💕🔞 Nouveau test coquin ! Au tour de Nate de...

💕🔞 Nouveau test coquin ! Au tour de Nate de...

💕🔞 Nouveau test coquin ! D'un gode ÉNORME ! Vraiment...

💕🔞 Nouveau test coquin ! D'un gode ÉNORME ! Vraiment...

😍 Ohhhh ! Notre partenaire @motsutoys nous a gâté !!...

😍 Ohhhh ! Notre partenaire @motsutoys nous a gâté !!...

💕🔞 Bonjour / Bonsoir à tous. Merci de lire ces...

💕🔞 Bonjour / Bonsoir à tous. Merci de lire ces...

💕🔞 Hey ! Le chapitre 11 de "Crazy Sexy Stories"...

💕🔞 Hey ! Le chapitre 11 de "Crazy Sexy Stories"...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Hey ! Comment ça va ? Ça y est,...

💕🔞 Hey ! Comment ça va ? Ça y est,...

💕🔞 Un petit défi coquin de couple, ça te tente...

💕🔞 Un petit défi coquin de couple, ça te tente...

💕🔞 Le chapitre 09 de Crazy Sexy Stories est disponible...

💕🔞 Le chapitre 09 de Crazy Sexy Stories est disponible...

Chapitre 08

By 36min. de lecture

Crazy Sexy Stories, tome 01.

Chapitre 8 : ” Et mouiller nos corps… “

Machines et orgasmes : CSS chapitre 8

Maya se fraya rapidement un chemin entre les chaînes et les engins sexuels de torture qui la séparait d’une immense cage métallique. Elle hâta le pas pour faire face à l’immense prison argentée, suivie de très près par Samantha. Elle saisit deux barreaux de ses mains et regarda à l’intérieur.

– Mei !? Mei ! Mais qu’est-ce que tu fais là et… C’est pas vrai !

Maya prit le temps de regarder son amie, enfermée comme un oisillon. Elle était entièrement nue, assise sur une lourde chaise en cuir noir, un bâillon rouge dans la bouche. De nombreuses cordes enlaçaient son corps de part et d’autres, empêchant la jeune femme de faire le moindre mouvement. Au sol, sous la chaise, étaient fixés sur une sorte de plateau tournant plusieurs instruments sexuels. Une petite fuck machine était actuellement au travail entre les cuisses de Mei, faisant danser en elle un large godemichet couleur pourpre. La jeune femme bavait et avait du mal à parler, préférant émettre de petits gémissements. Sa généreuse poitrine recouverte de bave, tout comme la chaise et ses cuisses, inondées par son plaisir.

Samantha se retourna et aperçut une grosse caméra, bien en vue. Rapidement, elle la recouvrit d’un bout de tissu trouvé non loin pour s’assurer toute intimité. Elle regarda rapidement la pièce dans les moindres recoins, mais il semblait que ce soit la seule caméra. Maya de son côté, tenta de forcer la porte de la cage, mais sans succès, les barreaux étaient solides. À tel point qu’elle se demanda si cette cage était réellement faite pour des jeux sexuels.

– T’en fais pas Mei, on va te sortir de là ! Sam ? Sam vient m’aider !
– Ma… Maya che… Che… Mei avait du mal à parler à cause du bâillon.
– T’en fais pas ! On va ouvrir ça !
– Che… Oh… Che vais… Oh… Ahhhhhhhhhhhhhhhh !

Mei regarda entre ses cuisses d’un air grave et fut prise de spasmes. Ses mouvements étaient lourdement entravés, mais les filles devinaient sans mal que leur amie avait un violent orgasme. Mei leva les yeux au ciel et essaya de retenir un large filet de bave qui s’écoula le long de son cou. Puis, un étrange bruit de moteur retentit. Le plateau autour de la chaise tourna et le prochain instrument de torture se mit en place entre ses cuisses. Une sorte de tronçonneuse armée de fausses langues commençait sa rotation sur le clitoris de Mei, qui continuait ses gémissements. Maya n’en revenait pas ! Quel était cet endroit ? Elle se retourna vers Sam.

– Sam ?! Qu’est-ce qu’on fait ? Ça ne s’ouvre pas ! Moi je dis qu’on va trouver ce Comte et le fracasser pour qu’il nous donne la clef !
– Calme-toi, il doit bien y avoir un moyen. Déjà, est-ce qu’on peut débrancher ces machines ?
– Oh ! Sûrement !

Les deux jeunes femmes se mirent à chercher des prises, des rallonges, mais il n’y avait rien de visible. La salle BDSM semblait parfaitement réalisée et rien ne trainait au sol, tout était caché sous le sol et dans les murs. Elles cherchèrent une porte ou quelque chose qui pouvait servir de panneau de contrôle, mais ne trouvèrent rien. Elles cherchèrent encore et encore, avant que Maya ne soit interrompue par la prisonnière. Elle regarda vers celle-ci, qui dégustait un nouvel orgasme provoqué par toutes ses langues tournoyantes. Maya ouvrit légèrement la bouche, ce que remarqua Sam.

– Maya, c’est pas le moment !
– Je sais, je sais, pardon mais… Hum… Avoue que toutes ces machines c’est… Mei ! Il faut aider Mei ! Allez, concentre-toi Maya !

Maya se tapa le visage pour reprendre ses esprits et fouina un peu partout de nouveau. Elle trouva une grande barre de fer munie de menottes. Elle montra sa trouvaille à Sam et eut la même idée. Les deux amies revinrent vers la cage et glissèrent la lourde barre métallique au niveau de la serrure. Elles forcèrent un peu, mais elles avaient du mal à faire bouger les choses. Maya perdit une nouvelle fois son regard sur Mei qui cette fois-ci avait un immense vibromasseur entre les cuisses. Mei pleurait presque tellement elle semblait à bout de forces, enchaînant orgasme sur orgasme. Les yeux larmoyants de la timide jeune femme se tournèrent vers Samantha.

– Cham pitié… Ch’en peut plus…
– Mei…

Samantha ressenti une vague de colère monter en elle, mais elle ne le montra pas. Elle recula de quelques pas et demanda à Maya de s’écarter. Elle prit de l’élan et mit un énorme coup de pied dans la barre de fer. Elle profita de ce coup pour évacuer une partie de la colère qu’elle gardait pour elle depuis le début de ce weekend. Dans un grand vacarme, le verrou de la cage céda et la porte s’ouvrit. Maya se précipita dans la cage et commença à défaire les liens de Mei, en commençant par les mains. Défaire les nœuds n’était pas chose aisée, visiblement, la personne ayant réalisé cette œuvre était un grand adepte du shibari, cet art d’attache japonais. La jeune brune arriva péniblement à défaire les premiers liens et Mei se hâta d’enlever le bâillon qui l’empêchait de parler. Elle s’essuya la bouche.

