💕🔞 Nouveau test coquin ! Au tour de Nate de...

💕🔞 Nouveau test coquin ! Au tour de Nate de...

💕🔞 Nouveau test coquin ! D'un gode ÉNORME ! Vraiment...

💕🔞 Nouveau test coquin ! D'un gode ÉNORME ! Vraiment...

😍 Ohhhh ! Notre partenaire @motsutoys nous a gâté !!...

😍 Ohhhh ! Notre partenaire @motsutoys nous a gâté !!...

💕🔞 Bonjour / Bonsoir à tous. Merci de lire ces...

💕🔞 Bonjour / Bonsoir à tous. Merci de lire ces...

💕🔞 Hey ! Le chapitre 11 de "Crazy Sexy Stories"...

💕🔞 Hey ! Le chapitre 11 de "Crazy Sexy Stories"...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Aujourd'hui, un petit article au sujet de la masturbation...

💕🔞 Hey ! Comment ça va ? Ça y est,...

💕🔞 Hey ! Comment ça va ? Ça y est,...

💕🔞 Un petit défi coquin de couple, ça te tente...

💕🔞 Un petit défi coquin de couple, ça te tente...

💕🔞 Le chapitre 09 de Crazy Sexy Stories est disponible...

💕🔞 Le chapitre 09 de Crazy Sexy Stories est disponible...

Chapitre 09

By 26min. de lecture

Crazy Sexy Stories, tome 01.

Chapitre 9 : ” Malgré l’euphorie de la fête… “

Telle une ourse protégeant ses petits du monde extérieur, Samantha faisait les mille pas tout autour de la grande salle. Elle le savait, Margot allait répliquer, et avec force. Peut-être pas ce soir, mais elle le ferait. D’ailleurs, en regardant la piste de danse, la jeune kiné espérait vraiment que ça ne serait pas ce soir. Plus les verres se vidaient, plus ses amis étaient dans un état endiablé. Claire et Maya étaient passées aux danses relevant du domaine de l’incompréhensible, Mei se trémoussait avec fougue tandis que Tim faisait un concours de pompes avec des amis à lui, se vantant d’avoir il y a peu fait un entraînement intensif pour ses bras. Sam se rappela la raison de cet entraînement, confiée par Claire et esquissa un sourire. Si seulement ils savaient… Régulièrement, elle croisait le regard de Mike, lui aussi sobre, qui s’occupait de divertir le groupe d’amis tandis que Sam veillait sur sa protection.

Samantha n’avait jamais bu d’alcool de sa vie. Cela ne l’avait jamais attiré. Plus jeune, elle avait vu les dégâts que pouvait causer l’alcool sur les gens, même les plus gentils et en avait même été une victime collatérale. Comme à son habitude, elle ne critiquait jamais le choix des autres, mais le sien était fait. Cela arrangeait bien Claire et Maya, qui savaient qu’en sa présence, elles pouvaient se lâcher et s’amuser : elles auraient toujours Sam pour assurer leurs arrières. Cela rassurait également Tim, bien que dans son état actuel, il était tout autant à surveiller.

La blonde sortit prendre l’air un instant. Elle leva les yeux au ciel et contempla les étoiles. L’espace l’avait toujours fasciné. Mais qu’est-ce qui ne l’avait jamais fasciné ? Sam avait la fâcheuse tendance à s’intéresser à tout, ce qu’elle considère à la fois comme une bénédiction et une malédiction. Ses yeux suivirent les étoiles jusqu’à leur reflet dans l’immense lac du château. Le reflet des étoiles se mélangeait aux reflets des lumières des chambres et le regard de Sam suivit le chemin logique. Elle posa les yeux sur le Château puis en scruta chaque détail. Pas de signe de Margot, du Comte ou des gardes du corps. Le calme semblait revenu, la soirée pourrait peut-être se finir tranquillement. Mais elle n’était pas dupe, il s’agissait là du calme avant la tempête. Sam prit le temps de savourer de longues inspirations, profitant de l’air pur et frais avant de retourner dans le sauna aux mille odeurs qu’était la salle principale.

Maya se jeta à son cou, en larmes. Il s’agissait de larmes de rire et de joie. Sam constata avec effroi que presque tout le monde participait désormais au concours de pompes. Maya n’arrivait pas à aligner deux mots tellement elle riait.

– Sa… Sam… Pou ah ah ah ah ah… Il s’est… Il s’est pété le… Le nez… Pouahahahahah !
– Qui ça ?
– Je… Je sais paaahahahahah. Tu… Tu l’aurais vu au… Au ralenti…. Bouaaaaaaa. Maya mima la chute au ralenti. Pouah ah ah ah !!! Un grand… Un grand chauve là… Ah ah ah ah… A… Allez viens ! On fait un concours de… De pompes. Le vainqueur gagne un verre et je veux que… Que tu… Fouuuuu… Houuuuu, houuuu, je vais me… Houuuu… Elle s’essuya une larme et se tenait le bas ventre. Je veux que tu gagnes pour moi parce que j’en suis inca… Incapable… Poua ah ah ah ah ah ah.
– Maya, tu as autant de verres que tu veux tu sais ?
– Je sais oui je… Fouuuu… Mais je veux le verre de la victoire !
– Alors gagne…
– Pouahahahaha arrête, arrête, j’en peux plus, arrête de blaguer en plus.

