike je… Enfin… Avant tout je te présente encore mes excuses pour ce qu’il s’est passé hier soir. J’espère que… Enfin…
– Que j’ai pu dormir ? Oui, t’en fais pas. Et toi ?
– Pas vraiment…
– Je m’en doutais… Mike rigola. Sam, je te le répète, ne t’en fais pas pour hier. Enfin plutôt pour ce matin… Au contraire, je suis soulagé et heureux qu’on ait pu mettre ça au clair. Toi aussi non ?
– Oui.
Alors tout va bien ne t’en fais pas. Et pour Maya alors ?
– Oh… Elle a bien dormi de son côté, le réveil a été plus difficile.
– J’ai remarqué oui. Ah ah.
– Écoute … Je suis désolée de te demander ça mais… On pourrait garder notre… Petite aventure pour nous s’il te plaît ? Je sais que je te demande de mentir mais…
– Garder sa vie privée, privée, n’est pas mentir Sam… Compte sur moi, la dernière chose que je veux c’est faire de la peine à qui que ce soit. On a eu une discussion… Animée… Elle nous a aidés, c’est parfait. C’est entre nous.
– Merci… Elle lui toucha l’épaule.
– J’ai en plus l’impression que Maya a passé une nuit qu’elle aussi aimerait garder secrète…
– Ça… Sam rigola. Écoute Mike, pardon mais… Rha… J’ai encore besoin de ton aide.
– Tout ce que tu veux.
– C’est Tim… Il n’est pas là. Claire ne l’a pas revu depuis qu’ils sont allés au lit, il n’est pas allé à son rendez-vous et il ne répond pas au téléphone. Je soupçonne fortement Margot d’être derrière tout ça…
– Déjà ? Elle n’a pas trainé… Tu crois que… Elle l’a enlevé ?
– Ça ne serait pas étonnant… Ce n’est pas comme s’il y avait écrit partout qu’aujourd’hui est le jour de l’anniversaire de mariage de Claire et Tim. Quoi de mieux pour ruiner la journée que de faire disparaître le marié…
– Hum… Il va vraiment falloir qu’on fasse quelque chose Sam… Ça devient vraiment dangereux. Ce petit jeu va bien trop loin…
– Je sais, et c’est ce qu’on va faire. Mais en attendant tu pourrais voir si tu le trouves quelque part s’il te plait ? Je sais que je te l’ai déjà demandé pour Mei hier mais…
– Justement, je sais déjà où chercher. Tu peux compter sur moi Sam. Quoi qu’il arrive d’accord ? Je m’en occupe.
– Merci Mike, vraiment…
– C’est normal. Mike regarda vers la table principale.
– T’en fais pas… Je trouverai une excuse à lui dire…
– Quoi ? De quoi tu parles ?
– Oh de rien…

Sam attrapa l’assiette dans un grand sourire et se dirigea vers la table, le cœur plus léger. Son histoire avec Mike était désormais du passé, et même si ces quelques heures avaient été difficiles, elles lui avaient permis d’avancer. Mei regarda Mike partir et semblait vraiment déçue. Avec des yeux de chien battu, elle regarda Sam s’avancer.

– Mike ? Il ne se sent pas bien ?
– Non t’en fais pas il revient. C’est ma faute, je lui ai demandé de…

Dans un lourd fracas, l’assiette de Sam tomba sur la table en renversant les verres et les bouteilles. La femme tomba sur la table et s’y cogna lourdement. Maya paniqua ! Sam venait de faire un malaise ! Et pas qu’un petit ! Elle se leva et se rendit compte que son amie n’était pas tombée toute seule. Margot se tenait juste derrière elle, un regard mauvais sur son visage. Elle ne s’était même pas cachée ! Maya avait la tête en vrac, la rage qu’elle ressentit à ce moment-là faisait battre son sang tellement fort dans ses tempes que cela la faisait souffrir le martyr. Samantha de son côté se remit en équilibre et se releva. Lorsqu’elle se retourna, elle plongea son regard dans celui de Margot. La riche héritière avait un regard bien plus menaçant que d’habitude, son message était clair : la guerre était déclarée. Elle allait faire souffrir le groupe. Sam la regarda longuement, mais ne fit rien. Elle ne voulait pas envenimer la situation et elle savait que si..

– Tu retouches à un seul de ses cheveux…

En un éclair, une silhouette s’interposa entre la Lionne et Sam. Droite, sûre d’elle, menaçante… À tel point que même Margot eut un léger mouvement de recul.