– Oh… Oh… Merci, merci, merci ! Je t’en supplie Maya enlève-moi ces… Oh… Non… Non…
– Quoi, quoi Mei ? Maya eut une montée de pression.
– Je vais encore… Encore… Encore jouir je… Ohhhh…. Fouu fouuu… Mei respira fort comme pour essayer de se retenir. Oh… Non, non je peux pas je… Oh… Ahhhhh !!!!

Elle se tortilla dans tous les sens en essayant de repousser le vibromasseur de son clitoris mais elle ne put le faire. Maya regarda le nouveau jouet pénétrer en Mei, et détacha une jambe, puis une seconde. Enfin, elle détacha le bassin de Mei, lui aussi lourdement entravé. Sam ne pouvait pas entrer, elle aurait plus gêné Maya qu’autre chose. En revanche, dès que Mei se leva, elle l’attrapa au vol. Les jambes de la séquestrée étaient bien trop flageolantes, attachées depuis un long moment, repliées sur elles-mêmes. Sam l’attrapa et la stabilisa avant de l’amener vers un large divan rouge. Elle l’aida à s’installer puis attrapa un drap pour la couvrir. Elle s’installa à côté d’elle et voulut immédiatement vérifier que tout allait bien.

– Mei, tout va bien ? Tu n’es pas blessée ? Comment tu te sens ?
– Non, non je… Enfin si j’ai… Je crois que j’ai mon entre-jambe en feu… Et mes seins aussi… Et mes jambes étaient pliées depuis si longtemps que je n’ai plus de sang…
– Tu es là depuis combien de temps ?
– Je sais pas je… Une heure, peut-être plus.
– Quoi ? Maya s’avança. Une heure dans cette cage ?
– Oui…
– Et depuis une heure tu… Enfin tu sais, tu as… Maya regarda les jouets trempés.
– Oui… Mei rougit des joues.
– Oh c’est… Hum… Bon, l’important c’est que tu ne sois pas blessée et que…

Maya regarda avec envie les engins de torture… Penser que son amie avait eu orgasmes sur orgasmes avec ceux-ci lui mit de mauvaises idées en tête. Mais le calme et la sagesse de Sam eurent raison de ses divagations. Elle se remit dans la conversation et écouta.

– Tu peux marcher Mei ?
– Je… Oui mais juste encore une minute je… Fiou…
– Je suppose que tu n’as pas choisi d’être ici, je me trompe ? Maya avait l’air sérieuse, ce qui choqua légèrement Mei, qui n’avait pas l’habitude de la voir comme ça. Qui est-ce qui t’as fait ça Mei ?
– Je… Je ne sais pas… Je… Quand Sam est entrée dans le passage du Comte, j’ai été surprise par la lourdeur de la porte et je n’ai pas pu la retenir. J’ai essayé de la pousser, de trouver une ouverture, mais il n’y avait rien. Alors j’ai paniqué et mon premier réflexe a été d’aller chercher de l’aide. J’ai couru pour venir te chercher ou trouver Claire et là… C’est le noir… Quand je me suis réveillée j’étais attachée sur la chaise et… Enfin vous voyez…
– Oui je vois ! Et j’en ai vu bien assez ! La salle de surveillance, les caméras, les miroirs, les trous, cette salle ! C’en est trop ! Je vais demander des comptes à cet enfoiré de Comte ! Des… Oui, des comptes au Compte !
– Mais Maya je… J’ai eu tout le temps d’y penser tu sais je… J’ai bien essayé de me changer les idées pendant que… Enfin… Le Comte est entré juste avant Sam et j’ai été assommé vraiment très peu de temps après… Ça ne peut pas être lui.
– Il a des gardes du corps non ? Ils font le sale boulot pour lui voilà tout !
– Ils travaillent pour Margot, pas le Comte… Et puis ils étaient partis depuis quelques temps…
– D’accord mais…
– Maya, calme-toi. Sam reprit la parole. Tu as tous les droits d’être en colère et de vouloir en finir, mais ne nous précipitons pas. Rappelle-toi ce qu’a dit Claire, nous devons la jouer fine et ne dévoiler nos cartes que lorsque nous les aurons toutes.
– Mais c’est quand même pas croyable ! Regarde cette salle ! Mei a été enlevée et séquestrée ! Violée même !
– J’en suis parfaitement consciente, et je suis d’accord avec toi. Ce qu’il se passe ici est impardonnable. Et c’est pour cette raison que nous devons nous assurer qu’ils paient pour ça… Parce que le Comte n’est certainement pas seul. Peut-être n’est-il même pas au courant… Cette salle n’est pas sous surveillance…
– Claire et toi avez intérêt à ne pas vous louper Sam ! Parce que là, je suis vraiment, vraiment en colère !
– Je sais Maya. Nous devons déjà sortir d’ici, nous mettre en lieu sûr, c’est plus prudent. Nous reprendrons cette conversation après.
– Rhaaaaa !

Maya donna un gros coup de pied dans un sextoy et se mit à chercher une sortie. Sam aida Mei à se relever et la rejoignirent. Au passage, la blonde jeta un œil à la caméra, mais elle ne semblait pas en marche… Très étrange. Pourquoi quelqu’un aurait laissé Mei seule ici, sans filmer ? Peut-être que quelqu’un les avait entendues… Mais Mei l’aurait vu partir. Toute cette situation était très étrange. Finalement, elles trouvèrent une porte cachée derrière un lourd rideau rouge. Maya ouvrit doucement celle-ci et elle se rendit compte qu’elles étaient au sous-sol, derrière l’étagère d’un local technique. Elles s’y aventurèrent, passèrent discrètement par les cuisines vides du Château, regagnèrent le rez-de-chaussée et montèrent dans la chambre de Mei, en prenant soin d’éviter toute rencontre. Chance pour elles à cette heure-ci, les lieux étaient vides.

Une fois arrivées dans la chambre de Mei, Maya attrapa les draps du lit de la jeune femme et recouvra tous les miroirs. Elle jeta un œil à tout ce qui pouvait être suspect et examina attentivement chaque recoin. Elle trouva deux micros, qu’elle arracha. Tant pis pour la discrétion, elle voulait se défouler un petit peu ! Alors que Mei s’enfonçait doucement dans sa baignoire en faisant couler une eau bouillante, Maya, toujours furieuse, s’avança vers Sam.