Maya traina Sam de force au milieu des convives, qui la sifflèrent d’acclamation. Sam esquissa un sourire, magnifique comme à son habitude et prit place à côté de Mike, déjà en position. Il la regarda avec compassion. Sur son dos se tenait Mei, un très léger coup dans le nez, qui rigolait et disait que c’était là le seul moyen pour elle d’avoir une chance de gagner. Maya valida l’idée et sauta sur le dos de Sam, qui plia légèrement les bras mais tint bon. Claire se positionna au milieu de tous les participants, dont certains, à l’image de Sam, se demandaient encore ce qu’ils faisaient là. Claire hurla.

– AAAAAAAAAATTENTION !!!! Alors attention hein ! Tous ensemble ! Moi je… Je commente ! Hi hi hi !
– Hey ! Tricheuse ! Maya protesta.
– Toi tu… Tu te tais ! Tu es sur le dos de Sam ! C’est toi la tricheuse !
– Oui mais… Mais voilà !
– Tous en… Oula… Claire leva le bras et perdit légèrement l’équilibre. Ensemble !
– 3… 2… 1… La foule non participante chanta en chœur.
– PAAAAAARTEZ !!!!

Claire donna un énorme coup de bras vers l’avant pour donner le top départ et, enivrée par l’alcool, partit, elle aussi, en avant. Elle trébucha sur Tim, qui la rattrapa au sol. L’avocate fut prise d’un long fou rire et se releva.

– Bien, bien… Hi hi hi… Allez, allez, allez ! Ohhhh ! Déjà la moitié des participants sont tombés ! Oulalala !!!! Que quelqu’un aide ce monsieur, je crois qu’il fait un… Pouahahahahahaha ! Il est tombé dans son vomi le pauvre ! Allez chercher une serpillère ! Oh non non, ce n’est pas drôle désolée… Pouahahahaha. Bien, bien. Déjà plus que quatre concurrents en lice ! Mike, Valentin, Léa et Sam ! Allez, allez, allez ! Et Valentin échoue si près du but !!!! Quel dommage ! Allez encore ! Allez Léa vas-y ! Les deux autres ont des poids morts sur le dos !!!!
– Hey ! Maya et Mei protestèrent.
– Ah non, des poids tout court ! Allez.
– Hoooooooooo ! La foule hurla lorsque Léa s’écroula après une trentaine de pompes.
– Mais elle s’est bien battue ! Elle est 3e au podium qui revient donc à deux femmes et un homme ! Ou je sais pas ! Quatre femmes et un homme ? Oh zut ! On les encourage, allez, allez, allez !!!!

Sam et Mike avaient les bras qui tremblaient. Ils enchaînaient les pompes avec leurs amies sur le dos. Le public jubilait à chaque remontée et Mike gardait le rythme sur Sam. Ils offraient un véritable divertissement, un duel au sommet. Tout le monde riait, tout le monde s’amusait, mais Mike voyait bien que Sam elle, ne s’amusait pas du tout, elle était on ne peut plus sérieuse. Il comprit tout de suite pourquoi. Non pas qu’elle voulait gagner, elle s’en moquait éperdument, non pas non plus qu’elle était vexée, elle s’énervait rarement. Mais à travers ce jeu, cet effort et cette souffrance, Sam était en train d’évacuer toute sa colère dissimulée. Ces pompes lui permettaient de se défouler. Du côté de Mike, ses bras le faisaient souffrir le martyr, mais il voulait tenir. Il savait que plus il tiendrait, plus il aiderait son amie à se libérer et à décompresser. Tremblant, transpirant, il enchainait difficilement les flexions sous les encouragements de Mei. Il voulait l’aider, il voulait l’encourager à travers ses actes.

Un tout autre spectacle s’offrait à Margot dans la chambre d’Alice. Nathan était endormi sur leur grand lit, profondément. Les bruits de porte et la conversation des deux femmes ne l’avaient même pas dérangé. Margot s’étonna d’un sommeil si profond, mais Alice lui expliqua qu’il avait un sommeil tellement lourd qu’il était difficile de le réveiller. Ceci donna des idées à la riche héritière….