– Un seul de ses cheveux… Ou un seul cheveu de l’un de mes amis, et je te jure que je vais devenir ton pire cauchemar Margot.
Margot eut besoin de quelques secondes. Tiens, tiens. Mais c’est qu’elle fait sa starlette la petite Maya. Elle s’approcha finalement. Tu viens de faire une terrible erreur… Jamais… Personne… Elle lui tapait le torse à chaque mot… Ne… Me… Menace… Tu es une femme morte Lomes… Je vais détruire ton monde, et celui de tes amis. Je commencerai par eux, et je t’obligerai à regarder. Tu fais la maligne, mais tu n’es qu’une petite conne qui veut se la jouer. Tu es finie. Je vais t’anéantir.
– Essaie un peu…

Pour la première fois du weekend, le regard de Maya ne trahissait aucune hésitation. Il était dur, déterminé et extrêmement menaçant. Mei regarda son amie avec une grande admiration. Elle avait l’impression de voir une autre personne comme… Si elle faisait la connaissance de la vraie Maya… Pas la Maya fofolle et comique, mais la Maya classe et… Samantesque ? Ce regard d’admiration énerva Margot au plus haut point. Elle donna un violent coup de pied dans la chaise de Mei située non loin, ce qui projeta cette dernière contre la table. Elle évita de peu de finir le visage dans ses muffins. Margot savait bien que Mei ne répliquerait pas, mais elle voulait pousser Maya à faire une erreur.

– Quant à cette grosse vache, elle devrait arrêter de…

Mais à sa grande surprise, Mei se leva violemment, se retourna et se mit aux côtés de Maya, prête à se battre pour son amie. Elle non plus n’hésitait plus, son regard était on ne peut plus déterminé. Sam se resserra également. Un immense mur se dressait devant la Lionne. Seule Claire ne bougeait pas. Margot tourna les yeux vers l’avocate et rigola.

– Je savais bien que tu étais plus intelligente qu’elles. Je vais te faire l’honneur de m’occuper de toi en dernière, pour le beau geste.

Claire se leva calmement, s’essuya la bouche avec sa serviette et lança celle-ci sur la table. Elle poussa sa chaise, la contourna et avança toujours très calmement vers Margot. Elle s’arrêta juste devant elle et approcha son visage extrêmement près.

– Tu peux m’enlever mon travail Margot, tu peux me prendre mes biens, prendre ma fierté, mon égo, prendre ma santé si ça te chante. Mais jamais, je dis bien jamais, tu ne pourras m’enlever mes amis et mon mari. Tu m’entends ? Jamais. Je ne te laisserai pas faire et crois-moi, je gagnerai. Tu ne touches plus à mes amis et à mon mari. C’est clair ? Maintenant, tu fous le camp de notre salle de réception. Tu n’es pas la bienvenue.
– L’endroit m’appartient sale conne.
– Non, tu n’es que minoritaire au conseil. Tu n’es qu’un rouage, un tout… Petit… Rouage… Elle lui tapait le torse à chaque mot, en représailles à son attitude envers Maya. Insignifiant. Tout comme dans la société de ta famille. Sans ton argent tu n’es… Absolument… Rien.

Les deux gardes du corps de Margot s’avancèrent. Les échanges de mots passaient, mais cette fois-ci, Claire venait de toucher Margot… Cependant, elle leur fit un signe de la main, avant de s’adresser à Claire à son tour.

– Parfait ça… Parfait… Tu viens de signer ton arrêt de mort… Si tu savais depuis combien de temps j’attendais ça… Tu peux peut-être leurrer tes chers amis, mais moi, tu ne peux pas… Je vais ruiner ta journée, puis je vais ruiner ta réputation et enfin ta vie entière. Je vais te priver de tout ce que tu aimes…
– Tu n’es pas assez maligne pour ça…
– Oh vraiment ? Vraiment ? Margot commençait à perdre son sang froid. Tu me prends pour qui ? Je vais me délecter de ta souffrance, je vais t’arracher tout ce que tu possèdes et tu sais quoi ? Je vais rendre la chose bien douloureuse en prenant soin de ne laisser aucune trace… Ton précieux petit métier de merde ne pourra rien y faire… Je vais me faire jouir sur ta tristesse tu m’entends…
– T’en fais pas… En prison tu auras tout le temps de te toucher…

Margot rigola et cracha au visage de Claire. Les amis n’étaient pas dupes, ils savaient très bien que Margot attendait que l’un d’eux en vienne aux mains. Là, elle aurait tout le loisir de porter plainte et de faire jouer ses relations. Mais Claire ne fit rien. Elle ne baissa pas les yeux et ne riposta pas.