– Sam ! Qu’est-ce qu’on fait ?
– Nous devons d’abord nous assurer que tout va bien pour Mei.
– C’est démentiel ! On en parle qu’elle a été violée là ?!
– Tu l’as déjà dit et je te le répète, je suis totalement d’accord avec toi.
– Il faut agir !
– Et c’est ce qu’on va faire. Il y a un moyen très simple de savoir si le Comte est impliqué.
– Il est impliqué ! C’est son château !
– Il est certain que le Comte est un pervers pathologique, mais je ne sais pas s’il oserait enlever quelqu’un dans son Château… Il risque trop…
– Je sais pas je… Sam je comprends parfaitement ce que Claire et toi voulez dire, mais là c’est… C’est beaucoup trop gros ! Je ne peux pas rester sans rien faire, pas après ce qu’ils ont fait à Mei !
– Claire a l’habitude de ce genre de choses, nous devons lui faire confiance.
– Je lui fais confiance, mais c’est trop à garder !
– Écoute, évitons de reparler de ça avec Mei, il ne faudrait pas que…
– C’est gentil mais je vais bien… Mei sortit la tête de la salle de bain.
– Déjà ? Mais c’est pas un bain ça ! C’est une douche express ! Maya fit les gros yeux.
– En réalité je me suis juste douchée. L’eau qui coule c’était pour le confort et j’avais besoin de m’asseoir encore un peu.
– Normal, tu as été tellement… Malmenée ! Oui ! Tu dois porter plainte Mei, contre le Comte !
– Mais je pense vraiment que ce n’est pas lui… Je ne veux pas l’accuser à tort…
– Mais, mais… Mais réveillez-vous les filles ! Il est fautif à mille pourcents !
– Ne te fâche pas Maya, je veux juste être sûre, c’est une affaire grave…
– Je ne me fâche pas Mei je… Ahhhhh… Excuse-moi…
– Tu es certaine que tout va bien Mei ? Sam avait un regard empli de compassion. N’aie honte de rien, si tu as besoin de parler tu dois le faire, nous sommes là pour toi.
– Je vais bien Sam. En réalité, Mei s’asseya sur son lit, j’ai plus honte de ma naïveté que de la situation…
– De ta naïveté ?
– Oui j’ai… Hum… Mei avait peur de parler mais elle voulait s’ouvrir. J’ai cru que vous me faisiez une blague… J’ai cru que tout ça, c’était normal, que c’était une sorte de… De traditions entre copines tu sais… Comme de vous chatouiller nues…
– Nous chatouiller… Maya s’écroula sur le lit. Mon Dieu… Je suis désolée Mei, je me suis vraiment ridiculisée devant toi… Quelle image est-ce que je donne de…
– Ridiculiser ? Pourquoi tu dis ça ?
– Je fais la folle mais… Je m’aperçois pas que pour vous ça doit être pesant et… JE passe pour une folle totale…
– Non, non ne dis pas ça. J’ai aimé voir votre complicité et j’ai pensé que… Enfin je vous enviais… Alors je me suis dit que peut-être c’était une sorte de jeu ou de bizutage ou je ne sais pas… Alors au début j’ai… J’ai…
– Tu as ? Sam essaya de pousser un peu Mei.
– En réalité j’ai beaucoup aimé… Je… Disons que dans les mangas que je crée il y a souvent ce genre de tortures… Vous savez, les machines, les tentacules… Je fantasmais dessus alors je me suis dit que Maya avait découvert ça et qu’elle voulait me faire plaisir et… Oh…. Mei se tapa le front. Je me sens tellement bête ! Comment ai-je pu penser à ça ! Jamais vous n’auriez fait quelque chose comme ça ! Jamais ! Je suis vraiment désolée !
– Non non… Maya se calma. C’est ma faute… Je m’amuse tellement avec ce sujet qu’il est presque… Normal que tu aies pensé ça… C’est moi qui m’excuse…
– Mais quand même tu n’aurais jamais fait quelque chose comme ça.
– Non… Non… Maya regarda Sam d’un air étrange.
– Écoute Mei, la blonde reprit la parole, ce que tu as vécu peut être vraiment traumatisant, si tu veux rentrer chez toi on peut le comprendre.
– Oui je sais que c’est grave, Maya a raison, même si ce ne sont que des jouets, la personne qui m’a fait ça a commis un délit, un viol… Bien que pour être honnête, je ne voyais pas ça comme ça…
– Quoi ?! Tu penses que ce n’est pas grave ?! Maya sursauta.
– Non, non, pas du tout ! Écoutez, je sais que je suis quelqu’un de très timide et d’un peu à part. Je vous le promets, je réalise la gravité de la situation. Quelqu’un m’a frappée, m’a enlevée et m’a séquestrée sur cette machine. J’en suis consciente. Mais je ne suis pas du tout traumatisée. Je n’ai pas vu mon agresseur, je n’ai pas souffert et même si c’est très très bizarre dis comme ça, j’ai réalisé un fantasme… Je sais que je devrais être choquée ou quelque chose comme ça, mais au risque de paraître inconsciente… Cette expérience m’a plus plu qu’autre chose… Même si je suis vraiment très très remontée contre celui ou celle qui a fait ça ! Mais je vous assure, avec les films que je me suis fait, je suis plus contente que choquée… Je sais c’est… Je suis une mauvaise personne…
– Quoi ? Maya fit un nouveau bond. Non ! Mais non voyons ! Absolument pas ! Pourquoi tu dis ça !
– Comme vous le dites, c’est grave et moi je… Je le prends bien je… Je suis victime de quelque chose de grave et… Je trouve que ce n’est pas si grave…
– Non ne t’en veux pas ! Au contraire c’est… C’est une bonne chose ? Hein Sam ? Sam n’approuva pas réellement, mais ne le fit pas remarquer. Écoute, l’important c’est que tu ne sois pas blessée, ni physiquement ni mentalement. Tu sais ce qui c’est passé, tu réalises les enjeux… Et je vais t’avouer un secret… Moi aussi j’aurai bien aimé être sur cette chaise… Mais de mon plein gré…
– Oui je comprends… Vous ne me trouvez pas bizarre ? Folle ?
– Mei, Sam s’accroupie devant elle, est-ce que tu nous trouves bizarres nous ?
– Non ! Non ! Pourquoi vous seriez bizarres ?
– Ohhhh… Maya se laissa tomber sur le lit. Moi les gens trouvent que je suis une parfaite abrutie, qui ne pense qu’au cul, qui ne se préoccupe pas de son travail, ne prend rien au sérieux et ne s’intéresse pas aux autres.
– Mais c’est faux !
– Bien-sûr, mais le pire, c’est que je m’amuse à leur faire penser ça. Sam elle, tout le monde lui sourit dans la rue, lui fait de gentils regards parce que c’est une bombe sexuelle douée pour tout, mais dans son dos tout le monde la critique tu sais. Elle peut pas compter sur grand monde malgré sa popularité !
– Ah bon ?!
– Oui… Sam s’asseya à son tour.
– Mais pourquoi te critiquer ?! Tu es la personne la plus gentille que je connaisse !
– Et la plus canon ! Maya fit un clin d’œil.
Sam ricana. Tu sais Mei, tout le monde n’est pas aussi gentil et ouvert que toi. Pour beaucoup de monde je ne fais que jouer un rôle pour m’attirer les regards et les mérites. Si tu savais la haine et la méchanceté que je reçois de la part des femmes chaque jour, de par leur jalousie ou encore les insultes, les regards mal placés et les blagues sexistes des hommes… Entre ceux qui me demandent combien je prends, qui me disent ce qu’ils me feraient si je les suivais, voir combien m’ont couté les retouches ou encore si je… Sam fit une pause… Enfin de charmantes remarques sur mon orientation sexuelle…
– Mais c’est horrible ! Vous n’y êtes pour rien ! Vous faites de votre mieux !
– Tout comme toi.
– Oui mais là… C’est différent… C’est ma naïveté qui…
– Et alors ? Maya se redressa. Être naïve ce n’est pas grave Mei ! Tu te rends compte, grâce à ça tu as vécu cette expérience comme un truc positif, là où beaucoup auraient été dévastées ! Et en plus tu as conscience de la gravité de la chose. Ce n’est pas à toi de perdre cette gentillesse et cette innocence, c’est aux autres de la respecter !
– Je comprends pas bien mais… D’accord…
– Regarde Sam ! C’est un pur canon parce qu’elle travaille dur tous les jours ! Elle est brillante parce qu’elle n’arrête jamais d’apprendre. Elle est modeste, aide les autres parce qu’elle est sincère et a un cœur d’or. Elle est lesbienne et alors ? Elle n’a pas choisi d’aimer les femmes, ni d’avoir un si joli corps de base. Elle ne va pas changer ou ignorer ses sentiments parce que les autres la critiquent !
– Oui… Oui… Je comprends mieux. Il faut rester comme nous on aime, pas les autres.
– Exactement !
– Mais je ne comprends toujours pas le rapport avec cette salle et mon enlèvement…
– Eh bien ! En fait… Maya agita les bras. Sam !
– Ah non, ne compte pas sur moi ! Sam s’allongea sur le lit. Tu m’as complimenté, ça me suffit. Elle rit.
– Ahhhhhhhhh ! Maya s’affala de nouveau sur le lit.
– … Hum… Mei fit de même et se jeta en arrière, non sans amusement. Elle analysa la situation quelques instants. Si possible j’aimerais ne plus parler de cette aventure… Passons à autre chose d’accord ?
– D’accord. Mais quand même les filles… Maya regardait le plafond, à l’instar de ses amies. Vous avez pas l’impression d’être dans un livre ? C’est dingue ce qu’il se passe non ? Et en plus on serait les personnages centraux ! Ça serait plutôt cool ! Mais il faudrait enlever tout le côté pervers… Et cette dernière aventure… Ouais bon, y aurait plus grand chose en fait…
– Hum… Ça manque un peu d’hommes musclés non ? Mei était rêveuse.
– Y a Mike… Tim est pas mal non plus. Chris est plutôt canon… Spécial, mais canon… Tim et Val aussi, bien qu’eux ne soient pas accessibles ah ah.
– Hou oui… Mike… Mei eut un petit sourire timide.
– Moi je trouve que tu te remets plutôt vite de cette aventure Mei ! Maya la regarda avec un air sévère, mais avec humour.
– Houuuu ! Pardon, pardon !
– Je plaisante ! Seulement, on n’est pas dans un livre… On fait quoi ?
– On va continuer à suivre le plan de Claire. Sam mit ses mains sur le front. Nous avons retrouvé Mei, quelle que soit la personne qui ait fait ça, voir Mei se balader librement devrait provoquer une réaction, amener à une erreur… On avisera à ce moment-là
– Maya je… Je suis vraiment désolée, j’aurais dû faire plus attention. Je gâche vraiment ton anniversaire.
– Boaaaa… Margot et Alice s’en sont déjà chargées, t’en fais pas, tu n’y es pour rien. J’en suis à un point où j’ai envie de rentrer…
– Mais c’est ton anniversaire ! Mei se redressa. Nous trouverons qui a fait ça ! Mais je refuse que cette personne gâche encore plus ce weekend ! Les deux autres filles se redressèrent sur les coudes. On va redescendre et on va s’amuser ! J’ai confiance en Claire et en notre groupe ! Nous découvrirons ce qui se trame ! Mais pas ce soir ! Ce soir Maya je veux rattraper cette journée maudite ! Je veux que tu t’amuses !
– Mei…
– Elle n’a pas tort… Sam se releva. Après tout, il n’y a pas de meilleure stratégie que de montrer à quel point nous avons confiance. Ça poussera notre adversaire à faire une erreur plus grosse encore…
– Hummmmmmm ! Maya tapa des jambes et se leva dans un bond. Vous avez raison ! Merde ! On est des justicières ! Et on va tout faire tomber ! Et oui tu as raison Mei ! Tu es forte pour surpasser tout ça ! Tu m’inspires ! Allons danser ! Et voir le gâteau ! Et amusons-nous ! Tu as raison : rattrapons cette journée de merde ! Ce soir, c’est la fête ! Je vais recharger mes putains de batteries et demain j’aurai plus de temps pour mener l’enquête ! Demain, le Comte et ses complices tombent ! On va les pulvériser ! Ahhhhhh ! Ahhhhhh !!!!