– Ça me donne une idée tiens…
– Ah bon ? Te connaissant ça doit être salace…
– T’as déjà baisé un homme endormi ?
– Endormi ? Non c’est trop chiant ! Qui s’occupe de moi ?
– Une autre femme ?
– Ohhhhhh… Alice ricana bêtement, encore aux prises avec l’alcool. Tu veux que… ? Nooooon… C’est pas cool si ?
– Il m’a prise tout à l’heure, il m’a dit que c’était son plus grand fantasme toi et moi avec lui…
– Quoi ? Tu as couché avec Nathan !?
– Ça te gêne ?
– Un peu oui !
– Pourtant ça t’a pas gêné pour coucher avec moi hier, ou avec Chris ou…
– Comment est-ce que tu ? Ahhhh… Bon ok, ok… Je laisse passer… Puis vous étiez deux ! Bon pourquoi pas, si c’est son grand fantasme… Moi il m’en a jamais parlé !
– Oh oui, c’est sûr vous avez l’air de former le couple modèle…
– Non… Mais il est gentil et niais… C’est facile… Et puis t’as vu sa queue ?
– Quelle cochonne… L’alcool te va bien…
– Ah vraiment… ? Alice s’approcha. Tu n’as encore rien vu…

Elle déchira le chemisier de la rousse et lui lécha le cou. Sa langue continua son chemin pour lui lécher la bouche, puis partit de l’autre côté pour redescendre dans le cou et venir se fourrer entre ses seins. Margot fit glisser son chemisier et dégrafa son soutien-gorge, offrant sa poitrine à Alice qui la goba à pleine bouche. Lentement, elles se rapprochèrent du lit et s’y glissèrent sans faire attention au silence. Margot retourna son amante sur le lit et la déshabilla à son tour. Les mouvements avaient beau être brusques, cela ne réveilla pas Nathan. Les deux femmes étaient désormais entièrement nues sur le lit et la lionne joua de sa langue sur le clitoris humide d’Alice, qui émit de petits gémissements de plaisir dès le départ. L’homme, toujours profondément endormi se retourna dans le lit, leur offrant son sexe. Alice se mordit la lèvre et, persuadée qu’elle était en train de réaliser un fantasme à Nathan et même à Margot, commença à le lui caresser, profitant elle-même des caresses de Margot. Cette dernière lui faisait du bien avec talent, tout en se masturbant avant de remarquer qu’Alice jouait avec le sexe de Nathan, encore au repos. Elle lui fit un sourire, puis avança sa langue.

– Y a pas que toi qui doit profiter de ma langue…

Délicatement, elle lécha les bourses de Nathan tandis qu’Alice branlait son membre. Cette dernière, devant la vue, commença à se masturber à son tour. La situation, bien qu’inédite, l’excitait au plus haut point… Elle avait le souffle court et mouillait comme jamais. Elle avait pourtant déjà participé à des orgies et autres fêtes sexuelles, mais ici, elle sentait comme un interdit inédit, et elle adorait ça… Margot lui attrapa la main qui lui servait à se donner du plaisir pour la déposer sur son propre clitoris. En échange, elle lui enfonça deux doigts. Chacune son plaisir. Pendant quelques minutes, les deux femmes se doigtèrent en travaillant le membre de Nathan, désormais raide. Alice, toujours un peu saoule, rigola.

– Tu as vu ? Un sommeil de plomb je te dis !
– Je vois ça… C’en est presque vexant…
– Tu veux que je le branle plus fort ?
– Je veux que tu me doigtes plus fort. Laisse-moi le branler…

Margot attrapa le sexe en érection à son tour tandis qu’Alice glissa dans le lit, lui permettant de se faire chevaucher par le bassin de la rousse. Elle pénétra deux, puis trois doigts dans son vagin d’une main, et de l’autre, caressa son anus. Margot se délectait de ce travail manuel, tout en regardant le membre coulant qu’elle avait devant elle. Elle ne put ‘empêcher de le prendre en bouche. Elle savourait cette sensation, bien qu’elle eût ce même sexe en elle quelques heures auparavant. Outre l’excitation de la situation, c’était surtout le fait de manipuler les autres qui la faisait couler de plaisir… Soudain, Alice s’arrêta, se dégagea et alla dans sa grande valise. Elle en sortit un double dong rose, immense. Margot, bien qu’habituée à ce genre de choses, était légèrement surprise de retrouver un tel sextoy dans la valise de son amie.

– Qu’est-ce que tu fais avec ça Alice ?
– Je sais pas… Peut-être une intuition… Ça te dit ?
– Hum… Pourquoi pas… On verra pour sa bite après…

Alice sauta violemment sur le lit, ce qui fit bouger Nathan mais encore une fois, ne le réveilla pas. Margot se tourna pour se mettre sur le dos, mais garda le sexe en main. En face d’elle, Alice lécha le godemichet et l’enfonça au plus loin dans son amante, qui cria de plaisir. Elle en profita pour donner quelques va-et-vient brutaux qui faisaient un bien fou à Margot, avant de se pénétrer également dans un soupir de plaisir. De plus en plus rapidement, Alice bougeait le jouet qui les prenait toutes les deux à tour de rôle. Elle lâcha prise, se jeta en arrière et de son autre main, naviguait entre son clitoris et ses seins. Margot elle, branlait de plus en plus fort Nathan, qui ne ronflait plus vraiment… Les cris des femmes allaient à crescendo, tout comme les mouvements de leurs bassins. Les draps commençaient à être tirés et le sexe de Nathan, de plus en plus désiré. Cependant, un cri vint surpasser les autres.

– Mais ! Qu’est-ce que !???