– Encore une fois… Fous le camp d’ici…

Margot sentait la colère lui monter, aussi décida t’elle de quitter les lieux avant de faire quelque chose de stupide. Ils n’étaient pas nombreux, mais les invités et les serveurs pouvaient être un problème si elle en venait aux mains la première… Enragée, elle quitta la salle et laissa les amis entre eux. Maya, elle, toujours en rogne, aperçut Alice s’installer tranquillement à une table une assiette débordante, faisant comme si de rien n’était. Elle était bien trop énervée, il fallait qu’elle évacue ! La dermato se dirigea vers la table et s’installa à côté d’Alice, seule à celle-ci.

– Alice, on doit parler s’il te…
– Va chier. Elle la coupa net.
– Pardon ?!
– J’ai dit va chier !
– Dois-je te rappeler que tu travailles pour moi ?
– Dois-je te rappeler qu’on est dimanche et que t’es pas ma patronne ?!
– Écoute-moi bien Alice… Soit tu arrêtes de tremper dans les magouilles de Margot, soit tu t’en vas ! C’est clair ?
– Les magouilles de… ?! Elle pouffa. T’es sérieuse là ? Parce que tu crois que Margot se soucie de moi ?! Elle me dit pas ce qu’elle fait figure-toi !
– Ça a l’air d’être ta grande amie pourtant !
– Ouais ben non… On baise de temps en temps et voilà. Ce qu’elle fait ça me regarde pas.
– Du moment où elle gâche une fête où tu l’as invité toi-même de ton propre chef sans nous en parler, si, ça te regarde.
– Je m’en fous ! Ok ? Je m’en tape de vos histoires ! Putain sérieux, tire un coup et ça ira mieux ! Si tu es dans cette merde, tu en es sûrement responsable !
– Encore et toujours la même rengaine hein ?
– T’es bien placée pour dire ça ! T’as trouvé personne à branler aujourd’hui ?
– Tu arrêtes de suite ! Je sais pas ce qui t’arrive mais tu vas te calmer !
– Je me calme si je veux !
– Tu as vu dans quel état est Nathan ! Tu penses un peu à lui ?
– Non ! Non j’y pense pas ! Je m’en fous de Nathan !
– Ah vraiment ? Tu te fous de Margot, de Nathan, de moi ? Y a quelqu’un qui t’intéresse au moins ? À part toi j’entends ?
– Peut-être que non !
– Alice tu… Maya prit une énorme respiration pour essayer de se calmer. Il le fallait, cette discussion ne menait nulle part. Si tu as des problèmes j’en suis désolée. Je ne suis qu’une nana que tu vois au travail, je ne fais pas partie de ton cercle proche. Mais je pensais au moins qu’après ce qu’on a fait pour toi avec Sam, après le pétrin duquel on t’a sorti autrefois, tu aurais au moins la décence de nous aider sur ce coup-là.
– Eh bien tu te trompes…
– Si tu as besoin d’aide on peut t’aider, mais avec ton comportement on ne pourra…
– Tu veux m’aider ? Vraiment ? Alors casse-toi putain !
– Je vois… Maya marqua une pause. Très bien… Profite bien de ton dimanche alors, seule…

Sans la regarder Maya se leva et se dirigea vers sa table. Elle voyait bien qu’Alice avait des soucis, mais elle refusait clairement toute aide… Parler avec elle n’était actuellement qu’une perte de temps et cela aggravait la situation. Alice la regarda s’éloigner. Puis, elle croisa le regard de Samantha… Un regard empli de gentillesse et de bienveillance, malgré tout ce qui était en train de se passer. Elle détesta ce regard ! Elle se sentait faible et puérile. Prise de haut. Elle se leva et à son tour, quitta la salle enragée.

Maya s’affala dans sa chaise et soupira. Claire, Mei et Sam s’appuyèrent toutes sur le dossier de leur chaise pour la suivre. Claire rigola nerveusement.

– Ahhhhh… Les filles… Je savais que le dimanche allait être difficile… Mais je ne m’attendais pas à ce que la bataille commence si tôt…
– Vraiment désolée Claire…
– Pourquoi Maya ?
– J’ai perdu mon calme je… C’est ma faute.
– Au contraire mon cœur. Claire prit Maya dans ses bras. Tu as peut-être sauvé ma journée…
– Sauvé ta journée ?

Mei et Sam se rapprochèrent de Claire et de Maya.

– Exactement… Margot vient de faire une énorme erreur… C’est à nous de jouer…

WITH LOVE
signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.