Maya sauta sur place et se dirigea vers la sortie. Elle ouvrit la porte et d’un pas décidé avança dans le couloir. Mei regarda Sam un peu gênée, ne pensant pas que son petit discours motiverait autant son amie. Elle s’habilla en vitesse.

– Voilà Sam, je suis prête. Allons-y !
– En route. Mei s’avança devant elle. Mei, tu es vraiment certaine que tout va bien ? Elle la regarda droit dans les yeux.
– Certaine. À vrai dire, j’ai l’impression que cette histoire m’a fait réaliser que j’avais vraiment des amies merveilleuses alors je… Je crois que je n’ai jamais été aussi heureuse de ma vie…
– Bien… Sam lui fit un magnifique sourire.
– Et puis je suis fière de moi !
– Ah bon ?
– Oh oui, je n’ai jamais eu autant envie de casser la figure à quelqu’un ! J’arrive à être un peu méchante !
– Oh… Sam rigola.

Les deux jeunes femmes fermèrent la porte et s’avancèrent dans le couloir pour rejoindre Maya qui faisait des mouvements de boxe avec ses bras. Cette dernière avait réussi à retrouver sa force et son courage. Bien que la situation était extrêmement dérangeante, elle était sereine, car elle savait qu’elles allaient réussir à punir ceux qui avaient fait ça. Elle décida de se laisser guider par Claire et Sam. Les deux autres femmes se mirent à son niveau et ensemble, elles s’enfermèrent dans l’ascenseur. Maya regarda la caméra de celui-ci.