Nathan se réveilla. Il avait beau avoir un sommeil de plomb, c’en était un peu trop. Il ouvrit et posa les yeux sur la scène, que les femmes n’arrêtèrent pas… Au contraire, elles en jouaient et lui faisaient le show. Margot avait toujours son membre en main et Alice le regardait tout en ouvrant la bouche et en gémissant. Nathan s’essuya les yeux et demanda des explications.

– Mais qu’est-ce que vous foutez !
– Elle ou moi ? Parce que moi je te branle pendant qu’elle m’enfonce ce god. T’aime comme je te branle non ? Comme tout à l’heure…
– C’est pas ce que je demande !
– Relax, Alice continuait à se faire du bien, Margot m’a dit que tu l’avais bien démontée tout à l’heure et que c’était ton fantasme, alors profite et tais-toi.
– Mon quoi ?! C’est une blague ?! Vous savez ce que c’est ça ? C’est du viol ! Ni plus ni moins.
– Oh de suite les grands mots. Margot lâcha le membre. Tous les mecs rêvent de ça mon mignon. Se réveiller branlé par deux beautés qui se font du bien. Arrête de faire ton coincé, enfonce-moi ta queue plutôt !
– Putain mais c’est ! Nathan se leva en furie. Non ! Tous les hommes ne rêvent pas de ça bordel ! C’est quoi ce cliché de merde ?!
– Putain Nathan fais pas chier ! Alice se leva à son tour. Je pensais que c’était ton fantasme, viens pas me les briser ! Tu te plains que je te fais jamais rien et là je te fais un truc de malade et tu montes dans les tours. Parler de viol sérieux, putain, bonjour l’ambiance. Si t’es pas content on fait ça qu’entre nous et voilà ! On te force à rien !
– C’est clair que nous on n’arrêtera pas…

Margot continuait de se toucher, et ce, même si la dispute devant elle s’envenimait. Elle aimait voir les discordes des autres, cela l’excitait. À tel point qu’elle ne pouvait s’arrêter de se masturber devant le conflit qui s’offrait à elle, au contraire, cela lui donnait matière à jouir… Elle s’installa plus confortablement, glissa la première extrémité du dong profondément dans son vagin et la seconde dans son anus. Puis elle se lança dans une torride masturbation en bougeant le bassin pour faire danser le jouet en elle… De sa main libre, elle attrapa son téléphone non loin et se mit à se filmer elle, et la dispute…

– Je pensais que t’étais une chic fille mais je me suis trompé ! T’es une putain de nymphomane qui saute sur tout ce qui bouge !
– Pardon ?! Je t’interdis de me parler comme ça ! J’aime le sexe et alors ? Je vais pas m’en excuser ! Je fais ce que je veux, si je veux baiser partout, je baise partout ! Je vois pas en quoi ça fait de moi une conasse !
– Alors il faut pas prendre un petit ami qui n’est pas au courant et le tromper à tour de bras ! Ça, ça fait connasse !
– Petit ami ? On a couché quatre fois ensemble ! J’ai jamais dit qu’on sortait ensemble Nathan !
– Oh oui, allez-y… Plus fort… Margot se délectait de la scène.
– Ah ouais ? Oh pardon, pardon ! Excuse-moi de penser que se voir régulièrement et coucher ensemble, c’est être en couple !
– Je suis pas le genre de filles qui se case et alors ?! Ça fait pas de moi une salope !
– Si ! Du moment où tu ne me le dis pas clairement ! Tu sais ce que je ressens moi ? Penser qu’on est ensemble et te voir baiser tout le monde ?
– Tu peux parler, ça t’a pas gêné de sauter Margot alors qu’on est “ensemble” ! Alice fit les guillemets avec ses doigts.
– Oh oui continuez… Je vais jouir…
– Margot ! Arrête !
– Oh non, non Alice, je vais jouir…
– C’est elle ! Nathan désigna Margot du doigt. C’est depuis que tu la fréquentes que tu as changé ! C’est fini Alice, je veux plus te voir ! J’en ai marre ! Je me casse de ce putain de château ! Dès le début je savais que c’était une mauvaise idée ! Putain de weekend de merde !
– C’est ça barre-toi ! Ça m’évitera de voir ta sale gueule déprimante à chaque fois !
– Voilà, voilà… Je viens, oh je jouis… Je jouis… Ahhhhh ouiiiii.

Le buste de Margot se souleva dans le lit. Son bassin faisait de violent va-et-vient et la jeune femme filmait son orgasme. Sa tête tournait et elle ouvrit la bouche en tirant la langue, comme pour recevoir une semence imaginaire. Elle continua à se masturber avec fougue tandis que Nathan se rhabillait et se donna un second orgasme. Elle adorait ça, elle était sur un petit nuage… Elle lécha le gode en défiant l’homme du regard et lui fit un clin d’œil. Nathan n’en revenait pas.

– Sérieux Margot, t’as vraiment un problème ! T’es grave ! T’es une vraie tarée !
– Je suis grave bonne tu veux dire ?
– C’est ça ouais, trainée. Salut, content de plus te revoir.
– Ça, c’est ce que tu crois…

Nathan attrapa sa valise, ignora Alice du regard en jetant le badge au sol et claqua la porte de la chambre. Margot redescendit lentement en se caressant les seins, devant l’incompréhension d’Alice.

– Sérieux Margot, c’était quoi ça ? Devant une dispute ? Vraiment ?
– Je ne vois pas de quoi tu parles… J’étais lancée, je n’allais pas m’arrêter comme ça. Et puis je te promets, il m’a bien dit que c’était l’un de ses fantasmes. C’est pas ma faute s’il a réagi comme ça, je pensais bien faire…
– Laisse-moi en douter.
– Non, je ne te laisse pas en douter. Viens plutôt par ici, que je te donne un bon orgasme… Ça te remettra sur pied ma belle.
– Non… Non désolée, je suis plus d’humeur.
– Tu refuses mes avances ?
– Je sais pas je… Tu devrais retourner dans ta chambre.
– Fais attention Alice…

Margot se releva tout doucement, attrapa ses vêtements, mais ne prit pas la peine de les remettre. Elle s’avança et embrassa de force Alice, qui résista légèrement. La rousse ne supporta pas ce comportement, qu’elle considéra comme un acte de rébellion. De sa main libre, elle attrapa la gorge d’Alice et prit un ton menaçant, tout en souriant.

– Fais très attention… Tu m’appartiens Alice. Tu as voulu avoir la grande vie, vivre comme une princesse ? Tu ne crois tout de même pas que j’allais faire ça par charité. Je te le répète : tu m’appartiens. Alors ne t’amuse surtout pas à faire quelque chose de stupide, parce que j’ai ici, elle montra son téléphone, de quoi briser ta vie entière. Je sais tout de toi. Alors sois gentille, branle-toi un coup, prends une douche, dors et redeviens toi-même demain matin, hun ? L’alcool semble ne pas si bien t’aller finalement.

Elle la gifla légèrement, ouvrit la porte et la referma. Les cheveux en vrac, les yeux fixant le sol, Alice serrait les poings. La jeune femme commençait à voir le revers de la médaille… Et elle se sentait terrifiée…

Dans le couloir, devant la chambre d’Alice et Nathan, les deux gardes du corps de Margot étaient toujours en poste, de part et d’autre de la porte. La jeune femme sortit de la chambre et s’avança dans le couloir. Ils la suivirent au pas et l’un d’eux proposa d’aller chercher de quoi la couvrir.

– Miss… Désirez-vous que je vous apporte de quoi vous couvrir ?
– Non, non… Mais vous allez faire quelque chose pour moi.
– Miss ?
– Vous avez entendu ce qu’il s’est passé non ?
– Parfaitement.
– Dans ce cas-là, vous savez pertinemment que cet homme qui vient de sortir, a tenté de me violer et de me violenter n’est-ce pas ?
Les deux gardes du corps se regardèrent. Oui… Effectivement.
– Il serait fâcheux de le laisser s’en tirer…
– Inacceptable miss.
– Vous allez me le chopper et l’enfermer à double tour dans ma cage du bonheur… Il va comprendre ce que ça fait de s’en prendre à Margot Lionna. Personne, ne m’insulte… Personne…
– A vos ordres.

Les deux molosses s’avancèrent et suivirent Nathan, escortés par les rires sadiques de Margot, qui ne prit même pas la peine de se rhabiller. Elle paradait dans le couloir nue, en dansant. Plus loin dans le couloir, Nathan attendait l’ascenseur, qui paraissait bien lent. Les deux hommes se postèrent à son niveau, chacun d’un côté. Le sang du jeune homme fit un tour, il ne savait pas pourquoi, mais il se sentait en danger. Son instinct lui ordonna de prendre les escaliers, immédiatement. Il devait fuir, en urgence.

– La vache, qu’il est long à venir cet ascenseur, c’est pénible… Je vais prendre les escaliers. Bonne soirée à vous messieurs.

Son instinct lui criait, lui hurlait de dégager. Il savait qu’il devait l’écouter, mais il ne le pouvait plus. Plus maintenant, alors que ses pieds ne touchaient plus le sol et que la porte de l’ascenseur se refermait devant son nez, lui offrant uniquement le regard de satisfaction de Margot plus loin dans le couloir désert. Nathan venait de se réveiller et pourtant, ses yeux se refermèrent immédiatement…

Sur la piste de danse, il ne restait plus grand monde. La plupart des convives étaient soit à moitié endormis sur leur chaise, soit au lit dans leur chambre. Le groupe d’amis était encore au complet, mais seules Claire et Maya avaient encore une once d’énergie pour danser. Danser était peut-être un grand mot, elles bougeaient plutôt… Étrangement… Et lentement. Mike s’amusait là à voir une danse nuptiale de deux paresseux…. Tim prit son courage à deux mains et alla voir Samantha, qui paraissait étrangement en forme contrairement aux autres.