– Je vous dis pas comme j’ai envie de faire un doigt à cette caméra…
– Reste calme, on fait comme si on ne savait rien Maya.
– Je peux être une parfaite conne et le faire pour mon plaisir !
– Tu peux oui…
– Et puis quand il verra les micros arrachés de la chambre de Mei…
– Oh Maya…
– Quoi !? Tu as remarqué que la chambre de Mei a moins de miroir et de caméras que les nôtres ? Je le savais quand on est arrivé ! Ce pervers a choisi les chambres en fonction de ses goûts ! Le sale porc !

Maya soupira et fit la grimace. Les portes de l’ascenseur s’écartèrent et les filles remarquèrent la présence du Comte dans le hall principal. Sam tapa l’épaule de Maya et de Mei, et leur fit signe de la suivre. La jolie blonde devança légèrement ses amies et s’avança vers le Comte.

– Monsieur le Comte, comment allez-vous ?
– Oh, Mademoiselle Lyson. Parfaitement bien merci. Mademoiselle Song. Mademoiselle Lomes. Il salua bien bas les filles, très sereinement. Comment se passe cette journée ?
– Très bien merci. Maya prit la parole. Aurons-nous le plaisir de vous voir venir prendre une petite coupe de champagne avec le gâteau ? Cela nous ferait plaisir.
– Oh eh bien, c’est une charmante attention, je vous en remercie. J’accepte avec plaisir bien-entendu ! À quelle heure est-ce ?
– C’est prévu pour 23 h 00.
– J’y serais. Merci pour votre gentillesse.
– Mais je vous en prie.

Le Comte salua une nouvelle fois les filles avec un grand sourire et continua à s’occuper de ses affaires. De leur côté, elles s’éclipsèrent pour retourner à la salle principale. Une fois éloignées, Maya marmonna et râla.

– Et je mettrai du cyanure dans ton verre sale connard…
– Il n’y a rien qui vous a choqué les filles ?
– Si… Mei regardait ses pieds. Lorsqu’il m’a vu il n’a absolument pas bronché.
– Exactement… Rien, pas un signe de surprise ni de panique…
– Vous pensez quand même pas que… Maya s’arrêta.
– Si Maya… Il semble qu’il ne soit pas coupable… Du moins, pas pour Mei. Ou alors c’est un excellent acteur, mais il y a peu de chance…
– Mais si c’est pas lui qui a enlevé Mei, qui aurait pu la… Maya fit les gros yeux. Oh putain. Retenez-moi les filles où je vais arrachez les yeux de cette sale peste !
– Calme-toi Maya. C’est peut-être l’occasion de jouer notre premier vrai coup… Il faut essayer de la déstabiliser, provoquer une erreur…
– Mais Claire a dit de ne rien faire ! Mei tournait ses pouces.
– Oui tu as raison… Sam réfléchit.
– Les filles je… Je peux peut-être faire ça subtilement. Je peux aller la voir et faire semblant de m’excuser pour… Le verre. On verra vite si elle panique ou pas non ?
– Elle risque surtout d’en remettre une couche Mei !
– Je sais Maya mais… Ça nous permettrait d’en avoir le cœur net non ?

Sam et Maya furent surprises. Mei ? Prendre l’initiative d’aller confronter Margot ! Jamais elles n’auraient pensé que la timide jeune femme puisse proposer une telle chose. Maya regarda Sam d’un air inquiet, mais elle comprit instantanément le message qu’elle lui renvoya droit dans les yeux : “Faisons lui confiance”. Maya avala sa salive et prit les épaules de Mei dans ses mains.

– Vas-y. Et fais la trembler ma Mei !
– Oui !
– Sois prudente.
– Je le serais ! Mon objectif est de nous assurer qu’elle est derrière tout ça, sans lui faire penser un instant que nous sommes conscient de quelque chose.

Mei remit ses lunettes en place et s’avança d’un pas vigoureux vers la salle principale. Elle avait le cœur qui battait à toute vitesse, la bouche sèche, mais elle voulait le faire. Non seulement pour elle, mais aussi pour ses amies, pour leur montrer qu’elle aussi pouvait être courageuse. Elle passa devant le buffet à dessert, attrapa un muffin au chocolat pour se donner du courage, le goba rapidement et souffla un bon coup. Margot se trouvait droit devant elle, en compagnie d’Alice et d’autres personnes inconnues. Aïe… L’épreuve venait de gagner en difficulté… Son envie de fuir commençait à prendre le dessus, mais elle tourna les yeux vers Sam et Maya qui prenaient place à la table principale. Elle vit Maya chuchoter à Claire et comprit qu’elle lui racontait toute l’histoire. Le fait de penser qu’une autre personne allait découvrir sa situation augmentait son envie de fuir. La situation était très difficile à gérer pour la jeune femme et bien qu’elle eut envie de montrer un acte de bravoure, elle commençait à perdre pied.

Puis, naturellement, elle leva les yeux vers Mike. À sa grande surprise, il la regardait d’un air soulagé. Elle fixa ses yeux bleus et se perdit dedans un instant. Puis, elle regarda sa bouche, qui lui adressait des mots à distance. De sa main, Mike fit un petit signe qui aida Mei à comprendre. “Est-ce que tout va bien ? Tu as besoin d’aide ?”. Mike était inquiet. Mike faisait attention à elle. La jeune mangaka eut l’impression de recevoir une décharge d’adrénaline et de courage. Elle lui fit un superbe sourire et lui adressa un petit geste, lui indiquant que tout allait bien. Elle se retourna et fit face à la meute d’hyènes devant elle. Elle fit un pas, puis un autre. Elle ne pensait qu’au sourire de Mike, au fait qu’il avait pensé à elle. Après quelques mètres qui lui parurent interminables, elle arriva devant Margot. Sam et Maya, de loin, observèrent attentivement la scène. Toutes deux étaient prêtes à intervenir, violemment s’il le fallait. Mei regarda les filles autour d’elle, puis fixa Margot dans les yeux. Et là, elle jubila. Les yeux de la richissime rousse traduisaient une panique cachée. Mei sourit, ce qui déclencha Margot.

– Ah ! Ah… ! Tiens, voilà la sale vache ! Alors, tu as pu retirer tout ton jus ? Ah ah ah ! Profite, c’est bien le seul jus que tu auras ! Les autres filles ricanèrent comme des poules.
– Oui, oui. Et je venais m’excuser. Tu avais raison, j’aurais dû faire plus attention…
– Bien-sûr que j’avais raison ! Qu’est-ce que tu crois.
Mei s’avança d’un pas vers Margot. Et je vais suivre ton conseil. Je ferai bien plus attention maintenant… Mei renifla Margot. J’aime beaucoup ton parfum…
– Tu… Oui, il est unique, pas un parfum qu’une… Vache comme toi peut s’offrir !
– Oh oui je suis d’accord, unique… On le reconnaît de loin…
– Dé… Dégage sale grosse !
– Bonne soirée mesdemoiselles…

Mei fit quelques pas en arrière sans lâcher le regard ni le sourire, puis se retourna calmement et alla rejoindre ses amis. Margot quant à elle, fixa avec un air de colère la table principale, où elle croisa le regard de Sam et Maya. Cette dernière se redressa sur sa chaise et ne put s’empêcher de la provoquer. Elle lui fit un clin d’œil, et lui envoya un baiser. Margot devint rouge vif et tourna le dos pour reprendre la discussion avec les filles de sa cour.

Mei arriva finalement à la table. Elle s’affala sur sa chaise, blafarde, attrapa une bouteille de jus d’orange, remplit son verre et l’avala coup sec. Elle tapa le verre sur la table et prit une grande inspiration. Maya passa devant Sam pour féliciter la jeune femme.

– Je sais pas ce que tu lui as dit mais tu l’as séché ! T’as vu sa tronche !? Oh oh oh !
– J’ai cru que j’allais mourir !
– Tu as assuré Mei. Sam la complimenta.
– Houuuuu… La mangaka reprit des couleurs. Merci je… Merci ! Mais je crois que je n’ai pas du tout été subtile je…
– On s’en tape ! On a tellement de raisons de lui en vouloir qu’elle ne saura pas par où commencer cette garce. Maya se remit sur sa chaise. La guerre est ouverte !
– Tout va bien Mei ? Mike prit part à la conversation. Sam et Maya la quittèrent.
– Oh Mike ! Oh oui, oui, tout va bien ! Pardon si je t’ai inquiété !
– Ce n’est rien. Tu as un problème avec Margot ?
– Non, non. Mei se rappela que Claire leur avait dit de n’en parler à personne. Enfin comme tout le monde je suppose je… Je suis juste allée m’excuser.
– T’excuser ? Mais tu n’y étais pour rien…
– Je le sais. Mais je n’aime pas les conflits. Alors je préfère m’excuser, pour qu’elle passe à autre chose.
– Oh… Eh bien c’est vraiment remarquable. Tu es vraiment adorable.
– Houuuu… Mei rougit de nouveau et but dans son verre vide. Ce n’est rien c’est…

Finalement, pour la première fois de la journée, Maya réussit à se détendre et à se mettre dans l’ambiance, avec l’aide de quelques bons verres de mojito. Elle réussit à oublier les terribles nouvelles du jour lorsqu’elle posa son regard sur Mike et Mei en train de rire, Claire et Tim s’embrassant dans un moment complice et Sam hésitant devant plusieurs desserts du buffet. Elle parcourut les courbes de son amie, balayant du regard sa superbe chevelure, son bassin et ses longues jambes. Elle se perdit dans ses pensées et imagina Sam, en sueur, bloquée sur ces machines de torture, la suppliant de la laisser jouir… Elle aurait alors un parfait contrôle sur ses orgasmes et l’obligerait à la supplier encore et encore… Rien que d’imaginer la scène donnait des bouffées de chaleur à Maya et lui mettait l’eau à la bouche… Et pas qu’à la bouche… Elle imaginait Sam jouir encore et encore sur cette chaise, son corps trempé de sueur et de…

– Joooooyyeeeeeuexxx aaaaannniversaiiiiiire !

Un chant s’éleva dans la salle, puissant, assourdissant. Il tira Maya de ses pensées, et cela l’énerve presque ! Qui osait faire cela ! Sam était de retour à côté d’elle et chantonnait avec tout le monde. Mais Maya paniqua ! Quelques secondes d’inattention à peine et Mei avait de nouveau disparue ! Puis, les lumière s’éteignirent et les projecteurs présents dans la salle se mirent à éclairer le fond de celle-ci. La petite tête de Mei sortit de la régie et elle fit un large sourire à Maya. Au fond de la grande salle de réception se declenchaient de petits feux d’artifices qui explosaient au plafond, dans des “Ohhhh” et des “Ahhhh”. Puis, un brasier ! Des dizaines de bougies fontaines s’embrasèrent et se rapprochaient de Maya. Tek et Val apportaient un immense gâteau à la table d’honneur. Maya n’en revenait pas, il était absolument magnifique ! C’était une immense pièce montée en chocolat au lait, avec 5 étages dégoulinants d’un glaçage au chocolat noir, qui donnait envie de se plonger dedans. En plus des superbes motifs gravés dans chaque étage, il y avait, un peu partout autour, des roses et des fleurs en chantilly qui venaient décorer la merveille sucrée. Toute la table d’honneur bavait littéralement d’envie, en particulier Mei, qui, depuis la régie, semblait dans un autre monde. Maya avait d’ailleurs peur que la vue de Mike en train de dévorer une part de ce gâteau provoque un arrêt cardiaque à la jeune femme…

Lorsque la dernière bougie s’éteignit, des hurlements de joie et des applaudissements résonnèrent en cœur. Maya rigola et monta sur sa chaise.

– Et on remercie encore une fois Val Imdou pour cette merveille ! Désolé pour vous, ce gâteau est réservé à la table d’honneur, la nôtre ! Vous, vous avez le buffet !
– Oh ! Oh ! Houuuuuuuuuuu ! Les convives jouèrent le jeu.
– Bien, bien, bien ! Mais alors pour mériter une part, vous allez devoir faire du bruit pour notre pâtissier préféré ! Allez ! Allez !

En rigolant, tous les invités crièrent à l’unisson le nom de Val, qui ne savait plus où se mettre. Pour ajouter un petit peu de malaise, Tek lui attrapa le bras et le leva tel un boxer victorieux, ce qui fit rougir Val qui salua et remercia les gens. Le seul qui ne souriait pas en cet instant était Matt, coincé en régie pour la musique… Voir la complicité des deux hommes avait le don de l’énerver…

Val tendit un énorme couteau à Maya afin de découper le gâteau. Avec humour, Claire lui enleva immédiatement des mains. Elle se leva à son tour.

– Bien ! Goûtons ça ! En revanche, bien que ce soit son anniversaire, Maya n’a pas encore atteint l’âge où manipuler un couteau de cette taille ne soit pas dangereux !
– Hey ! Maya mit les mains sur les hanches.
– Alors elle peut pas toucher ma bite !

Quelques blagues graveleuses surgirent du public, mais tout le monde les ignora. Claire et Maya rigolèrent à haute voix et coupèrent la première part accompagnées par des “Ooooollééééé”. Puis, tour à tour, Maya invita chaque membre de la table d’honneur à couper une part avec elle. Tim prit la suite de sa femme. Ce fût rapide. Maya rigola.