– Tu as l’air encore en forme Sam, comment tu fais ça ?
– Auchune idée… Che gâteau peut-être ? Sam montra une part du gâteau d’anniversaire tout en avalant une bouchée.
– Oh… Ce serait une bonne idée si seulement mon ventre n’était pas sur le point d’exploser… Je crois honnêtement qu’on a un peu trop abusé ce soir… On aurait dû penser à demain… On va remettre ça…
– Demain ? Tu veux dire tout à l’heure ?
Tim regarda sa montre. Oh nom de… Sam aide-moi ! Faut coucher Claire !
Sam rigola. Tu es certainement assez grand pour dire à ta femme d’aller se coucher non ?
– S’il te plaît ! Tu sais bien que dans cet état elle n’écoute que toi !
– Ah bon ?
– Ouais, moi elle me respecte pas. Tim rigola.

Sam fit une petite grimace amusante et se leva, réveillant Mei au passage, presque endormie. Mike quant à lui somnolait de plus en plus, mais dès que Sam bougea, se releva, à l’affût. La kiné se dirigea vers les deux dernières courageuses et les attrapa par les épaules, se mettant entre elles, comme pour les séparer.

– Mesdemoiselles. L’heure de dormir est arrivée. Prenez des forces pour remettre ça tout à l’heure d’accord ?
– Saaaaam ! Claire bouda. On peut encore bouger regarde ! Elle fit des gestes étranges avec ses jambes.
– Non je ne pense pas…
– Oh que si ! Sale maman protectrice ! Ah ah ah ah, Claire rigola.
– Dans ce cas, tu peux facilement faire un squat alors ?
– Bien-sûr ! Regarde !!!!

Sam connaissait par cœur son amie, aussi fit-elle un signe à Tim pour qu’il assure les arrières de sa femme. Claire écarta les jambes, tendit les bras vers l’avant et fit une flexion des genoux. Elle gloussa en essayant de remonter et s’étala au sol dans un grand cri de souffrance. Maya, morte de rire, se moqua de son amie et se vanta de pouvoir faire le fameux squat. Elle approcha du sol et s’écrasa comme une crêpe à son tour, ce qui renforça son fou-rire. La situation était claire : il était temps pour elles d’aller se coucher, les mojitos et la fatigue avaient finalement gagné la guerre.

Tim récupéra ce qui restait de sa femme au sol, tandis que Sam et Mei aidèrent Maya à se relever. Maya regarda Mike et se jeta dans ses bras.

– Non ! Non ! Moi aussi je veux un beau gosse pour me raccompagner ! Je veux pas laisser Claire gagner !
– Hoooooo ! Hooooo ! Mais j’ai déjà gagné ! Et toc !
– Ah oui ???? J’aimerai bien voir ça !
– Ah ! J’arriverai la première à ma chambre !
– Tu tiens même pas debout la vieille ! Tu peux pas y aller seule !
– Bleh bleh bleh. Claire tira la langue dans d’étranges sons.
– OH !!!!!!! Espèce de gamine !!!! De méchante !!!!

Tandis que Mike et Tim portaient les jeunes femmes jusqu’à leurs chambres, Mei et Sam suivaient le mouvement. La mangaka rigola et joua les curieuses auprès de Samantha.

– Hi hi hi, elles sont toujours comme ça quand elles sont pompettes ?
– Tout dépend de l’ambiance… Disons que ce soir elles ont vraiment abusé sur le mojito…
– Houuuuuu ! Mei ricana. Oui, oui ! Tu les as vu faire ce concours de boisson à un moment ? Elles avaient chacune une bouteille et elles devaient les vider le plus vite possible ! Heureusement que c’était des petites bouteilles… Rho… Hi hi hi…
– Ohhhh… Sam soupira dans une grimace de compassion. Elles vont déguster demain les pauvres…
– Hi hi hi. Elles sont drôles quand elles sont comme ça ! J’avoue que ça me fait bizarre de voir Claire dans cet état, elle qui est habituellement si sérieuse et stricte. Bon Maya elle j’ai un peu plus l’habitude mais…
– Ah ah. Tu verras, derrière son rôle d’agressive avocate de génie Claire est une véritable gamine. Pas dans le sens péjoratif, mais positif. Elle et Maya sont capables de rendre des situations hilarantes.
– Je vois ça…

Devant elles, Claire et Maya s’étaient arrêtées et tenaient à peine debout. Pourtant, elles essayaient de mimer un combat de boxe !

– Tu veux te battre ? Hein c’est ça ! T’es pas assez mûre ! L’avocate ! Ah ah !
– Pffffffff ! C’est nul ça ! Moi je vais te refaire le portrait ! DermaTROUlogue !
– Der… Oh ! Je suis pas chirurgienne ! Ça marche pas, grosse bêta !
– Attaque éclair ! Clairofeu ! Goooooo ! Claire essaya sans succès de toucher Maya avec une attaque très… Spéciale.
– Oh ! Tiens ! Raté ! Et là ! Pouet pouet ! Maya pressa la poitrine de Claire.
– Hey !!!! Tiiiiiim ! Timmmmmmm ! Elle a touché mes nénés !
– Ok, ok, on se calme les filles hein. Tim rigolait à moitié.
– Tu vois ! C’est mon mari ! Mon chéri ! Et il va se battre pour moi ! Tim, frappe-la !
– Mais bien-sûr. Allez, au lit.
– Ohhhhhh…. Ohhhh oui au lit… Tu vas voir ce qu’on va faire… Claire se laissa tomber dans ses bras avec un regard charmeur, mais endormi.
– Mike ! Mike ! Tu as vu, c’est une grosse cochonne ! En plus elle rigole comme ça ! Rhii Rhiii. Maya imita le rire de cochon de Claire.
– Tu l’imites drôlement bien… Rigola Mike.
– Et je perdrai pas devant elle ! Si elle est cochonne avec Tim, son homme, alors moi je serais cochonne avec toi, un homme ! Viens-là beau gosse.
– Houuuuuu ! Houuuuu ! Mei s’avança en vitesse et s’interposa. Maya, Maya attention. Tu dis des choses que tu ne penses pas. Tu as trop bu, tu devrais plutôt dormir non ? Surtout ne fais rien que tu regretteras, sois correcte.
– Hum ? Maya se gratta la tête et regarda Mei. Tu as raison Sam ! Je vais me coucher ! Mais tu viens avec moi.
– Euh non moi c’est…
– En avaaaaaaant !

Maya arriva péniblement à marcher seule, ce qui redonna du courage à Claire, qui poussa Tim comme une petite fille pousserait son père, embarrassée. Elles se dirigèrent vers l’ascenseur en courant aussi vite qu’elles le pouvaient, en zigzagant. Mei, gênée, regarda Sam qui rigola. Quelques secondes après, le groupe rejoint les filles, adossées contre les parois du cube métallique, le regard ailleurs.

– Oh, vous êtes là, bien bien… L’ascenseur marche pas !
– Ah vraiment ? Tim entra à son tour.
– Non, non, on a essayé déjà !
– Et tu as essayé quel étage ?
Claire et Maya se regardèrent, puis explosèrent de rire. Le 7e…. Pouah ah ah ah !
– Le 7e ? Il n’y a pas de 7e étage… Mei était un peu perdue.
– Ne cherche pas Mei… Elles parlent du 7e ciel… Tim soupira en appuyant sur son numéro d’étage.
– Pouahahahahahah ! Hey, hey ma Claire ! Ça, c’est de la blague ! Oh, oh ! Viens, on prend l’ascenseur !
– On est dans… Dans l’ascenseur. Vers le 7e ciel !!!!!!!
– Ah vaiment ? Oh mince ! Viens, viens ! On prend les escaliers ! En avannnnnnnt !
– Non, non, non… Mauvaise idée Maya…

Samantha avança dans l’habitacle et poussa d’un doigt Maya, qui recula de plusieurs pas en titubant avant de se poser contre un des miroirs. Il était absolument hors de question qu’elles prennent les escaliers dans leur état. Alors que le groupe montait les étages, Maya et Claire se collèrent aux parois avec plus d’ardeur.

– Hou, hou… Houla… Claire chancelait. La vache qu’il monte vite cet ascenseur ! On est où ? Dans un parc d’attraction ?
– Non… Non… Vu comme on est écrasées c’est… C’est mon cadeau ! On va dans l’espaaaaaaaaaace ! Maya mimait un astronaute et manqua de tomber quand ils s’arrêtèrent au premier étage sans raison.

Les deux amies alcoolisées luttaient pour leur survie, devant Tim désespéré et les autres retenant leurs rires. Ils arrivèrent au deuxième étage, où le couple prit congé. Tim remercia tout le monde et leur fit un signe d’au revoir lorsque les portes métalliques se refermèrent sur eux. Péniblement, il traîna Claire, quasiment endormie, vers la chambre 211. Malheureusement pour lui, son chemin allait croiser celui d’un obstacle de taille…

– Tiens, tiens, tiens… Qui voilà… Ne serait-ce pas la grande avocate de génie… Dans un état… Lamentable… Margot attrapa son téléphone.
– Bonsoir Margot. Désolé, elle a un peu trop bu. Je te demanderai de ne pas filmer s’il te plait, pas contre notre gré.
– Je fais ce que je veux Tim… Tiens d’ailleurs… Maintenant que ta femme est hors course, que dirais-tu de me prendre sauvagement ? On peut même faire ça à côté d’elle endormie si tu veux, j’ai testé ça tout à l’heure, c’est pas mal du tout ! Après tout… Toutes les femmes seront mieux que ce déchet…

Margot s’avança et caressa l’entre-jambe de Tim sans crier gare ! Celui-ci, entravé par Claire, la repoussa comme il le pouvait.

– Non mais ça va pas ! Dégage de là ! Je t’interdis d’insulter Claire ! Pas devant moi !
– Mauvaise réponse ! Margot s’irrita, c’est la deuxième fois en quelques heures qu’elle se voyait refuser quelque chose. J’ai toujours ce que je veux !
– Non Margot. Je ne suis pas d’accord. Tout l’argent et toutes les manigances du monde n’achèteront jamais l’amour sincère ! Et tu sais quoi ? J’ai de la peine pour toi. Parce qu’au fond de toi, tu es seule et triste ! Parce que tu sais très bien que personne ne t’aimera jamais pour ce que tu es ! Tu cherches à briser les autres parce que tu es brisée toi-même, et tu as peur ! Sur ce, bonne nuit.