– Eh ba ! J’espère que c’est pas aussi rapide avec Claire monsieur !
– Ça dépend, quand j’ai très faim si… Tim prit sa part dans un clin d’oeil.

Mei s’avança ensuite, prit la main de Maya et positionnèrent le couteau pour une part classique. Cependant, Maya voyait bien que son amie hésitait. Elle rigola et déplaça le couteau afin d’augmenter la taille de la part.

– Comme ça c’est mieux ?
– Hou je… Oui je veux bien mais… Faut qu’il y en ait pour tout le monde…
– Tu rigoles ! T’as vu la taille de ce machin ! On en a pour trois repas !
– Alors je veux bien oui, j’ai brûlé beaucoup de calories aujourd’hui…
– Et tu le mérites ! Tiens et même ! Maya l’agrandit encore. Voiiiiilà ! Hé hé !
Mei rigola joyeusement. Merci Maya ! Ah ah ah, ça c’est de la part !

La jeune femme repartit en se léchant les lèvres et s’installa. Elle ne savait pas s’il fallait attendre les autres… Et elle pensa que cette torture était bien plus désagréable que la précédente… Ce fut ensuite au tour de Mike, qui encercla la main de Maya. Son parfum et son toucher firent un petit effet à Maya, qui sursauta.

– Houla !
– Un problème ?
– Oh non, non. Sympa ton parfum !
– Merci. Mike lui adressa un sourire.
– Oooook ! On coupe ! Hop ! Voilà, voilà ! Régale-toi !
– Merci !

Mike s’éloigna et Maya soupira. Elle n’en revenait pas ! Elle avait ressenti une forte attirance pour lui. Pour Mike ! Elle qui ne pouvait pas l’encadrer ! Enfin, si, elle le pouvait, elle se devait d’être honnête. Comme Sam, il était magnifique, adorable, drôle, gentleman, doué avec les mots, doué avec… Hop là ! Maya se tapota les joues ! Ce n’était pas le moment pour ça ! Elle avait beau avoir les hormones qui travaillaient, c’était Mike ! Son ennemi juré pour avoir Sam ! Non, non ! Pas Mike ! Soudain, un parfum plus envoûtant encore vint à ses narines, et une main chaude vint envelopper la sienne, éloignant par la même occasion le couteau de sa tête. Maya ouvrit les yeux et elle oublia immédiatement tout ce qu’elle venait de ressentir…

– Évite de donner raison à Claire, hum ?
– Oh… Ah ah… Maya se gratta le dessus de la tête. Oui tu as raison Sam.
– Bien, ce soir pour ton anniversaire on va peut-être faire une entorse au règlement…
– Vraiment ???? Maya fit tomber le couteau.
– Oh ! Ah ah. Sam le rattrapa de justesse. Qu’est-ce qu’il y a ?
– Rien, rien mais de… De quoi tu parles ? Quel cadeau ? Mon anniversaire, tu vas faire quoi ?
– Un cadeau ? C’est après les cadeaux non ? Je n’ai pas parlé de…
– Non, non mais l’entorse-là qu’est-ce que c’est ?
– Euh… Je pensais à une grosse part de gâteau mais… Ça ne va pas ?
– Oh oui, le gâteau oui… Oui, oui… Si, si ça va. Sam je… Oui le gâteau !
– On coupe ta part ?
– Oui allons-y.
– Tu as fait un vœu ?

Maya tourna la tête vers son amie, qui penchait légèrement la tête sur le côté en plissant les yeux et en lui souriant. Les lumières jouaient dans ses cheveux blonds, et de temps en temps, mettaient ses yeux de jade en évidence. Maya se noya dedans. Le temps s’arrêta, elle ne voyait plus rien d’autre que Sam… Rien que Sam. Elle regarda ensuite leur main l’une contre l’autre, puis revint sur les lèvres pulpeuses de Sam, brillantes, encore plus appétissantes que le gâteau. Maya ouvrit légèrement la bouche et regagna le regard de son amie.

– Oui… J’ai fait un vœu… Je fais le même depuis longtemps…
– Ah vraiment… Sam s’approcha un petit peu plus. Tu penses qu’il faut le dire à quelqu’un pour qu’il se réalise ?
– Peut-être…. Je sais pas c’est… Maya regarda les lèvres de Sam, s’approchant d’elle… C’est… C’est comme ça que ça marche ?
– Aucune idée… Mais on peut toujours tenter…
– Hun hun… Sam s’approcha encore plus de Maya… Cette dernière sentait les larmes monter en elle, son abdomen se contractait seul.
– Alors… ?
– Je… C’est… Sam… Sam je… Je…
– Hum hum ? Les yeux de Sam ne quittèrent pas ceux de Maya.
– Sam je… Maya inspira un grand coup. Je t’aime Sam !
– Ma chériiiiiiie ! Coupe-nous une part aussi veux-tu ? La mère de Maya prit les deux amies par les épaules et les bouscula. Que vous êtes mignonnes toutes les deux ! Allez, nous mourrons de faim !
– Maman je… Non… Enfin oui c’est. Sam ?
– Ah ah ah. Sers ta maman, elle semble affamée !
– Et comment ! Et un peu pompette aussi ! Hi hi hi ! Ma fille à trente ans ! Trente ans ! Oh que je me sens vieille ! Allez ! Coupe-moi une grosse part ma chérie ! Ah ah ah !

Maya avait envie de hurler ! Elle avait enfin réussi à avouer ses sentiments à Sam ! Elle avait enfin réussi à lui dire qu’elle l’aimait ! Et pourtant elle le savait : Sam n’avait rien entendu ! Les cris de sa mère avaient couvert très efficacement sa voix et son mouvement de catch pour les attraper les avaient tellement remuées que Sam n’aurait pas pu lire sur ses lèvres. À cet instant précis, Maya avait envie de hurler sur sa mère. Mais elle ne le fit pas, car elle l’aimait beaucoup trop pour ça. En coupant la part, Maya posa les yeux sur Sam, mais rien ne semblait inhabituel. Son vœu, cette année encore, ne s’était pas réalisé… Son père arriva pour avoir sa part, puis Maya laissa le couteau en libre-service pour que les invités puissent se servir à volonté, chacun y allant de son petit mot à son attention lorsqu’il prenait une part.

Lorsque tout le monde fut servi, Maya demanda à Val de lui apporter deux bouteilles de son mojito maison. Elle était désappointée, elle ne retrouvait pas le courage de se déclarer à Sam ! La situation de tout à l’heure était idéale ! Et même si Sam avait essayé de relancer le sujet, Maya n’y arrivait plus ! Elle pensa que quelques verres de mojitos pourraient l’aider… Elle avait tort… Après quelques-uns partagés avec Claire, elle ne songeait même plus à ce qui venait de se passer. Elles adoraient le mojito… Et le mojito adorait les transformer en folles. En gentilles folles certes, mais en folles.