Tim bouscula la jeune femme de l’épaule, ce qui fit monter la colère en elle. Personne, jamais personne, n’avait osé la défier ! Et ce weekend, ils n’arrêtaient pas, tous autant qu’ils étaient ! Elle ne supportait plus ceci. Elle fit mine de quitter le couloir, mais fit demi-tour discrètement pour les suivre jusqu’à leur chambre. Elle écrivit rapidement sur son téléphone et suivit Tim en catimini.

Ce dernier porta péniblement Claire jusqu’à leur chambre et bénit la porte d’avoir des ressorts empêchant une fermeture rapide. Cela lui permit d’ouvrir, de pousser et de faire entrer sa femme sans l’assommer. Arrivé dans la pièce principale de la suite nuptiale, il posa délicatement Claire sur le lit, ce qui, étrangement, la réveilla…

– Hummmm… Déshabille-moi mon amour, allez…
– T’es morte à ce point ?
– Oh non, je veux juste que tu me déshabilles toi…

Tim rigola légèrement, et se mit sur le lit pour commencer le travail. Celui-ci n’était pas facilité par Claire qui l’embrassait avec fougue dans le cou.

– Claire, si tu fais ça je vais avoir du mal à t’enlever tes fringues…
– Mais j’ai envie de toi là… Vraiment beaucoup…
– Laisse-moi te déshabiller…
– Sors-moi ta queue là… Allez… Je te veux, de suite…

Claire poussa Tim sur le lit, le chevaucha et dégrafa son pantalon. Elle en sortit un membre à peine éveillé, ce qui ne lui convint pas.

– Oh non, non, pas de ça ! Je le veux dur là ! Très dur…

Elle commença à le caresser et enleva elle-même son haut et son soutien-gorge. Puis, lentement, elle glissa et porta le sexe de son homme à la bouche. Tim se releva légèrement dans un regard sévère et fixa le visage de sa femme.

– Putain… Comment t’arrives à faire ça dans ton état ?
– Tu aimes hein ?
– Oh ouais…
– Hum… Je vois ça… Tu deviens tout dur si vite… Encore un peu… Hum… Elle goba le membre dans une gorge profonde. Hum… Encore une fois… J’en veux encore…

Tim s’écroula à nouveau dans le lit et savoura le plaisir que lui offrit sa femme. Elle s’y prenait particulièrement bien, à tel point qu’il était raide en quelques secondes à peine. Claire se mit à le branler vigoureusement comme pour s’assurer qu’il était assez en forme pour lui faire du bien. Elle valida le test.

– Hum ouais… Elle va me faire du bien là… Allez viens-là… Prends-moi comme un fou… Je veux déguster, je veux ton sperme… Tu sais que c’est mon remède contre la gueule de bois hum…. Allez, donne-moi le…
– T’es sûre ?
– Oh que oui… Prends-moi mon amour, allez !

Claire se mit entièrement nue et Tim fit de même, raide au possible. La femme se jeta sur le lit et Tim la pénétra sans attendre. Il donna un coup, puis deux. Il sentait à quel point il était dur et savait que cela allait plaire à… Sa femme… Qui venait de s’endormir profondément…

– Claire ? Claire ? Il la secoua légèrement. Tu dors mon cœur ? Sérieux… Claire ?

Tim se releva et hésitait entre se coucher aussi ou se faire jouir afin de faire passer sa frustration… Mais sa réflexion fut rapidement interrompue. Depuis l’obscurité, une ombre se rua sur lui. Il cria de surprise et fut propulsé sur le dos, rebondissant sur le lit. Puis, une sensation de chaleur vint envelopper son membre à nouveau. Il reprit ses esprits et regarda vers son bassin. Une chevelure rousse caressait son ventre, accompagnée d’une bouche pulpeuse en train de sucer son membre, tout en se filmant. Aussi vite qu’il le put, Tim repoussa Margot, mais elle était tenace. Toujours en se filmant, elle se jeta à son cou, dévoila sa poitrine et lui mit en pleine figure. Il tenta de la repousser, mais elle lui fit un énorme suçon dans le cou. Tim fût en position de se relever et avec force, jeta la jeune femme au sol.

– Putain mais c’est quoi ton problème Margot ! T’es vraiment une psychopathe !

Devant le silence de Margot, arborant un large sourire, Tim s’énerva davantage et l’attrapa par le bras en s’étonnant du peu de résistance qu’il rencontra. Il se dirigea vers la porte de sa chambre, l’ouvrit et expulsa Margot dehors. Seulement, il n’avait pas été assez prudent… Son bras dépassant, il fut saisi par deux autres bras musclés et massifs. Tiré hors de la chambre, nu et encore en érection, Tim sombra dans le sommeil bien trop tôt…

WITH LOVE
signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
  • Amibooks
    12 avril 2021

    Excellent chapitre, j’ai beaucoup aimé ! Hâte de voir comment les filles vont s’en sortir face à Margot !

  • Tomtom
    14 avril 2021

    C’est qd que Val et Mat reviennent? hate de les retrouver!