Alors que les verres de champagne trinquaient et les desserts disparaissaient, la salle se transforma en un enfer sans nom… Une terrible musique retentit et les rideaux se mirent à voler dans tous les sens. Une épaisse fumée s’empara de la salle et des projecteurs couleur feu s’allumèrent. Il était l’heure de se déchaîner ! La chanson préférée de Maya se lança, et elle se leva dans un bond, tout comme Claire ! L’avocate, elle aussi, avait un bon coup dans le nez, et elle oublia ainsi ses craintes du weekend.

– Oh ! Oh ! Oh ! C’est ta chanson préférée !
– Oh ouaaaaais ! Mais qu’est-ce qu’elle fait là, au début de soirée !
– C’est pas… Claire chancela doucement. Oula. C’est pas toi qui a fait la playlist ?!
– Si !!!! Mais tu sais quoi ???? Je suis tellement pompette que je m’en rappelle même plus ! Surpriiiiise ! Hou houuuuuu !

Claire attrapa Maya dans un fou rire et l’entraîna sur la piste de danse. Les deux amies commencèrent à faire le show, sous les applaudissements de tout le monde. Les filles se rappelaient encore d’un numéro qu’elles avaient fait au lycée ! Et des années après, même si leur souplesse n’était plus la même, elles arrivèrent à faire quelque chose de parfaitement correct. Petit à petit, la piste se remplissait et bientôt, presque tout le monde était enivré par la danse. Mei, toujours assise à la table en compagnie de Mike et Samantha, tapotait des pieds et des mains. Mike le remarqua.

– Pourquoi tu ne vas pas danser Mei ?
– Houuuu, oh non, non, je suis beaucoup trop timide pour ça !
– Tu ne devrais pas, personne ne te jugera tu sais, ils sont sois endiablés, soit saouls…
– Hi hi hi hi, je ne sais pas… Ça serait ma première fois alors… Je ne sais pas… Tu crois que ça ferait plaisir à Maya ?
– Sûrement ! Qu’en dis-tu Sam ?
– Il n’y a aucun doute là-dessus !
– On y va ? Mike se leva. Ça nous fera du bien après ce repas !
– Oh je ne sais pas je…
– Mademoiselle… Mike tendit la main à Mei en s’inclinant.
– Oh Mike non je… Hi hi hi bon, bon d’accord oui bon… Je vais essayer !

Mei se leva timidement en rigolant et regarda Sam, qui lui sourit et l’encouragea. Mike proposa également à Sam de les rejoindre.

– Mademoiselle bis ?
– Merci Mike mais je vais passer sur celle-ci.
– Quoi ? Tu es sûre ! Tu ne vas pas rester seule à table Sam !
– Va danser, ne t’en fais pas.
– Non, je reste avec toi, pas question de te laisser seule !
– Mike… S’il te plait…

Mike remarqua que Sam avait une voix légèrement tremblante… Il la regarda dans les yeux et remarqua qu’elle ne plaisantait pas, elle souhaitait réellement rester seule. Il respecta son choix et n’insista pas, bien qu’un peu inquiet. Mei elle, ayant bien trop d’étoiles dans les yeux en regardant la main de Mike tenant la sienne, ne remarqua rien et suivit le beau prince sur la piste de danse.

Tout le monde s’amusait, dansait et jubilait. Tout le monde, sauf deux jeunes femmes… Une femme aux cheveux de feu et une autre aux yeux de jade. Sam ne quittait pas Margot du regard qui elle aussi, était assise seule à sa table, regardant avec un regard de tueuse son ennemie du soir. Puis, dans un mouvement de colère, Margot se leva, faisant reculer sa chaise sur plusieurs mètres. D’un pas décidé elle se dirigea sur la piste de danse. Calmement, mais rapidement, Sam fit de même. Les deux femmes ne se lâchèrent pas du regard et Sam épiait chaque mouvement de la prédatrice. Après quelques secondes, Samantha barra discrètement toute route à Margot envers Maya et ses amies. Le message était clair : personne ne priverait ses amis de ce bon moment… Et avec un tel regard, il fallait être folle pour défier la jeune blonde…

La kiné sentait le sang battre dans ses tempes et elle serrait la mâchoire si fort qu’elle faisait bouger ses pommettes et ses tempes. Margot la fixa longuement, avant de finalement baisser les yeux, rouge de colère. Elle se dirigea vers Alice, l’attrapa par le bras et l’embrassa torridement. Alice rigola, elle aussi un peu saoule.

– Ohhhh… Encooooore mademoiselle Lionna.
– Alice ! Viens avec moi.
Alice rigola d’un air bête. Tout ce que tu veux ! Tu vas me faire jouir encore et encore hein ? On a besoin de passer ses nerfs ? Elle lui toucha le bout du nez.
– Tu ne crois pas si bien dire…
– Je suis toute à toi ma cochonne ! Pardon, hi hi hi, ma Lionne !
– Où est Nathan ?
– Il boude dans notre chambre, comme un groooos bébé !
– Bien, allons-y alors…

Margot embarqua Alice plutôt violemment, sous le regard de Sam. Puis, elle alla à la rencontre du Comte, lui parla quelques instants et celui-ci s’inclina avant de les suivre. Ils disparurent dans la pénombre des jardins… Soudain, quelqu’un attrapa Sam par derrière et l’entraîna à la renverse ! Elle avait baissé sa garde !

– Saaaaammmm ! Tu vas nous dire qui fait le mieux le mouvement des TechnoPères ! Claire fit une danse étrange.
– Les quoi ?
– Tu sais bien ! Ces nouveaux gars là sur internet qui font les danses… Rhoa, c’est vrai, tu ne t’intéresses pas aux trucs people toi ! Ba ba ba ! C’est pas grave ! Regarde, regarde !

Claire et Maya commencèrent à faire une petite chorégraphie, qui mimait sans s’en cacher un homme en train de prendre en levrette une femme, ou un autre homme, et lui donnant des fessées. Lorsqu’elles eurent terminé, elles recommencèrent de nouveau et demandèrent à Sam de regarder attentivement afin de choisir la gagnante. Les choses se gâtèrent lorsque Tim se mit à participer au concours, suivi d’autres invités. Malgré leurs déboires, le groupe d’amis arrivait enfin à s’amuser et l’espace d’un instant, tout le monde se perdit dans les rires… Mais Sam le savait pertinemment, ils n’allaient pas durer… Alors elle voulait en profiter.

WITH LOVE
signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
  • Amibooks
    3 avril 2021

    Au top ! L’écriture devient de plus en plus agréable, j’ai hâte de voir la suite ! Contente pour Mei !!!